info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.

#1 mars 3, 2011 12:59:25

gerard
Enregistré: 2011-02-26
Messages: 2
Envoyer un courriel  

vendeur horticole: une bonne négociation, c est quand les 2 parties y trouvent leurs comptes...

j'ai lu avec beaucoup d'interet le livre de Monsieur Pierre Priolet et j'ai retrouvé beaucoup de points communs avec l'horticulture.
J'ai fait ma carriere horticole comme vendeur en gros de plantes en pot, dont une vingtaine d'années sur le marché de Rungis.
A la fin des années 70, en prévision de l'ouverture des frontiéres, on nous a incité à nous regrouper, "nous, producteurs de la région parisienne", en coopérative.
le producteur pouvait ainsi rester sur son exploitation et laisser la distribution à des "technico commerciaux" qui proposaient ainsi une très large gamme de grande qualité.
Par mesure de protectionnisme du MIN de Rungis, nous avons dû nous installer au Nord de Paris en SICA.(en dehors des circuits).
Les adhérents devaient alimenter le marché avec un gros pourcentage de leur production et un complément pouvait être acheté directement par la SICA sur le marché internationnal...(Belgique et Hollande)
Tres vite, les productions des adhérents se sont retrouvés en concurrence par les produits étrangers...entrainant plusieurs producteurs à déposer le bilan...
la SICA n'a duré que 3 ans...alors que bien géré, sur le site de Rungis, elle avait toute ses chances...
Maintenant, il n'y a pratiquement plus de producteurs sur le MIN , laissant toute la place à quelques GIE et surtout à la production étrangère...
Je vis maintenant dans le centre de la France, il n y a plus de fleuristes professionnels, il n'y a que des vendeurs de fleurs travaillant dans des magasins alimentés la nuit par des camions ..Hollandais
Les exploitations se sont transformés en jardinerie et la production française est réduite à la plante à massifs et aux chrysanthémes...comme si on réduisait la production maraichère à la pomme de terre et à la salade...

J ai ensuite travaillé comme acheteur vendeur pour un grossiste sur le MIN de Rungis
nous fournissions quelques centrales d'achat, des grandes surfaces, et des revendeurs individuelles ( fleuristes- decorateurs...)
nous vendions aux grandes surfaces et centrales à des prix très bas, mais le volume vendu nous permettait une position de force à l'achat...
Pour les grandes surfaces, les marges étaient petites, les produits reconditionnés, etiquetés par nos soins, on connaissait ainsi leur marge plus que confortable, nous fournissions une personne pour la mise en place et le suivi de la marchandise dans les rayons, elle devait également s'occuper des produits de la concurrence... étrangère...
la liste des servitudes peut être longue...

Quel producteur, avec son bon sens paysan, peut se retrouver à negocier avec des "commerciaux" sortant de grandes écoles, formater à "bouffer" tout ce qui l'entoure, à ne penser et ne vivre que pour le "profit". ils gagnent du "pognon"? et après? je n'en suis même pas sûr...
les actionnaires , oui.

lors d'une formation commerciale, j'ai appris qu'une bonne négociation, c'est quand les 2 parties y trouvent leurs comptes...

Hors-ligne

#2 mars 4, 2011 22:45:45

Bernard
De: la campagne du 82
Enregistré: 2010-06-01
Messages: 61
Envoyer un courriel  

vendeur horticole: une bonne négociation, c est quand les 2 parties y trouvent leurs comptes...

Bonsoir Gérard et à Tous !

Intéressant ton parcours !

J'ai aussi appris, en cours de formation commerciale que l'échange devait être gagnant/gagnant, formation que j'ai suivie pour comprendre comment les soit disant commerciaux arrivaient à faire passer leurs "désirs" pour des réalités...
Tout simplement en "manipulant"...
Lorsque l'on connait les techniques, parce que se sont des techniques, tu passes au dessus...

Ce que je constate, c'est que la grande distribution veut faire de la France, un pays à sa "botte", ainsi que les autres pays où elle s'implante... !!!

L'idée que je développe dans cette partie du forum vient en partie de l'Autriche, un des pays européens où le nombre de Seniors est très important, et depuis 2004, nous (avec l'apporteur de l'idée Seniors) l'avions améliorée en y ajoutant ce par quoi nous étions passé, dont en évitant le rejet des chômeurs/demandeurs d'emploi Seniors, en mettant au coeur du projet, les Seniors et les producteurs locaux !

Bien en a pris, parce que l'idée que nous avions eu en 2004, nous la voyons en partie maintenant dans tous les super... marchés !
Des présentations de fruits et légumes basses, pour permettre aux Seniors (public visé en premier...) d'éviter de se faire "mal" !
Or... cette disposition, étagères de consommation basses, a plu à toutes les catégories de la clientèle... !!!

Parce qu'en pensant Seniors, nous pensions tout simplement ergonomie !!!
Et, là aussi, tout le monde est gagnant/gagnant, les employés comme les clients !!!

Même si cette façon de faire est exploitée actuellement, la distri le fait mal, parce qu'elle refuse d'aller jusqu'au bout... le respect de Tous, employés et clients !
Il suffit d'ouvrir les yeux et de regarder comment cela se passe dans les supermarchés... !

Hors-ligne

Pied de page

Modération
Share |