info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.

#1 oct. 3, 2011 08:13:57

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

CANTINES de nouvelles règles IMPOSEES..........

Arretons de GAVER nos industriels de l'Agro Alimentaire qui aujourd'hui font LA MEME CHOSE avec la RESTAURATION !! Il est IMPORTANT de VALORISER les produits NON TRANSFORMES et LOCAUX car MAL MANGER coutera trés cher à notre Sécurité Sociale (ce qui se passe aujourd'hui aux USA)et mettre une TVA de o% pour les Fruits&légumes frais .....Un parent d'élève fait la remarque Arretons d'OUVRIR des conserves et de passer au MICRO ONDE (il est FACILE AUJOURD'HUI de se "PROCLAMER RESTAURATEUR ,en allant chez METRO !!".

Modifié ecophyto (oct. 3, 2011 08:19:16)

Hors-ligne

#2 oct. 3, 2011 08:14:54

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

CANTINES de nouvelles règles IMPOSEES..........

Cantines scolaires : Un problème nutritionnel se pose !
Le problème de l’heure qui se pose avec acuité aujourd’hui est purement de santé publique : Est-ce que les règles nutritionnelles sont vraiment respectées dans nos cantines scolaires? NON , non .Aujourd’hui le changement des habitudes alimentaires chez l’enfant comme chez l’adulte, peut donner naissance à l'obésité, ce qui n’est pas le cas chez nous contrairement à d’autres pays où cette maladie a atteint un stade épidémiologique. Alors pourquoi ne pas dès à présent œuvrer vers un changement nutritionnel dans les cantines scolaires et respecter les règles élémentaires pour éviter à l’enfant scolarisé les risques d’intoxication et autres effets secondaires, à l’image des autres pays qui ont pris des mesures allant dans le sens de la préservation de la santé de l’enfant. En effet, désormais dans les pays, dits développés, des menus spéciaux ont été concoctés et décidé dorénavant qu’il y aura moins de friture pour les enfants dans les cantines scolaires, et ce en vertu de nouvelles règles nutritionnelles qui viennent d’être appliquées officiellement. En revanche l’eau et le pain très conseillés seront servis sans restriction dans les cantines. Par contre, le sel, le sucre et les sauces ne seront plus proposés en libre service dans les cantines scolaires. Il doit y avoir plus de produits laitiers et dérivés , plus de fruits au dessert, le moins possible de friture et une alternance entre viande et poisson dans la semaine. La France dans ce domaine est devenue l'exemple mondial pour ce qui est de l’alimentaire afin d’assurer une bonne nutrition à commencer par l’enfant.

Hors-ligne

#3 oct. 3, 2011 08:15:56

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

CANTINES de nouvelles règles IMPOSEES..........

A quelques jours de la clôture de l’année scolaire petit détour par la cuisine du collège où un réel effort a été réalisé par l’équipe de l’intendance et la direction de l’établissement (et à l’initiative du conseil général ) pour faire évoluer le comportement alimentaire des élèves en proposant des menus bio.


Huit repas (un par mois) ont ainsi été élaborés par Jean-Pierre Barthélémy et son équipe ; l’opération se poursuivra à la rentrée et jusqu’en décembre. Ce dernier précise « pour le dernier repas avant les vacances nous avons servi un couscous dont la viande provient de la Haute-Loire, les carottes du Vigan ,les légumes de Bellegarde ; nous avons également choisi de pétrir et cuire les 400 petits pains dans le four du collège. Il faut également savoir que l’approvisionnement en produits bio est difficile. Tous les produits sont frais, nous les travaillons sur place donc cela exige un surplus de temps de préparation mais l’essentiel pour nous et de voir des élèves contents … mais tout cela a un coût !».
Sur ce point précis, Jocelyne Meyrueis, la responsable de l’intendance, souligne « nous sommes aidés par le conseil général qui nous octroie 1€ par repas et par élève ; un repas ''habituel'' coûte 1,86 €, le repas bio revient à 2,70 € et doit répondre aussi aux normes d’hygiène, ce qui complique l’approvisionnement. Nous sollicitons en tout premier lieu les petits producteurs locaux mais la demande est telle que nous devons nous approvisionner hors département ». Juste récompense de cet effort « pour preuve les tagliatelles du mois de mai… les assiettes sont reparties vides ! »
Et de conclure « le but serait de coordonner cette opération par une action pédagogique auprès des élèves. Une réunion d’information et se sensibilisation a d’ailleurs déjà eu lieu au collège ; elle était coordonnée par Aurélie Codou la diététicienne du conseil général, et s’adressait aux responsables des différents collège du bassin alésien ».

Hors-ligne

#4 oct. 3, 2011 08:20:17

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

CANTINES de nouvelles règles IMPOSEES..........

Nous avions découvert avec intérêt l’action du conseil général du Gard en matière de gestion des cantines scolaires et avions publié un 1er article sur le sujet. Dans cet article nous mentionnions que le CG30 prévoyait de fermer ses cuisines centrales et de ré-ouvrir des cuisines dans les collèges.

Nous avons donc contacté le Service ‘Personnel TOS et Restauration’ de la direction de l’éducation pour en savoir plus sur les projets du Conseil général du Gard.

Il est mentionné sur votre site internet que cette action a été menée « pour des raisons budgétaires »….: pouvez-vous préciser? Cela veut-il dire qu’il est moins coûteux de gérer des cuisines dans chaque collège que de fabriquer des repas dans des UPC?
Une étude interne a été menée par la direction des bâtiments du CG30 au moment où le département s’est interrogé sur la nécessité de rénover les UPC. L’étude a conclu qu’il était moins coûteux de remettre des installations de cuisson dans les 17 cuisines concernées que de rénover les 2 UPC.
Nos offices sont déjà aux normes sanitaires. Il s’agit donc simplement de ré-introduire des équipements de cuisson pour permettre à nos cuisiniers de confectionner les repas sur place.
Ce travail de ré-installation va prendre quelques années mais d’ici 2015 les deux UPC devraient fermer. Entre temps le personnel des UPC sera formé et ré-intégré au sein des collèges gardois.

- …et ‘pour répondre aux objectifs de qualité et de développement économique des circuits courts’: allez-vous introduire plus de produits locaux? Les cuisines autonomes servent-elles les plats en liaison chaude?
Chaque cuisinier est responsable de sa production. Nous pensons que c’est le meilleur moyen de garantir la qualité gustative des plats. Nous mettons une diététicienne à la disposition de nos cuisiniers pour les aider à faire les menus et garantir l’équilibre alimentaire des menus. La diététicienne les forme également à l’introduction des produits bio.
Chaque cuisine est autonome dans ses achats. Les volumes d’achats étant faibles cela favorise l’approvisionnement par de petites unités agricoles locales.
L’ensemble de cette démarche s’inscrit dans un projet plus global du Conseil Général du Gard intitulé « Gard Durable ». Ainsi notre service travaille en liens étroits avec d’autres services du département, tel que le service Agriculture en charge de l’approvisionnement ou encore la Direction de la Commande Publique qui a développé un modèle de cahier des charges pour permettre à nos cuisiniers de passer des marchés dans le respect du code des marchés publics.

- Enfin allez-vous introduire plus de produits bio?
Actuellement 45 établissements développent la restauration biologique dans les restaurants scolaires et ont signés en ce sens une convention avec le Conseil Général du Gard en 2010, ce qui représente environ 10% de produits bio introduits dans les repas pour cette année.

Notre objectif est de fournir 20% de produits bio d’ici 2012 conformément aux objectifs nationaux fixés en restauration collective.

Hors-ligne

Pied de page

Modération
Share |