info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES.......... [RSS Feed]

#1 fév. 6, 2011 11:06:14

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

* benzène
prévention




Le benzène est un liquide incolore très volatil. C’est un intermédiaire de synthèse important et un excellent solvant des graisses, particulièrement apprécié des professionnels pour cette raison. Il est obtenu par distillation de la houille et du pétrole. Il appartient à la famille des solvants aromatiques. Il s’agit d’une substance cancérigène.

* L’industrie pétro-chimique (les raffineries ont des installations automatisées mais peuvent induire des interventions manuelles sur réacteurs, tuyauteries, vannes…).

* L’industrie chimique, comme produit de départ de nombreuses synthèses (synthèse du phénol, du styrène, de l’aniline, du nitrobenzène, du cyclohexane) qui sont eux-mêmes des intermédiaires utilisés pour la fabrication de matières plastiques, colorants, textiles…

* La parfumerie ou la distillation du bois, comme extracteur et pour la recherche d’arômes (odeur de pin, de pain grillé, de fraise…).

(...)
Lire la suite

Quels sont les risques

Le benzène est connu pour sa forte toxicité. Les voies de pénétration sont en premier lieu respiratoire, en second lieu cutanée.

Intoxication aiguë : (exposition courte, inhalation de vapeurs à forte dose)

* Céphalées
* Nausées
* Excitations nerveuses pouvant être à l’origine de facteurs dépressifs.
* Narcose (1), convulsion, décès (en cas d’exposition sévère)

Intoxication chronique : (exposition prolongée)

* Atteintes cutanées, irritations de la peau et des muqueuses, peuvent survenir avec le port de vêtements souillés ou en cas de contact cutané direct avec le solvant

* Atteintes sur la moelle osseuse (benzolisme), qui peuvent provoquer des hémorragies, infections, anémies et leucémies. Les facteurs individuels jouent ici un rôle important car l’atteinte des cellules de la moelle osseuse peut apparaître après une période de latence variant de quelques mois à plusieurs années, voire plusieurs années après la cessation d’exposition

(...)
Lire la suite

Les moyens de prévention

* Substituer le benzène (substance cancérigène) à chaque fois que cela est possible. Il est remplacé habituellement par du toluène, xylène, cyclohexane, qui ne sont cependant pas sans risque eux non plus

* Travailler en vase clos (si on ne peut pas remplacer le benzène), c’est à dire en système hermétique. Mais, même dans ce cas, il convient d’évaluer l’efficacité du dispositif de vase clos en comparant par exemple les quantités de benzène effectivement consommées annuellement dans l’entreprise avec celles requises pour le fonctionnement de l’installation en circuit fermé. Un différentiel important entre ces deux données signifie qu’il existe des pertes consécutives à des fuites lors du fonctionnement normal ou lors des opérations d’entretien et de maintenance pendant lesquelles on rompt le confinement de l’installation (d’où la nécessité de contrôler le respect des valeurs limite dans l’environnement de travail, même lorsque l’on travaille en vase clos).



Sources réglementaires

Classement et étiquetage :

La substance seule est classée et étiquetée cancérogène catégorie 1 par la réglementation européenne, (R45 "peut provoquer le cancer" et R11 "facilement inflammable") La réglementation relative à cette catégorie de substances est donc applicable (articles R. 4412-1 et suivants du code du travail)

Valeur limite à ne pas dépasser :

Article R. 4412-149 : 3,25 mg/m3 d’air ; 1 PPM (partie par million en volume d’air)



Pour en savoir plus
INRS

* INRS : « Les vapeurs d’essence sont nocives pour votre santé »

Toutes les essences contiennent des hydrocarbures dont du benzène. Le benzène est un produit dangereux. Les vapeurs d’essence agissent sur le système nerveux et provoquent des troubles graves de la formule sanguine. Ce dépliant donne des conseils pratiques pour prévenir les risques liés au benzène.




En attendant "la Grande Enquete" de la MSA AgriCan/PHYT'Attitude ....que la FNSEA et le ministère de l'Agriculture prométent pour 2011,que l'on retrouve des herbicides aujourd'hui encore dans nos nappes phréatiques (traces) interdit il y a 10 ans ,ou d'autres colorants nitrés "c'est encore normal" ,mais que du benzene dans des produits phyto à 7% sans que celui ci ne soit indiqué ,cela n'est pas acceptable ,alors qu'il est classé sur la fiche MSA depuis 20 ans comme cancérigène avéré à 0,2% !!!! , l'agriculteur n'a pas fonction d'etre un biologiste des molécules .....


Le Benzène se trouve de façon majoritaire depuis une trentaine d’années et plus particulièrement depuis l’avènement de l’essence sans plomb dans l’essence automobile.

Les pesticides qui ont pu en contenir dans les années 70, n’ont plus recours à ce solvant depuis au moins le début des années 80.

Pour l’essence sans plomb la teneur en benzène a été de 5% jusqu’en 2000 et de 1% depuis.
Ce % est considérable vu la dangerosité du produit, de nombreuses études ont montré les conséquences sur l’exposition des jeunes enfants à proximité des stations service ou des voies de communication avec des augmentations significatives des cas de leucemies.

Pour remplacer le benzène, il y a le plomb mais pas plus rassurant ou l’éthanol mais ce serait au profit du monde agricole , ce qui ne réjouit pas les pétroliers qui les considérent comme des concurrents sérieux pour le futur.

Les américains vont réduire la teneur en benzène dans l’essence sans plomb à 0,66% maximum soit 1/3 de moins qu’en Europe à compter de 2011, grâce à l’incorporation majorée d’éthanol notamment.

De fait notre malheureux agriculteur est vraisemblablement mort de l’utilisation de l’essence pour dégraisser les pièces de ses engins agricoles comme le font de façon aussi imprudente de nombreux agriculteurs.

Il serait intéressant de connaître la prévalence des cas de leucémie chez les mécanos professionnels et amateurs, pour comparer, et s’indigner collectivement de la toxicité de l’essence et de l’exposition de nos enfants au benzène de l’essence , s’indigner individuellement puis collectivement puisque c’est désormais la grande mode.

Modifié cabernet1 (fév. 9, 2011 08:31:47)

Hors-ligne

#2 fév. 6, 2011 11:07:45

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

On dit (parfois) que le bonheur est dans le pré ! Mais la réalité du monde agricole est bien souvent toute autre. Largement ignoré, le mal-être des agriculteurs : une profession où on se suicide trois fois plus que la moyenne des Français. La Mutualité Sociale Agricole (MSA) prend très au sérieux ces drames. A Lagardère, dans le Gers, Patrick Téjéro est allé à la rencontre de Michel Bini pour RTL. Cet exploitant a dû mal à joindre les deux bouts. Les bons mois, il dégage 300 euros. Il y a une dizaine d'années, il a tenté de se suicider devant la préfecture. Il s'en est sorti. Mais aujourd'hui, la colère et la révolte ont pris le pas sur le désespoir. IL FAUT SAVOIR QUE C'EST LE CONTEXTE POLITIQUE QUI EMPOISONNE LES AGRICULTEURS avant les pesticides que nous ne contestons PLUS aujourd'hui........(Xavier Beulin/FNSEA) Si aujoiurd'hui en ce qui concerne les molécules ;l'agriculteur comme le médecin n'a aucune connaissance en matière de PHARMACO-PHYTOvigilence ,c'est qu'il fait "confiance" à des organismes AFSSA/AFSSAPS qui sont "un peu trop favorable" à des laboratoires ou firmes chimiques ,dont le lobbying ou les conflits d'interets sont trés actifs aussi à Bruxelles .Pr Debré & Pr Ph Even " Il y a des milliers d'experts à l'AFSSAPS et c'est le regne de l'irresponsabilité diluées avec des conflits d'interets que les EXPERTS ont avec les firmes . Des firmes comme Syngenta qui lance des insecticides non classés (AFFIRM)disent que l'agriculteur doit avoir la maitrise de ses pulvérisations ,et que surtout à proximité de maisons ,il doit utiliser en toute connaissance les produits les moins nocifs qu'il dispose sur le marché .Dans Réussir Vigne il a été dit que la pulvérisation d'insecticides classés devenait obsolète ,en se qui concerne le bénéfice risque ,et que l'avenir était aux pièges ,ce qui est fait actuellement aux Antilles pour la banane ,aujourd'hui trés durable.

N'opposons pas en France l'écologie et l'agriculture », a lancé M. Sarkozy, qui s'exprimait devant près de 2.000 personnes, à Truchtersheim (Bas-Rhin). « Les agriculteurs vivent de la nature et au milieu d'elle. Les présenter comme des ennemis de leur propre milieu de vie est inepte. Je veux réaffirmer clairement mon attachement à une agriculture durable, respectueuse de son environnement et qui ne met pas en danger la santé des paysans », a-t-il ajouté. Selon lui, « c'est toute la question du Grenelle de l'environnement : nous essayons de réconcilier ces sujets fondamentaux que certains voudraient opposer sans cesse », a-t-il dit.
Alors que l'OMS montre que de nombreux cas de cancers pourraient etre évités ,dans le Plan Régional Santé Environnement 2 ,une des action est de réduire les expositions de la population aux substances toxiques ET l'évaluation des connaissances sur l'exposition aérienne aux pesticides (les produits ne doivent pas contenir plus e 0,2% de BENZENE) et les PERCHLOROETHYLENE (nettoyage à sec) vont etre interdit en 2012 . la DREAL ,MSA , INRS, ANSES,l'INSERM communique que l'exposition meme faible de ses 2 molécules dans l'air est un des facteurs des cancers ,leucémies et doivent etre interdits.


Aprés l'affaire du médiator ,ça peut nous faire douter....Nous ne devons plus sous estimer les risques et travailler dans la prévention (Xavier Beulin/FNSEA)

Le viticulteur Yannick Chenet a été reconnu maladie professionnelle il y a 7 ans , grace a un autre agriculteur Dominique Marchal ,victime lui aussi d'une leucémie ,qui avait fait analyser ses bidons de phyto qui contenaient -7% de BENZENE (reconnu depuis 1973 trés toxique / tableau de la MSA) ce qui favorise les fabricants qui n'ont pas besoin de déclarer cette molécule) Marie Monique Robin



http://videos.lefigaro.fr/video/iLyROoafzZWp.html (Xavier Beulin fnsea)

Modifié cabernet1 (fév. 9, 2011 09:17:37)

Hors-ligne

#3 fév. 9, 2011 08:38:47

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

TOUS LES JOURS, TOUTE L’INFO
Le cancer des pesticides
Par Estelle Saget, publie le 05/01/2007 - mis a jour le 05/01/2007 10:31
La justice vient de reconnaitre que certains produits utilises par les agriculteurs sont cancérogenes. Le résultat d'une longue bataille menée par un couple vosgien
Qui aurait parie qu'une femme d'agriculteur parviendrait, de la petite ville vosgienne de Rambervillers, a percer l'un des SECRET INDUSTRIEL les mieux gardes, celui de la composition des pesticides de grandes marques Personne, tant les multinationales du secteur avaient verrouille, jusqu'ici, l'accés a ces informations concurrentielles. Mais Catherine Marchal a puise une énergie hors du commun dans le sentiment d'injustice qui l'habite depuis 2003.
Cette année-la, la Mutualité sociale agricole (MSA) réfute l'origine professionnelle de la maladie de son mari, Dominique. A 49 ans, l'exploitant souffre d'un syndrome myéloproliferatif - une multiplication anormale des plaquettes sanguines - susceptible de se transformer en leucémie aigue. Cette pathologie est répertoriée de longue date chez les employés des raffineries exposes au benzène, un dérive du pétrole. Alors Catherine Marchal s'interroge: certains des pesticides utilises durant vingt-cinq ans par Dominique - prés de 250 en tout - contenaient-ils du benzène
Les fabricants connaissent la réponse, bien sur, ainsi que le ministère de l'Agriculture, charge d'homologuer leurs produits. Pourtant, les époux Marchal n'ont réussi a obtenir l'information qu'au terme d'une longue procédure judiciaire. Le président du tribunal des affaires de sécurité sociale des Vosges s'est finalement résolu a ordonner l'analyse des bidons stockes dans une batisse de l'exploitation. Résultat de l'expertise La substance cancérogene est retrouvée dans plusieurs échantillons. Dans leur décision du 18 septembre 2006, qui n'est plus susceptible d'appel, les juges d'Epinal ont donc classe le cas de Dominique Marchal en maladie professionnelle. Une victoire inespérée qui souligne, du meme coup, la grande solitude des agriculteurs obliges d'enqueter eux-memes sur les causes de leur cancer.
Ils sont peu nombreux a se lancer sur ce parcours du combattant. Encore moins a obtenir, a l'arrivée, le sésame établissant que leur pathologie est bien liée a leur activité. Pourtant, la littérature scientifique abonde a ce sujet. Des études internationales révèlent au sein de la population des cultivateurs un taux anormalement élevé de leucémies, de tumeurs cérébrales, de cancers des ganglions et de la prostate. Mais, rapporte a un seul individu, le lien de cause a effet est délicat a prouver. Du coup, la plupart des agriculteurs tombent dans les oubliettes du système d'évaluation du caractère professionnel des maladies. Celui-ci passe de toute façon a cote de la moitie des cas de cancer - au moins - tous métiers confondus. «3 000 dossiers se soldent par une reconnaissance chaque année, alors que le nombre de malades est estime entre 6 000 et 24 000», rappelle le Dr Pierre Lebailly,chercheur au centre François - Baclesse ,à Caen.



Il s'en est fallu de peu que Dominique Marchal ne figure parmi les laisses-pour-compte du dispositif. Ce scenario fait encore frémir Catherine, convaincue que son mari donne trop a l'exploitation. Dans le salon ou ils se tiennent cote a? cote, elle clot la discussion. «Tu es trop consciencieux, dit cette petite femme a lunettes dorées, qui ne hausse jamais le ton. Les week-ends, tu vas encore dans les champs.» Employée de bureau dans la zone d'activité locale, elle s'est attaquée a l'omerta imposée par l'industrie des pesticides exactement comme elle épluché la comptabilité pour son patron. Méthodique. Opiniatre. Revenant, encore et toujours, sur la question clef du benzène.
Le benzène, suspect n° 1
Le benzène menace-t-il la sante des pompistes ou meme celle des citadins? La question, non tranchée, revient régulièrement sur le tapis. Car cette substance, classée cancérogène par l'Union européenne, est présente dans l'essence et, par conséquent, dans les gaz d'échappement des voitures et des deux-roues. A Paris, par exemple, le taux de benzène dans l'air dépasse les normes de dangerosité sur plusieurs grands axes, selon le rapport d'activité d'Airparif. La règlementation limite la teneur a 1% dans les carburants et a 0,1% dans les solvants. Mais les scientifiques ne peuvent pas garantir que cette norme protège suffisamment les citoyens. «Il n'est pas possible de déterminer experimentalement les doses de benzene ne produisant pas d'effet cancérogene», indique l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).
reconnaissance du caractère professionnel de sa maladie de Parkinson, une première pour cette pathologie. La décision a été rendue le 12 mai 2006 par le tribunal des affaires de sécurité sociale.
Le premier expert charge du dossier Marchal, en 2003, avait pourtant rendu un avis sans appel sur ce point. Le Dr Francois Testud ecrivait que «les hydrocarbures pétroliers utilises pour mettre en solution certaines matières actives [NDLR: dans les pesticides] sont exempts de benzène depuis le milieu des années 1970». Aujourd'hui, le toxicologue refuse de reconnaitre son erreur. «Il s'agit d'une imprécision, argumente-t-il. J'aurais du indiquer que le benzène n'était pas présent dans des proportions comportant un risque pour la sante.» Pour lui, le débat sur l'effet des faibles doses n'a pas lieu d'etre.
Les produits suspects dans des pots a confiture
A l'époque, la parole de l'expert n'avait été contestée par personne. Sauf par Catherine, qui avait sollicite le sénateur des Vosges et PRESIDENT DU SENAT, Christian Poncelet. Lequel s'était adressé a l'Institut National de la Recherche Agronomique. Dans son courrier du 28 janvier 2005, la présidente, Marion Guillou, répond a l'élu que « LA COMPOSITION INTEGRALE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES EST SOUMISE AU SECRET INDUSTRIEL ».L'avocate du couple, Me Marie-Jose Chaumont, émet alors l'idee de se tourner vers un laboratoire independant. Et c'est Catherine Marchal, equipée de gants a vaisselle, qui transvase les produits suspects dans des pots a confiture avant de les porter a la sociéte Chem Tox, dans la banlieue de Strasbourg. Les résultats, rendus en septembre 2005, se révélent decisifs. Aujourd'hui, les fabricants eux-memes les corroborent. L'Express s'est procure le rapport d'expertise et l'a soumis a? l'Union des industriels de la protection des plantes. «Les sept marques nommées contiennent le meme solvant, le Solvesso, ou l'on retrouve du benzène dans une infime proportion, inférieure au seuil règlementaire», affirme le directeur de ce syndicat professionnel, Jean-Charles Bocquet.
D'autres malades ont maintenant l'intention de suivre l'exemple des époux Marchal pour contourner le

secret industriel. Mais Jean-Charles Bocquet a mieux a leur proposer: «SI UN AGRICULTEUR RECHERCHE UN COMPOSANT PRECIS ET NOUS ENVOIE LA LISTE DES PRODUITS QU'IL UTILISE , NOUS LUI REPONDRONS.» Parole d'honneur

Modifié cabernet1 (fév. 9, 2011 09:45:12)

Hors-ligne

#4 fév. 9, 2011 09:57:18

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

IL FAUT SAVOIR QUE C'EST LE CONTEXTE POLITIQUE QUI EMPOISONNE LES AGRICULTEURS avant les pesticides que nous ne contestons PLUS aujourd'hui........(Xavier Beulin/FNSEA)

Lancement de la Plateforme Cancer Info
Cette plateforme multi-accès d'information médicale et sociale de référence sur les cancers est destinée aux personnes malades et à leur entourage.


L'Institut National du Cancer et le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé lancent, en partenariat avec la Ligue nationale contre le cancer, Cancer info, la plateforme d'information médicale et sociale de référence sur les cancers, à destination des personnes malades et de leur entourage.

Dans le cadre du Plan cancer 2009-2013, qui prévoit de rendre accessible aux patients une information de référence sur les cancers afin d'en faire des acteurs du systéme de soins, Cancer info a pour vocation d'apporter des réponses et d'accompagner les patients et leurs proches aux étapes clés de la maladie, en complément de leurs échanges avec les équipes soignantes.



Pour faciliter l'accès de tous à l'information, Cancer info est disponible sous trois formes :

* une collection de guides d'information, destinés notamment à être remis aux patients au cours des consultations du dispositif d'annonce afin de les accompagner tout au long de leur prise en charge médicale ;
* une rubrique sur le site de l'Institut National du Cancer : www.e-cancer.fr/cancer-info, avec des dossiers thématiques exhaustifs ;
* une ligne téléphonique au 0810 810 821 (prix d'un appel local), ouverte du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures.



Pour en savoir +: www.e-cancer.fr

Pour commander les outils Cancer info , les outils d'information grand public ont été réalisés en partenariat avec la MSA.



Pour en savoir + sur la prévention santé de la MSA

10 ans de témoignages et d'expertise sur les produits phytosanitaires en milieu agricole ont permis à la MSA d'organiser le colloque "Phytosanitaires, quelle place pour pour la santé des agriculteurs ?" le 23 mars 2010.

l'Agriculteur a AUJOURD'HUI PHYT'ATTITUDE/MSA ou il doit, si il a LE MOINDRE PROBLEME en faire part (tremblements,sudation Nocturnes,maux de tete répétés etc.....) N° Vert Phyt’attitude : 0800 887 887 http://bit.ly/hZaZ6h Au JT du 20h de TF1 du 25 mars, l'enquête sur agriculteurs et pesticides a fait la part belle à Phyt'attitude et au n° vert: 0800 887 887 . Visionnez le reportage avec l'interview du Dr Dupupet. http://videos.tf1.fr/jt-20h/les-agriculteurs-victimes-des-pesticides-5787052.html

Modifié cabernet1 (fév. 10, 2011 23:25:34)

Hors-ligne

#5 fév. 12, 2011 21:31:51

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 793
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

Santé - Résidus de médicaments dans l'eau : un quart d'échantillons positifs

( Publié le 12/02/2011 à : 09H 03 min )

Les premiers résultats de la campagne nationale d'analyse des résidus de médicaments dans l'eau a mis en évidence un quart d'échantillons positifs, a indiqué jeudi l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).


25 % des échantillons d'eaux traitées
se sont révélés positifs. (© Terre-net Média)
Ces résultats sont « conformes aux attentes », a précisé l'Anses dans un communiqué commun avec l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Hormis la caféine (qui est par ailleurs un marqueur de l'activité humaine), les molécules les plus fréquemment retrouvées sont la carbamazépine (anti-épileptique) et son principal métabolite, ainsi que l'oxazépam (anxiolytique). L'oxazépam est à la fois une molécule mère et un métabolite (produit de la transformation des médicaments dans l'organisme) de benzodiazépines (anxiolytiques).

« Présence simultanée d'une à quatre molécules »

Une campagne nationale de mesures de 45 substances pharmaceutiques d'origine humaine et vétérinaire a été lancée en septembre 2009 par le ministère de la Santé. Les prélèvements, qui ont couvert près d'un quart de la population en métropole et dans les Dom, ont été effectués sur des ressources utilisées pour la production d'eau destinée à la consommation humaine (eaux brutes) et sur des eaux traitées. « Pour environ 75 % des échantillons d'eau traitée », d'origine souterraine ou superficielle, aucune des 45 molécules recherchées n'a été quantifiée, hors caféine, a indiqué l'Anses. « Parmi les 25 % d'échantillons positifs, les analyses révèlent généralement la présence simultanée d'une à quatre molécules », a-t-elle ajouté.

Parmi les 45 molécules recherchées, 26 n'ont jamais été retrouvées. 19 ont été détectées au moins une fois, parmi lesquelles 5 étaient présentes à des concentrations trop faibles pour pouvoir être quantifiées. « Les concentrations trouvées dans les eaux traitées sont 1.000 à 1 million de fois inférieures » aux doses utilisées dans le cadre d'un traitement, a souligné l'Anses.

La publication d'un plan interministériel d'actions sur les résidus de médicaments dans les eaux est prévue pour le 1er trimestre 2011.

Hors-ligne

#6 fév. 12, 2011 22:21:26

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 232
Envoyer un courriel  

du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES..........

La jeune Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), issue de la fusion entre l’Afssa et l’Afsset en juillet 2010, a présenté jeudi 10 février son programme pour 2011. Au menu, notamment, les risques liés aux pesticides et aux perturbateurs endocriniens. Un comité de déontologie et de prévention des conflits d’intérêt sera mis en place d’ici fin avril.



« L’Anses est avant tout une agence indépendante», a tenu à rappeler son directeur et ex-directeur de l’Afssa [1], Marc Mortureux. Une manière de répondre par anticipation aux suspicions qui pèsent plus lourdement encore aujourd’hui sur les agences sanitaires, suite à l’affaire du Mediator qui a mis en lumière de graves dysfonctionnements et des conflits d’intérêt au sein de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) (voir le JDLE). « Cette remise en cause nous a bousculé et nous amène à nous poser des questions», avoue Marc Mortureux.



Un comité de déontologie

Néanmoins, « les crises antérieures qu’ont connues l’ex-Afsset [2] et l’ex-Afssa, ainsi que leur fusion, ont déjà permis une évolution des règles de déontologie», explique-t-il. C’est notamment le cas de la création d’un comité de déontologie et de prévention des conflits d’intérêt, prévue depuis la fusion, qui sera opérationnel « fin avril au plus tard». Ce conseil de Sages, composé de 5 à 8 membres nommés pour 5 ans par arrêté ministériel et sur proposition du CA, sera chargé de veiller au respect des règles fixées par le code de déontologie et les principes de l’expertise collective (voir le site de l’agence). Il pourra également être saisi par un membre du CA, à l’instar d’une association environnementale.

Suite à son rapport sur le Mediator, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) examinera « les points forts et les faiblesses» de l’Anses dans le domaine du médicament vétérinaire.

Conflits d’intérêt

Le directeur de l’Anses tient toutefois à souligner la complexité de la question des conflits d’intérêt: « Le risque serait de réduire la diversité d’horizon des experts et le caractère contradictoire de l’expertise qui est également un gage d’indépendance».

A l’heure actuelle, aucun conflit d’intérêt n’est toléré dans les groupes de travail. En revanche, la question est plus complexe dans les comités d’expertise spécialisés (CES) qui couvrent de nombreux sujets sur une durée de trois ans. Théoriquement, pour chaque nouveau sujet, les experts ayant des liens d’intérêt doivent s’abstenir de participer.

L’Anses a également fait le choix de mettre en ligne les déclarations publiques d’intérêt (DPI) de ses 350 salariés internes, comme gage de transparence. Elles devront désormais être mises à jour tous les ans et non plus tous les 3 ans.

Marc Mortureux a enfin rappelé que la gouvernance de l’agence était construite sur le modèle «grenellien» avec une participation au CA des différentes parties prenantes (ONG, syndicats, pouvoirs publics, entreprises). « Cette intégration de la société civile est essentielle pour nous permettre de capter les signaux d’alerte», avance-t-il.

Pesticides et phtalates

L’Anses va engager un travail d’évaluation des impacts réels des expositions aux pesticides pour les agriculteurs en s’appuyant notamment sur les données scientifiques les plus récentes. Un groupe d’experts sera mis en place en 2011 sur la base d’un appel à candidatures et les premiers résultats sont attendus d’ici fin 2012.

Une étude sur 12 perturbateurs endocriniens «prioritaires» sera conduite afin d’estimer l’exposition de l’homme aussi bien en milieu professionnel que via l’alimentation et l’environnement. Un premier point d’étape sur le bisphénol-A (BPA) sera présenté fin mars, puis un autre à la fin de l’année. Une coopération internationale, notamment avec les Etats-Unis et l’Allemagne, visera à développer de nouvelles méthodologies d’évaluation des risques, reconnues mondialement.

Les résultats d’une enquête sur l’exposition à 300 contaminants potentiels (pesticides, métaux lourds, toxines…) dans plus de 250 aliments seront publiés d’ici l’été 2011.

Parallèlement, une meilleure connaissance des effets «cocktail» d’une exposition à de multiples pesticides à faibles doses (projet Pericles) devrait être apportée par la publication d’une étude en 2012.

En matière de radiofréquences, un groupe d’expertise permanent sera mis place cette année. Dans le cadre de la reprise des missions de la fondation Santé et radiofréquences, l’Anses va par ailleurs créer un programme de recherche ad hoc qui lancera un appel à projets de recherche de 2 millions euros par an.

Le laboratoire Anses de Sophia-Antipolis a enfin été sélectionné par la Commission européenne pour devenir le laboratoire de référence sur l’étude des abeilles et la surveillance de leur mortalité.

Médicaments dans l’eau

Les résultats de la campagne nationale d’analyse des résidus de médicaments dans l’eau ont été également présentés ce matin. Sur les 45 substances analysées dans l’eau potable,19 ont été détectées dans au moins un échantillon. 25% des échantillons étaient positifs avec en général 1 à 4 molécules. Hormis la caféine (utilisée comme marqueur de l’activité humaine), les molécules les plus fréquentes sont la carbamazépine (anti-épileptique) et l’oxazépam (anxiolytique). 90% des échantillons ont présenté une concentration maximale cumulée inférieure à 25 nanogrammes par litre (ng/l), soit « 1.000 à un million de fois inférieures aux doses thérapeutiques» mais pour 5% d’entre eux, elle était supérieure à 100 ng/l.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » du BENZENE dans nos pesticides à l'origine de NOS LEUCEMIES.......... [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |