info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

Accueil > Actualité >

Newsletter du 27 juin

Lundi 27 juin 2011

Bonjour,

L’assemblée générale du 15 juin 2011 à permis aux membres de l’association présent de faire le point sur les actions menées cette année de démarrage et surtout nous avons abordé les actions à venir. Un compte rendu de cette assemblée est joint à cette newsletter.

I - Pour le rendez vous que m’avait donné Monsieur le Ministre de l’Agriculture, les quinze jours deviennent des mois, silence complet et pourtant le Président de la République semble m’avoir entendu puisque les principaux thèmes, de ce que je dénonce depuis 18 mois, ont fait l’objet de son discours au ministres de l’agriculture du G20 :

- 1 « Le mot régulation n’est pas un gros mot ! Un marché sans règle n’est plus un marché » !

C’est ce que je dénonce depuis le début de mes interventions et dans mon livre, alors que le ministre de l’agriculture m’explique qu’il ne peut rien faire contre le système prédateur de la grande distribution. Oui j’affirme que c’est à l’Etat de reprendre son rôle et de réguler !

- 2 « Le marché mondial n’est pas suffisant par rapport à la demande »

Je suis entièrement d’accord avec Monsieur le Président, alors pourquoi les producteurs quels qu’ils soient, sont en permanence contrains à la vente à perte ! Et que leur travail est méprisé !

Pourquoi devrions-nous nourrir une planète qui nous fait crever ?

- 3 « Les marchés agricoles sont les moins transparents du monde »

Tout simplement Monsieur le Président parce qu’ils sont aléatoires. Qu’elle est la production industrielle qui subit chaque année les intempéries, la grêle, les inondations, la sécheresse, l’incendie, les baisses naturelles de production, les maladies, les catastrophes naturelles plus que l’agriculture. Quels sont les entreprises qui ont besoin de plus de vingt ans pour un retour sur investissement ? Quand tous les investissements industriels se font sur 5 à 6 ans. Ils sont volatiles oui, car imprévisibles. Et avec tous ces handicaps nous sommes tout de même méprisés par les états. D’autant plus que quand on constate le nombre de fonctionnaires nationaux, Européens, de personnels de Chambre d’Agriculture, de Syndicat puissant, de techniciens ect… ; on se demande à quoi tout cela sert s’ils ne sont pas capable d’avoir les informations !

- 4 « La volatilité est un fléau »

Non Monsieur le président le fléau c’est que l’on crève en travaillant, c’est que l’on n’est pas respecté, c’est qu’il y a plus de gens qui s’occupent des agriculteurs que d’agriculteurs, c’est que les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, c’est que l’on est méprisé par le système. Voilà le fléau Monsieur le Président ! Et plus nous serons méprisé plus les populations auront faim et plus les pays tomberont en ruine. On ne mange pas les billets de Banque, pour manger il vaut mieux un agriculteur moyen, qu’un bon banquier.

- 5 « Les limites d’un capitalisme de prédation »

Je le dénonce depuis si longtemps que je commençais à désespérer, je suis heureux d’avoir été entendu au plus haut niveau de l’Etat ! Le problème Monsieur le Président c’est que c’est à vous et à vos équipes seules, de mettre les règles indispensables à cet état de fait ! Le capitalisme ne fait que ce vous lui autorisez à faire. Etre politique c’est avoir le sens de l’intérêt général et pour l’instant tout est à faire ! Lorsque j’évoque devant Le Ministre de l’Agriculture cette prédation de la grande distribution, il me dit clairement qu’il ne peut rien faire. Il trouve un faible allié en la personne de MONSIEUR Serge Papin PDG du groupe Système U, qui ose dire dans le point de cette semaine: « Ne tombons pas dans la caricature, comme le fait Monsieur Priolet dans son livre. »

Mais pour les Agriculteurs ou pour les P.M.E. de notre pays, ce n’est certainement pas de la caricature, mais une prédation organisée et admise par l’état !

Mais Monsieur le Président, vous ne parliez que de l’achat des terres agricoles, malheureusement, car ces achats sont le fruit de ce qui précède et de notre désespérance, nous ne pouvons plus vivre sur nos terres, le système nous a pris nos vies et il se permet de nous spolier une deuxième fois en nous prenant nos terres criblées de dettes crées par vos décisions, celle de l’Europe et la vente à perte systématique.

- 6 « Un marché qui n’est pas régulé n’est pas un Marché, mais une loterie. Une loterie où la fortune sourit aux plus cyniques, au lieu de récompenser le travail, de récompenser l’investissement, récompenser la production de valeur. »

Monsieur le président je suis d’accord avec vous, mais cela ne s’adresse pas qu’aux marchés, je dirais qu’une société incapable de réguler son activité en générale, c’est une loterie. Où les passes droits sont plus importants que le mérite et cela est grave pour les générations qui viennent ! Et je suis surpris qu’à travers votre démonstration, vous parliez si bien de ce que nous fait subir la grande distribution ! « La fortune sourit aux plus cyniques au lieu de récompenser le travail… »

Ce discours Monsieur Le Président, soit c’est une posture, auquel cas il n’a aucun intérêt, soit c’est une volonté, alors je ne comprends pas le silence du Ministre de l’Agriculture Monsieur Bruno Lemaire !

Je tenais à dire combien je prends au sérieux tout ce qui se dit en ce moment, mais aussi j’attends des actes.

II - Pour ce qui est du problème de la « Sharka », sujet qui a été abordé lors des newsletters précédentes, là encore je ne comprends pas l’attitude de l’état face à cette souffrance. Car ils ont eu à cœur de faire cesser cette grève de la faim, mais depuis c’est le mépris, pas de solution, pas de proposition, aucune compassion de la part des grands « commis » de l’état!

L’état protège le crime plutôt que la victime, la victime est toujours seule face à la machine à humiliation, personne comprend aisément le problème donc il n’a pas une solidarité naturelle et pourtant ceux qui subissent cette infamie sont broyés. Le cynisme va jusqu’à faire pression sur les victimes par des gardes à vue orchestrées et bidons qui tombent comme par hasard le jour du rendez vous avec le Préfet. J’ai mal à ma démocratie! C’est injuste et indigne d’un état républicain où le plus faible doit être protégé.

III - Pour cette année Monsieur Sautereau propose aux agriculteurs qui voudraient reconduire l’opération « Solidarité Consommer Juste Buffalo Grill » de mettre à leur disposition les parkings de ses restaurants, nous sommes conscients que dans des périodes de difficultés extrêmes, comme celles que nous vivons en ce moment peu d’agriculteurs pourront répondre à cette invitation. Néanmoins nous indiquerons sur le site tous les parkings qui seront occupés cet été et les horaires car nous nous dirigeons plutôt sur des présences d’un à deux jours maximums avec plusieurs agriculteurs. La chaine Buffalo Grill comme elle l’avait promis, augmente sa proportion de viande pour les muscles de viande française ils sont actuellement à 60% de muscle et 100% de viande achée.

IV - La contractualisation prévue par la L.M.E. reste pour les producteurs de lait une aberration économique au profit des industriels, vous ne pouvez pas imaginer le chantage à l’enlèvement des productions de lait, qu’ils subissent actuellement de la part des industriels, ainsi que des coopératives. L’obligation d’équipement à mettre en place pour répondre aux volontés des industriels ou des coopératives, donc encore et encore des investissements. Je continue à dire combien ce sabotage organisé est injuste. De plus les contrats empêcheront les producteurs de bénéficier des prix justes auxquels ils ont droit si le marché se retournait en leur faveur, car ils sont bloqués cinq années! Ils seront soumis aux décisions des industriels et des coopératives sans contre pouvoir! Pour vous donner un exemple de ce que j’ai vu sur le terrain, je vous joints le contrat : « Lactalis » pour que vous vous fassiez une idée par vous-même de ce qu’est un contrat de fourniture de lait à un groupe industriel, vous pourrez noter qu’il n’y a aucun prix de référence ou alors si complexes que personne ne sera là pour pouvoir arbitrer mais les pénalités elles déjà sont bien définies. S’il y a des amateurs je pourrais publier les autres contrats.

Pourquoi un coopérateur qui a l’obligation d’apport à besoin de signer un contrat ? Pourquoi, sinon pour détourner l’esprit de la coopérative, actuellement des assemblées générales de coopérateurs sont convoquées en toutes urgences pour les transformer en Groupement de producteur, alors que les statuts l’interdisent ?

Comment peut on Monsieur le Président demander à des éleveurs et producteurs de lait de : « Produire plus et mieux! » alors qu’ils travaillent déjà à perte plus de 12 heures par jour, 7 jours sur 7, sans vie sociale, sans vacances.

L’état encourage ce type de relation déséquilibré et c’est une lâcheté innommable! Je me demande sincèrement, quel est le but poursuivi par le Ministre après ce que j’ai compris de la déclaration du Président de la République aux Ministres de l’Agriculture du G20.

Se parlent-ils ?

Je n’avais pas conscience de toutes ces dérives avant de faire le tour de France invité par ces des éleveurs et producteurs de lait.

J’invite ceux qui lisent ce que je viens d’écrire d’aller pendant leurs congés en Bretagne, en Mayenne, en Normandie, en Charente, en Haute Loire, dans le Cantal, dans notre belle France, rencontrer ces éleveurs, ces producteurs de lait, allez à leur rencontre et écoutez ce qu’ils peuvent vous dire. Ce sont de belles personnes.

V - Nous venons de vivre un moment d’irresponsabilité mortelle pour mes amis producteurs de légumes avec les déclarations irresponsables et cruelles des autorité allemandes qui ont affirmées que nous étions responsables des morts dernièrement survenues en Allemagne.

Depuis Nous sommes par terre, tout a chuté nous n’arrivons plus à faire face. C’est toujours nous qui payons cash les incuries du système. Stop Messieurs les politiques et grands responsables nous n’en pouvons plus des vos irresponsabilités. Pour beaucoup d’entre nous cela va être la dernière année !

VI - Enfin pour rester positif, fin septembre l’étude du nouveau système de distribution sur lequel nous travaillons déterminera la structure de juridique de notre solution alternative. Je communiquerai sur le sujet pour que vous soyez sur, que le rôle de « Consommer Juste » n’est pas un rôle qui se borne à critiquer, mais que nous somme réellement capable de mettre en place une vraie alternative où chacun des intervenants de l’échange sera respecté.

En attendant je vous souhaite à tous de tes très bonnes vacances et de profiter au maximum de toutes nos productions qui je vous l’assure on été faites par des agricultures qui n’ont qu’un seul bonheur, celui de vous nourrir avec toute la passion de leur métier.

Vous restez notre raison de vivre, Merci à vous tous !

Share |