info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » LA REVOLUTION VERTE DU SEMI DIRECT pour des économies de carburant,d'engrais et de temps [RSS Feed]

#1 jan. 23, 2011 10:49:24

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 893
Envoyer un courriel  

LA REVOLUTION VERTE DU SEMI DIRECT pour des économies de carburant,d'engrais et de temps

CONTEXTE Au grand mas de Belleval, Alain Coudrillier et Sandrine Gallon font office de bêtes curieuses. Ces producteurs de céréales cultivent en semi direct sous couverture végétale. Les résultats sont spectaculaires Oubliez la Politique agricole commune et la doctrine de la monoculture. Oubliez les champs nus, en plein hiver, où la terre s'envole au moindre coup de mistral. Oubliez la mécanisation à outrance, les récoltes qui donnent bon gré mal gré... et la crise agricole.

Au grand mas de Belleval, dans la Plaine de Beaucaire, sur la route de Fourques, une révolution verte a fait son apparition. Elle a pour nom barbare le semi direct sous couverture végétale.

C'est ici que Sandrine Gallon a repris, avec son compagnon Alain Coudrillier, la culture de ses parents en
2002. « Au début, nous faisions des céréales conventionnelles de façon très mécanisées. On labourait sur 150 ha. Puis certaines personnes nous ont ouvert les yeux. »

C'est en 2004 que le jeune couple sort du sillon tracé par les parents de Sandrine. Le choc psychologique a lieu à Dax. Lors d'une réunion, l'agronome Claude Bourguignon leur présente trois champs de maïs. L'un est cultivé traditionnellement, labouré régulièrement. Sur le second, l'intervention mécanique est minime. Enfin, sur le troisième, il n'y a aucun travail au sol, mais le rendement est exceptionnel.

Sandrine et Alain découvrent ainsi le semi direct sous couverture végétale : une technique très pratiquée en Amérique, nécessitant une intervention minime au sol et mettant à mal la monoculture.

« Il y a eu toute une remise en cause psychologique à faire. Cela contestait tout ce qu'on avait appris ! », explique Sandrine Gallon. Aventuriers, Sandrine et Alain décident de tenter le coup. Ils vendent le gros de leur matériel, achètent un semoir fabriqué au Brésil et se lancent dans la révolution du semi direct.

Désormais, selon cette technique, plus besoin de travailler le sol avant de semer la graine. Pour toute mécanisation, un seul passage avec un tracteur de faible puissance est nécessaire. Ce dernier tracte un semoir à double disque qui va inciser la terre. Un tuyau déposera la graine dans le sol.

Autre grand changement : le recouvrement de la surface de la terre par une culture intercalaire. « On ne laisse jamais le sol nu, explique Alain Coudrillier. On sème les intercultures à la fin de l'été, après la récolte des cultures d'hiver. Ce sont des espèces qui apportent de l'azote, des légumineuses, et d'autres, plus agressives, comme le radis, qui peuvent structurer le sol. Au moment venu, on roule ces intercultures, très faciles à détruire. »

Il faudra trois années pour que les résultats se fassent sentir. « Au début, il n'y a pas vraiment eu d'amélioration, raconte Sandrine. Mais la quatrième année, ça a vraiment été l'explosion. La plus grosse différence s'est fait sentir sur le blé dur. Avant, on avait en moyenne 5 tonnes à l'hectare avec de grosses différences suivant les parcelles. Maintenant, on arrive à 7,2 tonnes à l'hectare sur un ensemble homogène de 80 ha. On a gagné en qualité parce que les sols fonctionnent mieux. Les taux de matière organique ont énormément remonté. »

Le sol n'est pas le seul à s'être enrichi. Sandrine et Alain ont fait des économies spectaculaires en coûts de production (lire ci-contre). Mais surtout, ils passent deux fois moins d'heures sur les champs et ne conçoivent plus leur travail comme un labeur. « Les anciens, disent-ils, avaient une façon respectueuse de travailler la terre. La Politique agricole commune a fait beaucoup de mal. On était arrivé à une impasse. Maintenant, notre métier est redevenu une passion. »
Adrien BOUDET

Hors-ligne

#2 jan. 23, 2011 10:50:49

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 893
Envoyer un courriel  

LA REVOLUTION VERTE DU SEMI DIRECT pour des économies de carburant,d'engrais et de temps








Mes amis étaient sur le midi libre .C'est en 2004 que le CHOC PSYCHOLOGIQUE a lieu à Dax ,lors d'une réunion avec l'agronome Claude Bourguignon .Cette technique trés pratiquée en Amérique ,nécessitant une intervention minime au sol et mettant à mal la monoculture ."Il y a eu toute une remise en cause psychologique à faire .Cela contestait tout ce qu'on avait appris .L'INRA ,le Cirad,SupAgro ou encore Arvalis suivent de prés Sandrine et Alain (tout comme ce que fait Paul François ,qui aura du passer par la "case maladie,pour changer").Le couple regrette le peu d'interet de l'etat à financer ce genre de projet ,qui pourtant favoriserait la séquestration de carbone .En France on a du retard ,au Canada ,par exemple ,il y a des subventions quand on sequestre le carbone .C'est aussi à se demander ,dans ce pays qui n'aime pas LES REFORMES ,si nos Vieux Sénateurs ,nos administrations (chambres d'agricultures....) AFSSAPS - AFSSA sont comme le dit le rapport de l'IGAS sclérosées ,lentes figées et peu réactives ! remettre TOUT à o car il y a de graves DYSFONCTIONNEMENTS (X.Bertrand)
Retour en haut

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » LA REVOLUTION VERTE DU SEMI DIRECT pour des économies de carburant,d'engrais et de temps [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |