info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.

#1 déc. 18, 2010 10:58:53

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

AMAP renaissance de l'agriculture Paysanne

Pour la survie d’une agriculture paysanne, ayant banni le recours aux pesticides et autres traitements de synthèse, des consomm’acteurs se regroupent au sein d’associations : les Amap. Inexistantes en France en l’an 2000, elles ont d’abord vu le jour au Japon. Aujourd’hui véritable phénomène planétaire, les Amap déferlent sur le territoire.

Au commencement de la fabuleuse histoire de l’agriculture de proximité respectueuse de l’environnement et de l’homme, il y eut la volonté de quelques Japonaises de ne pas s’empoisonner avec leur nourriture. L’intensification, l’industrialisation et la standardisation de l’agriculture ayant entraîné une perte de qualité des produits, un recours systématique aux pesticides et une suppression des variétés les moins rentables. C’est ainsi que naquirent dans les années 60 les premiers Teikei, rapidement coordonnées par l’Association japonaise d’agriculture biologique. Le principe : garantir au producteur la vente de toute sa production en échange de son engagement à bannir les produits chimiques.

Les pays du Nord de l’Europe, particulièrement sensibles aux enjeux environnementaux, n’ont pas laissé passer leur chance d’assainir leur alimentation. Le concept s’est ensuite expatrié, en 1985, aux Etats-Unis, et particulièrement à New-York comme une réponse à la paupérisation de la population et à la disparition de l’agriculture traditionnelle. Ces « Community Supported Agriculture » (CSA) ont ensuite émigré au Canada et en Grande-Bretagne. Et c’est au cours d’un voyage outre-Atlantique qu’un agriculteur français, Daniel Vuillon, séduit par le concept, décida de le décliner en France. La première Amap naquit donc en 2001 en périphérie de Toulon.

Ecologiquement sain, socialement équitable et économiquement viable

D’une seule association, le réseau s’est rapidement développé et l’Amap compte désormais plusieurs centaines de ramifications. Si elles sont toutes le fruit d’un contrat passé entre un producteur et un groupe de consomm’acteurs, les Amap diffèrent pourtant quant aux produits délivrés. Quand certains producteurs inondent leurs clients de fruits et légumes, d’autres apportent aussi de la viande, du lait, du miel, du fromage, des oeufs ou du vin, tous issus de l’agriculture biologique.

Le contrat ainsi signé stipule que le producteur s’engage à délivrer, selon une périodicité prédéfinie, le fruit de sa récolte du jour même, aux consommateurs affiliés à son Amap. Sa production étant écoulée à coup sûr, et le concept reposant sur l’absence d’intermédiaire, le producteur peut ainsi pratiquer des prix raisonnables. Excepté qu’à la différence de fruits et légumes achetés en grandes surfaces, la production ainsi récoltée n’a subi aucun traitement chimique d’aucune sorte et respecte les saisons. Le consomm’acteur est ainsi assuré de bénéficier de produits sains, de qualité, respectueux de l’environnement et de l’Homme. De plus, comme le confirment les affiliés aux Amap, le fait de ne pas connaître à l’avance les produits livrés et de découvrir ainsi nombre de légumes oubliés fait partie intégrante du plaisir de participer à la révolution de l’agriculture.

Pour trouver l’Amap la plus proche de chez vous, ou pour en créer une nouvelle, consultez l’annuaire des Amap ou le site officiel

Hors-ligne

#2 déc. 20, 2010 05:39:58

consommateur
Enregistré: 2010-10-13
Messages: 28
Envoyer un courriel  

AMAP renaissance de l'agriculture Paysanne

Le gars qui propose des paniers en gare dans le cadre de la communication TER est le producteur de l’AMAP du coin. Il nous a expliqué qu’entre l’AMAP classique et le TER il livre 50 paniers de fruits et légumes semaine. (Il a deux sortes de panier 7 et 10 Euros)
Il propose toujours à côté de ça des produits Bio des ses copains, miel, confiture, œuf etc…
Il nous dit être content et beaucoup apprécier la formule de l’adhérent.
Côté consommateurs c’est curieux.

La petite gare dans laquelle il se trouve compte 130 abonnés soit 130 personnes prenant le train tous les jours pour se rendre au travail. A côté de ça d’autres voyageurs bien entendu. Il n’y a que 3 utilisateurs qui prennent ces paniers qui sont pourtant proposés à quelques mètres du coffre de leur voiture !

Nous avions amené une voisine qui ne conduit pas (une personne beaucoup plus méfiante que bio) Au deuxième panier elle a décroché considérant que c’était trop cher par rapport au circuit classique qu’elle accuse pourtant de tous les maux. Le gars propose du bio qui est effectivement un peu plus cher, normal.

Modifié consommateur (déc. 20, 2010 05:40:51)

Hors-ligne

#3 mars 11, 2011 17:02:38

anthonie
Enregistré: 2011-02-27
Messages: 2
Envoyer un courriel  

AMAP renaissance de l'agriculture Paysanne

Les AMAP sont destinés à rapprocher les petits producteurs et les consommateurs devenus des partenaires. J'ajouterai aussi la relation humaine qui s'enclanche entre les amapiens, prendre le temps d'échanger, de bavarder entre nous tous (producteurs et consomm'acteurs). Que ce circuit court puisse exploser de part et d'autres, dans nos villes et aussi dans nos villages, car la grande distribution a participé à tuer notre qualité de vie, retrouvons la parole, retrouvons la vie.

Hors-ligne

#4 mars 22, 2011 17:36:05

Miss.Rederst
Enregistré: 2011-03-11
Messages: 1
Envoyer un courriel  

AMAP renaissance de l'agriculture Paysanne

Je trouve ça toujours étonnant d'entendre des gens crier que le bio est trop cher. Oui il est trop cher en grande surface. Ils exposent des prix EXORBITANTS sous prétexte que le produit est certifié AB... Mais les AMAP et les coopératives bio affichent des prix très raisonnables et parfois moins chers que les produits "traditionnels" (qui soient dit en passant ne devraient en aucun cas être qualifié comme normaux). Je pense notamment au miel et aux céréales qui sont des produits d'une qualité exceptionnelle dans ce genre de coopératives.

La seule chose que je déplore quand à ce genre d'initiative c'est que selon moi elle ne sont pas assez. Je pense réellement qu'on devrait pouvoir avoir accès à ce genre de structure, quelque soit le lieux où on réside. Les petites villes comme la mienne sont bien souvent démunies de ce genre de services. Pourtant tout le monde est intéressé par une vente de produit sans intermédiaires commerciaux... Parce qu'il faut le dire, on s'en fout d'enrichir des riches qui n'ont rien fait pour ça.

Hors-ligne

Pied de page

Modération
Share |