info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » 12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto [RSS Feed]

#1 nov. 19, 2011 08:30:15

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

Paul François, agriculteur à Bernac près de Ruffec contre Monsanto, multinationale des produits phytosanitaitres. Le procès engagé par l'agriculteur contre le géant de la chimie s'ouvrira le 12 décembre prochain à 13h30 devant le tribunal de grande instance de Lyon, siège de la firme.

Paul François avait été intoxiqué par un herbicide Monsanto, le Lasso, alors qu'il nettoyait une cuve d'épandage, au printemps 2004. Il a engagé un long combat contre la multinationale.

Après avoir obtenu la reconnaissance de sa maladie comme accident professionnel, cette fois, l'agriculteur attaque directement le fabricant du produit. Il le tient pour responsable de son état de santé puisque la justice, le tribunal des affaires de sécurité sociale d'Angoulême tout d'abord, puis la cour d'appel de Bordeaux en janvier 2010, a estimé qu'il y avait une relation directe entre sa pathologie et le produit de Monsanto. Pour Paul François, il s'agit de faire reconnaître la faute du géant de la chimie.

C'est la première fois qu'une procédure engagée contre l'industriel par un particulier arrive devant la justice.Il est bon de savoir que ce Gros Céréalier n'est pas BIO ,mais est devenu DURABLE .Il a TOUT FAIT pour que les abeilles de son voisin ....ne meurent plus !

Modifié cabernet1 (nov. 19, 2011 09:20:22)

Hors-ligne

#2 nov. 19, 2011 08:31:21

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

Monsanto reconnait aujourd'hui "sa responsabilité" puisque le produit avait était interdit en 1990 dans la plupart des pays ,mais en France il aura fallu attendre 2007 .Pour ma part la responsabilité et l'incompétence va à 50% aux organismes qui ont autorisés le produit !

Dr. Irène Frachon "Bécassine chez CEUX qui savent (Afssaps) mais qui ne bougent pas par Conflits d'interets" ,mais aujourd'hui c'est la TRANSPARENCE (Xavier Bertrand) et la "refonte" de l'Afssaps qui réévalue TOUTES les molécules et l'Anses (ex Afssa & Afsset) qui a bannie aussi les Conflits d'Intérets .....

Modifié cabernet1 (nov. 19, 2011 09:06:56)

Hors-ligne

#3 nov. 19, 2011 08:34:12

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto


Europe : vers une jurisprudence sur la commercialisation de miel contaminé OGM ?

Dans une affaire opposant un apiculteur allemand à l’Etat de Bavière, l’avocat général à la CJUE, Yves Bot, estime que le miel contenant du pollen de maïs MON 810 nécessite une autorisation préalable de mise sur le marché, comme une denrée produite à partir d’OGM.

Le MON 810 à l’origine de la contamination

En 2005, des traces du MON810 ont été découvertes dans le miel et le pollen produits par cet apiculteur dont les ruches se trouvaient à proximité des terrains du Land de Bavière. Estimant que la présence de résidus du MON810 a rendu ses produits impropres à la commercialisation et à la consommation, l’apiculteur a entamé des poursuites judiciaires contre le Land de Bavière. Voir l’historique de l’affaire

Saisi de ce litige, un tribunal administratif allemand a demandé à la CEJ (cour européenne de justice) si du miel contenant du pollen de maïs MON810 nécessitait une autorisation de mise sur le marché en tant que denrée alimentaire produite à partir d’OGM.

Vers une jurisprudence ?

L’avocat général de la Cour européenne de justice (CEJ), Yves Bot, a estimé ce mercredi que la présence dans du miel, même infime, de pollen issu de maïs génétiquement modifié empêche sa commercialisation sans autorisation préalable. “Une denrée alimentaire contenant du matériel issu d’une plante génétiquement modifiée, que celui-ci y soit inclus de manière intentionnelle ou non, doit toujours être qualifiée de denrée produite à partir d’OGM“, a-t-il ajouté dans ses conclusions.

L’avis de l’avocat général de la Cour n’est pas contraignant mais, dans 80% des affaires, les juges de Luxembourg vont dans le même sens que lui quand ils rendent leur arrêt.

Jusqu’à présent, un règlement de l’UE impose que les produits soient étiquetés “avec OGM” seulement s’ils contiennent 0,9% ou plus d’OGM. Selon ce texte, l’étiquetage “avec OGM” n’est pas obligatoire en cas de présence fortuite d’OGM ou techniquement inévitable, par pollinisation par exemple.



De la cueillette des châtaignes à l'actualité de l'environnement automnale / France Inter
www.franceinter.fr

A écouter (5 mn) cette Histoire de MIEL & d'OGM et comme d'habitude MONSANTO envoie son "armé" d'Avocats ,mAIS le petit Apiculteur Allemand a GAGNE .CO2 mon amour-Jean-Marie Pelt
Pharmacien agrégé, botaniste-écologiste et fondateur de l'Institut européen d’écologie à Metz

Hors-ligne

#4 nov. 19, 2011 08:50:39

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

]Paul François, agriculteur à Bernac près de Ruffec contre Monsanto, multinationale des produits phytosanitaires. Le procès engagé par l'agriculteur contre le géant de la chimie s'ouvrira le 12 décembre prochain à 13h30 devant le tribunal de grande instance de Lyon, siège de la firme.

Paul François avait été intoxiqué par un herbicide Monsanto, le Lasso, alors qu'il nettoyait une cuve d'épandage, au printemps 2004. Il a engagé un long combat contre la multinationale.

Après avoir obtenu la reconnaissance de sa maladie comme accident professionnel, cette fois, l'agriculteur attaque directement le fabricant du produit. Il le tient pour responsable de son état de santé puisque la justice, le tribunal des affaires de sécurité sociale d'Angoulême tout d'abord, puis la cour d'appel de Bordeaux en janvier 2010, a estimé qu'il y avait une relation directe entre sa pathologie et le produit de Monsanto. Pour Paul François, il s'agit de faire reconnaître la faute du géant de la chimie.

C'est la première fois qu'une procédure engagée contre l'industriel par un particulier arrive devant la justice.] Paul François céréalier ,depuis son "accident.Un merci au Pr. Jean François Narbonne(toxicologue ,qui s'occupe aujourd'hui de l'Anses (ex Afssa & Afsset)12/10/2010 congrés Paris sur l'antibiorésistance animal (trop d'Antibiotiques sont prescrits aux cochons.....)avait traité d'un certain nom d'oiseau ,les médecins du travail de la MSA.Depuis Xavier Bertrand a éxigé une refonte de la médecine du travail,ainsi que PLUS de Transparence ,avec une pharmaco-phytovigilence en étant PLUS à l'écoute des Lanceurs d'Alerte .On le voit actuellement avec les Bisphénols - Paraben - Aspartame(La Commission européenne annonce l'autorisation à l'échelle de l'UE du recours à un édulcorant d'origine naturelle, la stevia, qui pourrait remplacer l'aspartame ou d'autres édulcorants dans les aliments ou les boissons sans sucre). Le JAPON a toujours utilisé cet édulcorant naturel PAS CHER .... et INTERDIT l'ASPARTAME

Modifié cabernet1 (nov. 19, 2011 08:53:49)

Hors-ligne

#5 nov. 19, 2011 09:06:29

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

Lettre é mail de la femme d'un ami céréalier aussi et "INTOXIQUE" au Lasso(désherbant) .....JE VOUS DONNE QUELQUES NOUVELLES DE XXX QUI A FINI
FIN JIUN SON HOSPITALISATION DE 18 SEMAINES POUR 3 CURES DE CHIMIO EN
CHAMBRE STERILE, LES RESULTATS SONT TRES BONS MALGRE D'IMPORTANTS EFFETS
SECONDAIRES.AUJOURD'HUI IL VA BIEN ET EST DE PLUS EN PLUS ENDURANT, IL A
POUR 2 ANS UNE CHIMIO MEDICAMENTEUSE QUOTIDIENNE ET ASSEZ LOURDE, J'ESPERE
QUE TOUT IRA DANS LE BON SENS .Merci pour vos infos IL EST IMPORTANT DE SAVOIR QUE LE BENZENE EST CANCEROGENE A 0,2% (MSA-ARTAC)et que les Industriels de la Chimie l'UTILISENT comme ADJUVANT jusqu'à 7% dans certains produits phyto (NON MARQUE SUR L'EMBALLAGE),ce qui n'est pas normal avait déclaré un député des Vosges qui avait fait faire analysé les produits qu'un agriculteur avait utilisé (ce que demandé la MSA pour PROUVER LA MALADIE DE L'AGRICULTEUR!!!!)

Hors-ligne

#6 nov. 19, 2011 09:13:00

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

Malade des pesticides, je brise la loi du silence
vendredi 27 mars 2009
Il y a cinq ans, Paul François, agriculteur en Charente, a été victime d'une grave intoxication au pesticide. Depuis, il se bat. Pour recouvrer la santé. Pour inciter les agriculteurs à se protéger. Et contre les firmes chimiques. À l'occasion de la semaine sans pesticides, il témoigne.
'Ma vie a basculé le 27 avril 2004, à 40 ans. Ce jour-là, la chaleur cogne sur les 240 ha de mon exploitation céréalière, à Bernac (Charente). Après avoir pulvérisé sur mes cultures de maïs un désherbant chimique, je veux vérifier que la cuve ayant contenu le produit a été bien rincée par le système de nettoyage automatique. Quand j'ouvre le récipient, les vapeurs du Lasso (nom commercial de l'herbicide, fabriqué par Monsanto), mises sous pression par la chaleur, surgissent et me chauffent tout le corps.

Dans les minutes qui suivent, je ressens des nausées. Je suis admis aux urgences. Je perds connaissance. Je suis hospitalisé quatre jours. Un cauchemar : je crache du sang, je souffre de violents maux de tête, de troubles de la parole, de la mémoire et de l'équilibre. Après cinq semaines d'arrêt maladie, je reprends le travail. Le 29 novembre, grave rechute : je tombe dans le coma à la maison. S'ensuivent sept mois rythmés par les hospitalisations, les transferts de service en service, les examens, les comas à répétition...

Les médecins sont perplexes : ils ne s'expliquent pas la persistance des troubles plusieurs mois après l'inhalation accidentelle du Lasso. Différentes pistes sont tour à tour étudiées, puis écartées : dépression, maladie mentale, épilepsie... Un médecin m'a même soupçonné de me « schooter » à l'herbicide !

La Mutualité sociale agricole (MSA) refuse de classer mes problèmes de santé en maladie professionnelle. Je l'attaque en justice. Le 3 novembre 2008, le tribunal des affaires sociales d'Angoulême me donne raison : il reconnaît que je souffre d'une maladie professionnelle causée par mon « gazage » à l'herbicide Lasso, retiré du marché français en 2007. Il a fallu que je me batte, que j'apporte des preuves scientifiques. Un labo indépendant a analysé le Lasso. Outre sa matière active herbicide, il contient un solvant. Un an après mon accident, ces deux molécules sont présentes, à doses très élevées, dans mes urines et mes cheveux. Mélangées, elles constituent un cocktail beaucoup plus redoutable pour la santé que chacune séparément. Elles interagissent sur l'organisme, se stockent dans les graisses et sont progressivement relarguées dans le sang, écrit dans son rapport le professeur en toxicologie Jean-François Narbonne. C'est l'explication de ma longue maladie.

Mon procès a révélé au grand jour que les fabricants de produits phytosanitaires sont autorisés par la loi à garder secret tout ingrédient qui entre à moins de 7 % dans la formule. J'apprends aussi que les tests pour homologuer les produits portent sur chaque composante, mais ne mesurent pas la toxicité du mélange. J'ai porté plainte contre Monsanto. Les fabricants ne disent pas tout sur la dangerosité de leurs produits. Si j'avais su que le Lasso était à ce point volatil, si cette propriété avait été indiquée sur l'étiquette, j'aurais mis un masque avant d'ouvrir la cuve.

Je me bats pour une jurisprudence qui protège les agriculteurs. Ils sont les premières victimes des pesticides. Ils sont davantage touchés que le reste de la population par les cancers, les maladies de parkinson ou d'alzheimer. Les médecins des services de neurologie, néphrologie (reins), immunologie, me l'ont dit. Pour ne pas être accusés de pollueurs ou d'empoisonneurs, les arboriculteurs et les viticulteurs n'ont pas osé se protéger, comme la MSA le préconise, dans des scaphandres de cosmonaute.

Il faut briser la loi du silence : la France est le troisième pays utilisateur de produits phytosanitaires dans le monde et nous ne serions qu'une petite dizaine d'agriculteurs reconnus en maladie professionnelle ? Les agriculteurs ne doivent pas culpabiliser d'avoir utilisé des produits phytosanitaires. Ils l'ont fait pour répondre à la demande de la société d'avoir une alimentation abondante et à un prix abordable. Ils utilisent des produits homologués. Ils n'enfreignent pas la loi.

Si on continue à pratiquer une agriculture intensive avec des pesticides à haute dose, on va dans le mur. Je suis favorable à une agriculture qui utilise les techniques de l'agriculture biologique en complément des techniques conventionnelles. Si on veut produire 100 % bio, il faut soutenir un immense effort de recherche pour créer des variétés résistantes. En attendant, on a encore besoin de la chimie pour nourrir la planète. À condition de prendre toutes les précautions nécessaires et que les firmes donnent toutes les informations sur leurs produits. Aujourd'hui, je vais mieux. Pour moi, l'essentiel, c'est de passer le plus de temps possible auprès de ma femme et de mes deux filles.

Recueilli parXavier BONNARDEL.

Hors-ligne

#7 nov. 19, 2011 09:17:48

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto

20/03/11
Charente - Actualités générales
Phyto-Victimes : Création d'une association nationale des victimes des pesticides

Une quarantaine d'agriculteurs (18/11/2011-aujourd'hui 100 ,dont 6 directeurs de coopérative, 5 jardiniers), en majorité atteints de graves pathologies, viennent de créer une association nationale de défense des victimes des pesticides pour provoquer une prise de conscience des pouvoirs publics et offrir une aide aux malades.

Baptisée « Phyto-Victimes », l'association s'adresse aux professionnels utilisateurs de produits phytosanitaires pour les accompagner moralement et juridiquement quand ils sont atteints de pathologies liées à l'utilisation de pesticides sur leur exploitation.

Paul François, président de l'association et producteur charentais de céréales, souffre lui-même de troubles neurologiques et d'un déficit de défense immunitaire après l'utilisation intensive de pesticides sur son exploitation agricole. Il se bat pour faire reconnaître ses pathologies comme maladie professionnelle.

L'association envisage également de demander des comptes aux firmes phytosanitaires, explique le céréalier qui se défend toutefois d'être des «va-t-en-guerre». « Nous ne sommes pas là pour dire qu'il faut interdire les pesticides et passer au tout bio », affirme-t-il .

« Phyto-Victimes » compte demander de l'aide à la Mutualité sociale agricole (MSA), qui mène un programme de surveillance des intoxications baptisé « Phyt'Attitude » .

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » 12/12/2011 Lyon-Procés de Paul François contre le géant Monsanto [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |