info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

Accueil > Actualité >

Consommer Juste : Lettre d'information de mars 2012

Mars 2012

Bonjour,

 

La Marche des doléances est  terminée et je rentre travailler mes terres.

Je ne suis plus le même homme, les rencontres multiples, le plaisir de l’échange,  le sentiment d’être utile aux consommateurs qui m’ont demandé tout au long du chemin de retrouver la proximité, une alimentation locale de qualité. Tous ces gens dont je ressentis l’empathie, aiment profondément les agriculteurs .  La difficulté dans laquelle les agriculteurs sont plongés m’a aussi accompagné tout au long du chemin, à part sur quelques sites comme la Bourgogne et dans certains Grands Crus du Beaujolais. Le manque de relève m’a aussi frappé, quasiment plus de jeunes dans nos campagne et ceux qui s’installent,  partent déjà avec des prêts si importants que pendant au minimum 10 ans ils sont condamnés à réussir sinon ils perdront tout.

Tout cela m’a redonné l’envie d’améliorer mon métier et ma mission.

A l’arrivée les médias dans ces temps difficiles ont permis la diffusion du message et je suis satisfait de l’accueil que j’ai reçu partout. Je sens que la société veut que ce message de l’alimentation débouche sur des initiatives concrètes. C’est pourquoi nous travaillons très dur actuellement sur le projet Consommer Juste qui verra le jour dès le mois d’août 2012.

Pour donner de la force à cette volonté de permettre aux consommateurs de se nourrir au juste prix dès le mois de juin 2012 nous procéderons sur quelques villes à des ventes aux déballages de cerises pêches et abricots à prix paysans,  soit prix de revient plus 30% plus les frais du camion, pour permettre à tous d’accéder à la nourriture dans les meilleurs conditions. Ce sera des ventes flash au cœur des villes.

Je veux prouver que l’échange gagnant- gagnant  est possible en nous respectant tous. Cette société malade de la spéculation qui méprise le travail m’est insupportable. Trop de jeunes à la rue sans possibilité d’avenir clair alors que l’on condamne les anciens à rester aux affaires contre leur volonté, n’a pas de sens. J’ai été accompagné par une jeune femme qui me disait sa détresse après un bac plus 5 de n’avoir de possibilité que des propositions d’emploi en contrat bidon pour un salaire de 900€ par mois. Elle me criait sa détresse de dépendre de ses parents à 30 ans, de ne pouvoir envisager sereinement d’avenir. Qu’elle société construisons-nous  sur ces bases ?

Les doléances les plus répétées faisaient état de la solitude dans laquelle nous sommes enfermés et des contraintes permanentes de cette société qui intervient dans tous les domaines dans notre vie.

Toutes faisaient état de cette détermination de l’état à tout régenter dans le plus intime de nos vies alors que nous sentons son  incohérence dans la gestion de la distribution, de la finance et de notre vie ensemble. Tous m’ont parlé de l’autisme de nos dirigeants à ne pas vouloir nous entendre et ils me disaient : « mais qu’ils viennent seulement trois mois vivre nos vies, qu’ils comprennent la difficulté dans laquelle nous sommes. »

Comme nous agriculteurs qui avons perdu le contact des consommateurs, j’ai compris que les responsables nationaux ont eux  aussi perdu le contact avec la population. Il est temps de se reprendre et d’avancer ensemble.

Je tiens pour conclure à remercier tous ceux qui chaque jour m’ont accueilli et reçu,  élus comme citoyens. Sachez que chacune de toutes ces rencontres sont pour moi le plus grand bonheur que j’ai eu tout au long du chemin. Ce lien étroit que vous avez tous tissé à travers moi, était surtout notre envie de nous retrouver ensemble dans un projet de vie social différent.

Et enfin un immense merci à David Arrouays qui a partagé ce long chemin et qui a été pour moi au quotidien d’une aide morale et technique fabuleuse, je veux que Tu sois remercié pour Ton abnégation, Toi qui a été là tout le temps et qui est resté invisible. Merci à Toi

Merci à vous tous

Pierre

Share |