info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....) [RSS Feed]

#1 juil. 17, 2011 09:44:28

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 893
Envoyer un courriel  

UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....)

Languedoc-Roussillon La Safer voudrait ceinturer de vert les grandes villes de la région

PHILIPPE MOURET
16/07/2011, 06 h 00

9 réactions

Avec la pression démographique, la ville grignote peu à peu du terrain. (Photo CHRISTINE PALASZ)
La Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) Languedoc-Roussillon a 50 ans. Sa mission consiste à "acheter des terres agricoles, les stocker, les aménager puis les attribuer", précise son chargé des relations extérieures, Roland Traver.

Chaque Safer régionale est une société de droit privé, chargée d’une mission de service public. Paradoxe français ! "Si j’avais deux regrets à exprimer, c’est de ne pas avoir commencé plus tôt et de ne pas pouvoir aller plus loin", dit le président de la Safer LR, Dominique Granier. Malicieux, il ajoute : "C’est ce que mon père disait en 1965, lorsqu’il était président de la Safer. Cela reste d’actualité..."

Pour ses 50 ans, la Safer LR avait réuni un parterre de 300 personnes. Les acteurs de la vie agricole, mais aussi du monde politique, à commencer par les présidents du conseil régional, Christian Bourquin, et du conseil général de l’Hérault, André Vezinhet.

"Une mobilisation forte" qui a comblé Dominique Granier. "La région est atypique (...) La solution viendra d’ici, pas de Paris ou de Bruxelles", poursuit-il.

Aujourd’hui, l’espace agricole s’est réduit et a fait place à un espace rural aux multiples usages. Des routes, des voies de chemin de fer, des zones d’activités, de loisirs, d’habitations ont été construites.

En Languedoc-Roussillon, les terres sont, de plus, extrêmement morcelées. "Il y a urgence à régler la question du morcellement de la propriété foncière, insiste M. Granier, en illustrant son propos : par exemple, il n’y a pas d’irrigation possible sans cohérence de territoire."

Pas facile cependant de faire passer l’intérêt commun avant celui de chaque individu, qui espère tirer le maximum d’une parcelle agricole devenue constructible.

Et de citer l’exemple d’Olonzac, dans l’Hérault, où la Safer et ses partenaires ont pu sauver 80 hectares de vignes de l’arrachage et permis ainsi d’assurer la pérennité de la coopérative. "Nous ressentons une réelle évolution. L’aide publique augmente. En particulier celle du conseil régional qui est en progression. Mais il faut faire vite", insiste Dominique Granier. Parmi les objectifs de la Safer, convaincre les politiques de la nécessité de préserver des "ceintures vertes" autour des villes, comme cela s’est fait à Barcelone, où 3 000 hectares ont été protégés, entre la ville et l’aéroport. Une expérience est en cours à proximité de Nîmes.

"Ce sont les meilleures terres de notre région. En les protégeant, c’est l’avenir de tous que l’on protège. Il faut organiser le partage du territoire entre l’extension urbaine et la préservation des terres agricoles (...) La gestion du foncier est nécessaire, pas seulement pour les agriculteurs", insiste-t-on à la Safer.



9 réactions



Vu dans le film Severn,la voix de nos enfants de Jean Paul Jaud.La F1 dans les Yvelines, c'est la Flins... Euh... c'est la Fin !
Le projet de circuit automobile sur des terres agricoles est définitivement dans les choux (bios).

Ce n'est pas sans un certain enthousiasme que des milliers d'Yvelinois ont appris que le nouveau Président du Conseil Général, Alain Schmitz, avait décidé d'abandonner ce projet controversé et contraire aux nouvelles valeurs issues du Grenelle de l'environnement.

Il a été précisé que, conformément à ce qui avait été décidé lors du démarrage de ce projet et au cas où il n'aboutirait pas, les terrains préemptés seraient rétrocédés à la Safer qui prévoit de les consacrer à l'agriculture biologique.

Le circuit de Flins devait être situé sur des champs de captage d'eau potable. Son coût était estimé à 112 millions d'euros.

Il avait fait l'objet d'un amendement sénatorial dans le cadre du plan de relance, puis il fut rejeté par les députés. Il s'est ensuite heurté aux associations de protection de l'environnement, mais aussi à la secrétaire d'Etat à l'écologie Chantal Jouanno et son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo.

Alain Schmitz avait affirmé en juillet que le projet avait "le soutien du Premier ministre" François Fillon, rappelle l'AFP.......SOLUTIONS LOCALES POUR UN DESORDRE GLOBAL (film) c'est ce que voulait Coline Serreau ,ainsi que Jean Marie Pelt sur France Inter il y à 2 ans.... "une ceinture Verte protégée autour de nos Villes et Villages......

Modifié cabernet1 (juil. 17, 2011 13:00:25)

Hors-ligne

#2 juil. 17, 2011 09:48:16

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 893
Envoyer un courriel  

UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....)


Toulouse s’entoure d’une ceinture verte agro­biologique
La Gazette des Communes - 2 novembre 2009.
Le domaine agricole de la ville pourra, dès 2012, approvisionner en blé bio la cuisine centrale.

Toulouse, une ville à la campagne ? Deux fois plus étendue que Marseille ou Lyon, la Ville rose (118,3 km2) s’est progressivement dotée de terres agricoles, sur une surface avoisinant les 300 hectares. Ces espaces sont en majorité constitués de terrains non constructibles (terres inondables en bordure de la Garonne, bassins de rétention d’eaux de pluie), mais pouvant être destinés à l’édification d’ouvrages d’art ou à la création d’espaces verts.

Une « opération vitrine ».

Les terres situées à proximité des usines Airbus, au nord de la ville (soit quelque 80 hectares), sont susceptibles d’être, à terme, vouées à l’urbanisation. Ailleurs, la collectivité entend consolider la vocation agricole du site, principale­ ment destiné à la culture de blé, de colza et de chanvre, ainsi qu’à la vigne (25 hectares). Depuis 1976, cet espace est géré par la régie municipale. « L’idée est de valoriser et de pérenniser ce domaine, déclare Elisabeth Belaubre, déléguée à la régie agricole et au service de restauration scolaire. Il s’agit de transformer en ceinture verte agricole ce qui est aujourd’hui une simple réserve foncière. Le passage au bio est une "opération vitrine", qui contribuera à structurer la filière et à assurer, en partie, l’approvisionnement en blé bio de la cuisine centrale. La démarche se veut exemplaire, notre collectivité cherchant à donner la preuve qu’il est possible de produire et de consommer "local". Elle a aussi une visée pédagogique et sera largement promue auprès de la communauté scolaire », poursuit l’élue écologiste.

Pilote de l’initiative, la fédération régionale de l’agriculture biologique (Frab) a réalisé le diagnostic préalable au printemps dernier. La conversion au bio, qui s’étalera sur trois ans, s’engage cet automne avec l’introduction de rotations longues : pour éviter l’appauvrissement des sols, le type de culture varie chaque année, une même culture ne revenant que tous les cinq à sept ans. « La conversion n’est pas une simple substitution de moyens mécaniques à des moyens chimiques, mais un réel changement de l’ensemble du système d’exploitation, souligne Pascal Lachaux, chef de projet pour la Frab de Midi­Pyrénées. La mise en place d’une rotation longue est indispensable pour redonner à la terre sa richesse organique et assurer une bonne gestion des mauvaises herbes, compte tenu de la suppression des désherbants et du remplacement des engrais chimiques par des engrais verts. »

Davantage de main d’oeuvre.

Le nouveau plan de rotation des cultures, en cours de définition, fera varier les dates de semis (cultures d’automne, de printemps et d’été) et les systèmes racinaires (aux besoins en éléments minéraux différents). L’objectif prioritaire est de planter 90 hectares de blé pour pouvoir satisfaire les demandes de la cuisine centrale ; lentilles et soja sont également au programme.
Les mauvaises herbes seront traitées par des moyens mécaniques (herse étrille, bineuse), ce qui nécessitera le recours à une main d’œuvre supplémentaire. « Le passage au bio induit habituellement une augmentation de 30 % des besoins en personnel. Ce sera bien plus dans le cas du domaine agricole de la ville de Toulouse, du fait de la parcellisation des terres », pressent Pascal Lachaux. Composée d’agriculteurs en activité, l’équipe de la Frab a déjà entamé un important plan de formation auprès des six agents de la régie municipale.
Blé : une autosuffisance en 2015

La cuisine centrale distribue, chaque jour, 26000 repas dans les 200 écoles de la ville. Depuis la rentrée 2008, un repas sur cinq est entièrement confectionné à partir de produits labellises « AB ». La ville remplit donc déjà l’objectif du Grenelle de l’environnement, qui vise 20% de repas bios dans la restauration collective en 2012. L’approvisionnement en pain nécessite pour chaque repas une tonne de blé, transformé en farine de type T80 semi­ complète. La production annuelle des 90 hectares de la régie municipale permettra de couvrir plus de 20% des besoins en farine en 2012 et 100% dès 2015.

Laurence Lafosse

Modifié cabernet1 (juil. 17, 2011 12:57:28)

Hors-ligne

#3 juil. 17, 2011 09:57:58

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 893
Envoyer un courriel  

UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....)

cabernet1
Miguelito
le 16/07/2011, 11h33

Entourer la ville d'une ceinture verte: je sais comment ils vont le faire, ils vont mettre de la peinture verte sur les rocades.
Alertez
Répondre à Miguelito
verticulture
le 16/07/2011, 10h16

Dommage qu'ils n'aient pas réagi plus tôt!... De très longue date les urbanistes qui travaillaient sur une ville saine avait travaillé en ce sens, sens que M.Dugrand a totalement banni de son esprit en portant ce vieux projet des années 1890 avec l'urbanisation continue jusqu'à la mer (fantasme de Georges pour ... "l'image"..) en gaspillant les dernières terres alluvionnaires de Montpellier qui auraient pu rester jardins et poumons verts de la ville qui, elle, comme tous les urbanistes censés le savent et comme le Grenelle de Nicolas Sarkozy, qui, pour la première fois, a passé l'écologie au concret, n'a cessé de le mettre en avant, ville qui doit se reconstruire sur elle même en se densifiant au fil du temps sans heurter les générations...
Alertez
Répondre à verticulture
verticulture
le 16/07/2011, 18h38

En professionnel acteur de l'aménagement du territoire, je confirme que des applications directes, immédiates et en constante évolution du Grenelle de l'Environnement de Nicolas Sarkozy nous sont données pour règles et, cela, en concertation avec nombre d'associations écologiques, de professionnels, syndicats ou membres de la société civile, ces nouvelles règles issues du Grenelle ayant cette particularité de prendre en compte l'environnement sans oublier l'essentiel, le citoyen dans son activité sociale
Alertez
Miguelito
le 16/07/2011, 14h28

Verticulture, je n'ai jamais dit que le PS (et ex-PS) de Montpellier était écolo.
Mais j'affirme néanmoins que le discours pro-environnement de Sarkozy a l'époque du Grenelle s'est volatilisé, et que rien ne s'est traduit dans les faits.
Alertez
verticulture
le 16/07/2011, 12h17

Miguelito, suivez un peu les textes de loi! jamais à Montpellier les élus socialistes n'auront dû autant tenir compte des lois liées à l'Environnement alors même qu'ils n'ont quasi jamais tenu leurs promesses aux Verts après leurs alliances électorales... les vrais écologistes le savent bien...
Alertez
verticulture
le 16/07/2011, 11h43

Miguelito, suivez un peu les textes de loi! jamais à Montpellier les élus socialistes n'auront dû tenir compte des lois liées à l'Environnement alors même qu'ils n'ont quasi jamais tenu leurs promesses au Verts après leurs alliances électorales... les vrais écologistes le savent bien...
Alertez
Miguelito
le 16/07/2011, 11h34

Le Grenelle de l'Environnement de Sarkozy... qu'en reste-t-il aujourd'hui?
«L'environnement ça commence à bien faire», il l'a bien expliqué.
Alertez OUI j'alerte......LE "CA COMMENCE A BIEN FAIRE" A ETE UN BOUT DE PHRASE PRIS PAR DES JOURNALISTES (comme d'habitude!),car Mr Sarkozy sortait ECXEDE d'une réunion qu'il venait d'avoir avec Mr Borloo au salon de l'agriculture et des CEREALIERS PARISIENS QUI CONCERNAIT UNE PHRASE MAL REDIGEE DE LA LOI SUR L'EAU (bien avant le Grenelle de l'environnement)SUR LE DEBIT DE L'EAU !!!!!!!! entre AUTRE comme l'a dit Nicolas Sarkozy L'ECOLOGIE N'EST NI DE DROITE NI DE GAUCHE ,ELLE DIT ETRE INTEGREE A CHACUN DE NOUS ,ET L'AGRICULTEUR DOIT EN ETRE UN DES PREMIER PUISQU'il vit avec la NATURE .Il doit donc PROTEGER L'EAU, LA TERRE ,L'AIR et sa SANTE .......(voir PLAN CANCER 2009-2013 qui prend en compte les RISQUES ENVIRONNEMENTAUX & COMPORTEMENTAUX (agents Chimique,Biologiques ou Physiques).Signalons aussi que c'est N. Sarkozy qui a nomé le Pr Charles Sultan pour s'occuper du programme Européen REACH (répertorier les molécules dangereuses et les remplacer).On lui doit l'arret des Pesticides (endosulfants responsables d'atrophies testiculaires chez les bébés d'agriculteurs et de stérilités).L'arret des CREMES AU PARABEN dans les maternités (remplacés par des lotions à base d'huile d'olive).Loi Yvan Lachaud ,son ami,d INTERDIRE les Phtalates dans LES COSMETIQUES les BPA des plastiques ou PRODUITS CONSOMMABLES ,les Sels d'Aluminium des Déodorant (dans les armées on utilise depuis toujours la Pierre d'Alun).Le Pr Charles Sultan de Montpellier(endocrinologue à Montpellier) était aussi un des intervenants dans le film Nos Enfants Nous Accuseront ("ce film est une ode pour notre département Dominique Granier/Président de la Chambre d'agriculture du Gard)
skreo
le 16/07/2011, 10h04

que fait la SAFER à Clermont l'herault ?Pourquoi n'a-t-elle pu acheter ces Ha de terre agricoles et irriguées,qui vont être bétonnées ???
Alertez

Modifié cabernet1 (juil. 17, 2011 10:43:16)

Hors-ligne

#4 juil. 17, 2011 11:13:01

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....)

Le 2ème Plan Régional Santé Environnement adopté
1er mars
Typologie de l’action Santé
Action le 2ème Plan Régional Santé Environnement 2010-2014 adopté fin 2010
Périmètre Languedoc-Roussillon

Descriptif de l’action :

Un plan régional prenant en compte les enjeux nationaux et locaux

Le Groupe régional Santé-Environnement (GRSE) du Languedoc Roussillon, associant les 5 collèges du Grenelle de l’environnement, a validé le second Plan régional Santé Environnement (PRSE2) lors de sa réunion du 3 novembre 2010. L’arrêté préfectoral portant approbation du PRSE2 de la région Languedoc-Roussillon a été signé, le 20 décembre 2010, par le préfet de région, Claude BALAND.

Ce second Plan Régional Santé Environnement se décline en 15 actions concrètes pour 4 années de suivi et d’animation. Succédant au PRSE1, il prend en compte les conclusions de son évaluation et les orientations du Plan National Santé Environnement 2 adopté en juillet 2009, adaptées aux enjeux régionaux.

Une « gouvernance à 5 » pour son élaboration et son suivi

L’élaboration du PRSE2 résulte des propositions d’actions formulées par 4 groupes thématiques composés de représentants des services de l’Etat, des collectivités territoriales, des employeurs, des salariés, et des associations de la région Languedoc-Roussillon.

Il s’organise autour de 3 axes, qui donnent lieu à une déclinaison en 15 actions opérationnelles :

- Axe 1 : Connaître et limiter l’exposition des populations aux risques sanitaires ;
- Axe 2 : Réduire les inégalités sociales et territoriales ;
- Axe 3 : Préparer l’avenir : veille sur les risques émergents, information, formation et concertation.

Ce plan sera le socle de la mise en œuvre de la politique de santé-environnement de la région Languedoc-Roussillon pour la période 2010-2014. Il est largement porté par les services de l’État (DREAL, SGAR, Agence régionale de la Santé) mais également par des acteurs locaux pour permettre une déclinaison opérationnelle et une mobilisation sur le territoire.

Un dispositif de gouvernance du PRSE2 a été mis en place, avec des réunions régulières du GRSE, (qui devient ainsi l’instance de suivi du plan), du comité de pilotage et du secrétariat technique. Le GRSE rendra compte régulièrement au Comité régional de suivi du Grenelle de l’environnement. Par ailleurs, la commission spécialisée « prévention » de la conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA) sera informée des résultats de la mise en œuvre du plan.

Bénéficiaires :Citoyens

Pour en savoir plus :
- Le document « 2ème Plan Régional Santé Environnement Languedoc-Roussillon » (format PDF) et le document de synthèse (format PDF) sont disponibles sur le site dédié au PRSE2 LR
- Préfecture de région http://www.languedoc-roussillon.pref.gouv.fr/
- Agence régionale de la Santé (ARS) http:/www.ars.languedocroussillon.sante.fr
- Direction régionale de l’Environnement et de l’Aménagement (DREAL) http:/www.languedoc-roussillon.developpement-durable.gouv.fr

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » UNE CEINTURE VERTE AUTOUR DE NOS VILLES & VILLAGES (cela devrait etre obligatoire ....) [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |