info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

Accueil > Actualité >

Lettre d'information du 1er septembre


Mardi 1er septembre 2015

Bonjour à Vous

Le 3 septembre 2015 nous allons revivre la manifestation (mascarade) cogérée par la FNSEA et le Gouvernement.

Comme la dernière fois, nous allons pouvoir admirer les plus beaux tracteurs de France financés à 50% par la P.A.C. donc par tous les citoyens européens en partenariat avec les agriculteurs. Nous pourrons voir les effets positifs de cette politique européenne absurde. Je vous invite à admirer surtout les marques de tout ce beau matériel souvent très couteux et vous serez surpris de constater que les aides européennes sont en grande partie destinées à subventionner les marques américaines (et encore vous ne verrez rien du matériel intégral des campagnes entourant Paris). Sur le principe vous allez penser que la FNSEA a une puissance de mobilisation très importante. En fait, quand vous mobilisez peu et que vous voulez créer, avec l’accord du gouvernement, une impression de masse, 1500 tracteurs suffisent à bloquer un nombre suffisant d’axes routiers pour perturber de manière significative les citoyens d’une grande ville comme Paris. De plus comme vous disposez d’un budget conséquent vous payez 150€ chaque participant de ce défilé et vous avez réussi à faire croire que vous représentez la France agricole dans son ensemble. Cela c’est la première partie de la manipulation-cogestion Etat-Fnsea. La deuxième partie consiste à recevoir dans l’après-midi, un communiqué du gouvernement qui annonce des mesures que tous connaissaient déjà depuis quelques jours et sur lequel l’Etat et la Fnsea se sont mis d’accord à l’avance. Communiqué qui permet d’affirmer que vous avez obtenu une victoire de haute lutte grâce à la pression des manifestants et au génie de négociateur de votre Président de syndicat : un réponse très positive à nos revendications. Et pour les autres, la compassion du Ministre face à une crise de cette envergure ! Un mensonge, deux gagnants !

Voilà le tour est joué et on continue à mourir de faim dans les campagnes. Ma dernière lettre d’information reste toujours d’actualité. LA VENTE A PERTE DETRUIT TOUS LES SECTEURS D’ACTIVITES et permet officiellement de justifier la CASSE SOCIALE.

La pauvreté de nos concitoyens justifie les importations en masse de productions faites par des pays et des travailleurs plus pauvres que nous et justifie ce désordre mondial au profit du commerce peu scrupuleux qui se préoccupe ardemment de notre pouvoir d’achat et surtout de ses profits! Le cynisme de cette situation est que nous sommes arrivés à justifier que les pauvres de nos pays ont bonne conscience d’exploiter en TOUTE BONNE FOI encore plus pauvres qu’eux ! Ça c’est du génie capitaliste !

Les mesures ridicules destinées à nous prendre pour ce que nous ne sommes pas, n’y feront rien. Les élevages bovins meurent en ce moment de cette différence de prix impossible à supporter entre le prix de production et le prix de vente. Ils se sont modernisés comme l’Europe le leur a imposé et ne peuvent plus faire face dans ce « Marché de dupe ». Les producteurs de lait n’ont pas besoin que l’on crie victoire lorsqu’un patron de syndicat et un ministre se font photographier heureux d’avoir signé un accord pour un prix du lait à 0,34€ le litre alors que tous les deux savent pertinemment qu’un litre de lait devrait être payé 0,43€ pour que l’agriculteur puisse vivre dignement de son métier ! Les producteurs de poires qui vendent actuellement leurs poires à 0,20 € le kilo un produit qui leur coûtent au minimum 0,45€ à produire ! Les producteurs de pommes qui passent pour des empoisonneurs parce que le marché leur impose des fruits parfaits, calibrés, qu’ils seraient incapables de produire sans les traitements agréés par l’état et toute la chaine de décisions des responsables des filières professionnelles officielles! Les journalistes qui filment une chambre froide d’atmosphère contrôlée en faisant croire que c’est parce qu’ils mettent des produits mortels qu’on ne peut pas y entrer, alors que le sigle à tête de mort OBLIGATOIRE mis sur la porte ne s’y trouve que parce qu’il n’y a plus d’oxygène à l’intérieur et qu’il est mortel d’y entrer ! Comment peut-on se défendre face à de telles contres vérités ?

SANS JAMAIS POUVOIR AVOIR UN DROIT DE REPONSE A LA HAUTEUR DE CES CONTRES VERITES ! Et là que fait la FSNSEA ? Où est son président ? RIEN, par contre l’agriculteur est laissé seul face à l’opprobre de la profession et du public alors qu’il ouvrait ses portes en toute transparence pour permettre à tous de mieux comprendre son métier !

Le ministre connait parfaitement les prix de revient de tous les produits agricoles région par région et chaque aide accordée ! Pourquoi ces prix ne sont-ils pas connus du grand public alors qu’ils le sont du ministre ? Pourquoi cache-t-on la vérité sur nos coûts de production au grand public, alors que nous payons des fonctionnaires pour les calculer ? Le SMIG est connu de tous. Les barèmes du RSA sont connus de tous. Les agriculteurs en ont assez des mascarades et des compromissions entre l’agro-alimentaire et la grande distribution. Nous acceptons (contraints et forcés) le prix d’achat de nos marchandises mais qu’il soit obligatoire de l’inscrire sur les étiquettes de nos magasins ! Les consommateurs ont le droit de savoir la réalité de ces situations ! Cela ne coûte rien, n’enfreint en rien les contraintes de Bruxelles. Cela demande juste un peu d’honnêteté intellectuelle et de volonté politique. Sur les frontons des Mairies de nos campagnes on devrait inscrire à la place de « liberté-égalité-fraternité », SOUMISSION-MEPRIS- ESCLAVAGE, car celui qui travaille sans être rétribué du prix de son travail est un esclave. Actuellement cette société nous refuse consciemment le droit de vivre dignement de notre métier !!

Nous sommes endettés bien sûr, car on nous impose de nous moderniser, d’être performants et dans le même temps on refuse de nous payer le coût de ces modernisations. Mais qui peut croire que cela est logique ? Comment peut-on être plus performant qu’en travaillant à perte ?

La conséquence de cette politique c'est l’élimination des plus petits pour encore concentrer la production chez les plus gros, otages d'un système qui les pousse à la spécialisation ou à la quasi-monoculture dans un système de production décrié par la société et dépendant de l'agrochimie.

Malheureusement le mois d’août a été pour moi à titre personnel difficile, mais je vous promets que je suis bien entouré par Maxim, Olga, Alain, André et notre équipe de partenaires Mansour, Hébert, Laurent et Jocelyne. Grâce à eux notre combat pour la dignité continue !

Nous agrandissons le périmètre de notre action à Fontenay sous-bois et bientôt notre site internet « c-juste.fr » sera plus vivant et plus pertinent.

Je vous communiquerai les avancées de C’Juste dès la fin septembre. Mais si quelques-uns parmi vous peuvent nous trouver des lieux ou bien participer en prenant des partenariats pour faire avancer l’éthique et l’espoir d’un échange plus juste entre nous et donner par là-même de l’espoir à nos agriculteurs, ils seront les bienvenus. Car C’Juste devrait pouvoir se décliner et fédérer sur toute la France ! C’Juste doit être une affirmation que l’alimentation a un coût humain, environnemental et social ! Cette humanité que notre société piétine en imposant une financiarisation inéquitable de tous nos rapports sociaux, doit être replacée au centre de nos préoccupations quotidiennes.

Je suis confiant et certain que si chacun fait sa part nous pourrons changer cet état de fait.

Recevez mon amitié
Pierre

Share |