info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » DISEAS MONGERING ,c'est fabriquer des maladies et vendre ensuite le médicament ou vaccin ....Si on le TROUVE ! [RSS Feed]

#1 déc. 11, 2011 12:35:49

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

DISEAS MONGERING ,c'est fabriquer des maladies et vendre ensuite le médicament ou vaccin ....Si on le TROUVE !

Inventer des maladies et mentir, c’est leur business 16 janvier 2011


Trouver de nouvelles maladies et donc de nouveaux patients, ce phénomène économique est désormais identifié aux Etats-Unis et il a un nom: le “disease mongering”. On pourrait traduire cela par “l’invention de maladies“

Inventer des maladies permet évidemment de faire plus de profits.

“Moi, je crois qu’un grand principe général en matière de santé est que si on vous fait peur*, c’est qu’on a quelque chose à vous vendre.” “C’est très intéressant de faire prendre des médicaments à des gens qui n’ont rien parce qu’ils vont vivre très longtemps, ils vont donc les prendre très longtemps.” Dr Martin Winckler, chercheur à l’université de Montréal

Aujourd’hui les statines sont une vraie poule aux œufs d’or pour l’industrie pharmaceutique car les médicaments anticholestérol doivent être pris au quotidien pendant des années. C’est une véritable rente. En France, ils rapportent un milliard d’euros chaque année aux labos. Dans le monde, c’est un marché de plus de 10 milliards d’euros au total.

Le dernier jackpot des laboratoires pharmaceutiques, c’est le lancement des vaccins, car les vaccins permettent de soigner toute la population. Du bébé au vieillard, tout le monde y passe.

*On chercherait à nous faire peur? Ha. Ça ne vous rappelle pas quelque chose? H1N1, non? Papillomavirus, ha ouaih (d’ailleurs… allez donc jeter un œil là:publicité mensongère). Tiens, la rougeole aussi. Tiens, tiens…

Les perles ci-dessus sont extraites d’un documentaire télé que vous pouvez voir ici: Les nouveaux jackpots des laboratoires pharmaceutiques.

Le film sur le Tamiflu de Serena Tinari et Harry Haener (pour l’heure disponible seulement en allemand et italien) a été diffusé dimanche 16 janvier en version courte dans Mise au Point et est visible ici (à la 26ème minute ou ou en cliquant directement sur l’image des Hôpitaux universitaires genevois dans le déroulement d’images horizontal, situé juste sous l’image principale): Tamiflu. Et pour avoir visionné cette enquête dans sa version intégrale en italien sur Falò (RSI1), je peux vous dire que c’est terrifiant.

Si on avait encore un doute sur le fait que les labos pharmaceutiques nous bernent, nous mentent et, pire!, nous empoisonnent, il est levé.

La solution? Résister! Prendre le moins de médicaments possibles, faire confiance aux plantes, se soigner avec des produits naturels qui ont fait leurs preuves depuis des siècles comme la médecine chinoise, l’acupuncture, l’oligothéraphie, la phytothérapie ou l’aromathérapie (huiles essentielles). Et bien sûr, selon le principe qui veut que l’on est ce que l’on mange: manger mieux. Varié, bio, sans colorant, édulcorant, ou autre adjuvant. Le bon sens, en somme.



Virus mutant de la grippe: la science a-t-elle fabriqué un monstre?

La création dans un laboratoire néerlandais d'un virus mutant de la grippe aviaire potentiellement ravageur, a provoqué l'émoi de gouvernements occidentaux et réalimenté, par médias interposés, le fantasme d'une pandémie incontrôlable comme celle décrite dans le film "Contagion".


Un laboratoire néerlandais dirigé par le Pr Ron Fouchier, au centre médical Erasmus de Rotterdam, a annoncé en septembre avoir créé un virus mutant de la grippe aviaire H5N1 potentiellement capable, pour la première fois, de se transmettre facilement entre humains.

Le H5N1 est redoutable chez l'homme car mortel à 60% mais ne s'est jamais transmis entre hommes par voie aérienne, ce qui explique qu'il n'a fait jusqu'à présent qu'un peu moins de 350 morts.

Il est en revanche très vivace chez les palmipèdes et se transmet facilement à la volaille d'élevage qui à son tour peut infecter des personnes vivant à son contact.

"Nous avons découvert" que la transmission du virus entre les hommes "est effectivement possible et peut se faire plus facilement que ce que nous pensions", a annoncé le Pr Fouchier.

"En laboratoire, il a été possible de changer le H5N1 en virus (...) qui peut facilement se répandre dans l'air," a expliqué le chercheur néerlandais dans un communiqué.

Cette annonce faite en septembre lors d'un rendez-vous de spécialistes à Malte serait passée inaperçue sans les doutes émis aux Etats-Unis sur l'opportunité de publier de tels résultats dans la grande revue de référence du pays Science.

Un comité consultatif américain a gelé la parution de l'article, le temps d'évaluer s'il pourrait "être utilisé de façon malveillante pour créer une menace biologique".

"A côté, l'anthrax ne fait pas peur du tout", s'inquiétait en novembre le journal populaire britannique Daily Mail.

En attendant, le centre Erasmus a lui aussi bloqué toute communication: "Nous attendons la décision américaine (...) pour le moment il est impossible de parler à nos chercheurs", explique-t-on.

Vendredi à Paris, la question du "supervirus H5N1" a été l'objet d'intenses discussions lors d'une réunion de ministres de la Santé des pays occidentaux, après une série d'articles alarmistes sur le sujet depuis fin novembre.

"C'est une question dont nous avons beaucoup parlé", a indiqué le ministre français de la Santé Xavier Bertrand, à l'issue d'une rencontre de l'Initiative mondiale sur la sécurité sanitaire (GHSI), groupe d'échanges d'informations sur les menaces sanitaires qui réunit pays du G7, Mexique, Commission européenne et Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les ministres se sont interrogés avec la directrice générale de l'OMS Margaret Chan sur le bien-fondé de ce type de recherche et la manière d'en communiquer les résultats.

"Cette recherche est tout à fait légitime, c'est important de savoir si ce virus a la capacité de devenir contagieux chez le mammifère ou pas, c'est même fondamental", tranche Jean-Claude Manuguerra de l'Institut Pasteur.

Le hic est que pour répondre à cette question "il a fallu générer un virus potentiellement plus dangereux que ce qui existait avant", explique-t-il à l'AFP.

Une façon de clore le débat serait de passer le virus à l'autoclave pour le détruire.

Quant à la possibilité pour des bioterroristes de reproduire en laboratoire le virus tueur en se basant sur la communication du Pr Fouchier: "ce sont des technologies extrêmement compliquées. Les laboratoires qui sont capables de le faire se comptent sur les doigts de deux voire quatre mains dans le monde".

De plus, une fois lâché dans la nature, il est loin d'être certain que ce virus garderait son caractère dangereux car "passant à l'homme il muterait à toute vitesse", selon M. Manuguerra. Un des invités nous avait déjà affolé l'an dernier avec le virus H1N1 et en essayant d'envoyer tout le monde se faire vacciner.... Le voilà de retour cette année en nous disant que la découverte de ce virus ne risque pas de nous tuer !!! Toujours les mêmes, leurs contre-vérités et jamais de mea-culpa. C'est quand même eux qui ont fait dépenser des millions d'euros pour un vaccin qu'on a mis à la poubelle !!! Et maintenant on nous dit que ce virus diabolique, "inventé" par des savants fous n'est pas dangereux. Sauf si.....

D'autre part, sur un autre sujet, pouvez-vous varier les invités ? Dominique Reynié a-t-il un abonnement chez vous ? Sa fondation pro-sarkoziste est-elle indispensable pour nous bourrer le crâne à chaque débat sur la politique de la France.? Il me semble que le paysage politique français ne s'arrête pas à Perrineau et Reynié.


Pourquoi ne pas avoir invité des associations de vigilance citoyenne qui déplorent et condamnent ce gaspillage d'argent public pour des expériences très hasardeuses et potentiellement très dangereuses?
Nous sommes un groupe de + de 1500 citoyens et plusieurs dizaines de médecins et nous ne pouvons qu'approuver le constat de Bernanos sur le manque d'éthique et de bon sens d'une partie croissante du monde scientifique:
"Des millions d’hommes ne croient déjà plus à une civilisation qui se recommande de la science alors qu’elle n’est que la dictature d’une technique en délire et que les savants eux-mêmes la regardent comme une expérience dangereuse pour l’humanité, une espèce de pile ou face”. Georges BERNANOS

Le Pr Lina élude toute une série de questions sur les risques des vaccins: comment se fait-il que le gouvernement américain ait payé plus de 2 MILLIARDS de dollars en dédommagement des effets secondaires graves de vaccins depuis 1986?
Comment se fait-il que dans le Vaccine adverse event reporting system (VAERS), il ait été recensé 2000 décès chez les enfants de moins de 6 ans suite à divers vaccins entre les années 1999-2002?
http://ddata.over-blog.com/3/27/09/71/dec-2011/Lettre-ouverte-a-l-ONE-_5...

RISQUER la vie de Millions de personnes ,juste pour faire avancer la recherche ,es-ce bien raisonnable !On voit bien que l'on à affaire à des professionnels qui agissent dans la rationalité.
Venant des Américains ,on voit trés bien la rationalité ,quand en 1999 on a ouvert à la finance irrégulé des Banques d'affaires sur celles de dépot ,et la rationalité de traders cocainés qui ont en 2007 inventés des SUBPRIMES Toxiques&Systémiques.
Si des Mutations dans les laboratoires ,que l'on fait ,que l'on induit sont sous controle ....SOUS CONTROLE ! L'INRA avait bien manipulé le virus SHARKA des arbres (importé par l'INRA de Bulgarie),mais celui ci a contaminé les arbres sur un rayon de 30 km.....et n'a voulu reconnaitre ses torts qu'à moitié !

Hors-ligne

#2 déc. 11, 2011 12:36:19

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

DISEAS MONGERING ,c'est fabriquer des maladies et vendre ensuite le médicament ou vaccin ....Si on le TROUVE !

Siège Social : Paris
e-mail : criigen@unicaen.fr site internet : www.criigen.org
Dr Joël Spiroux de Vendômois - Président
Madame, Monsieur,
Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique
Paris, le 4 octobre 2011
Le Conseil scientifique du CRIIGEN souhaite attirer votre attention sur les expériences de transgénèse pouvant être réalisées par les élèves des lycées dès le niveau de la classe de seconde dans le cadre de l'enseignement des sciences de la vie et de la terre.
Depuis plusieurs années en effet, les programmes de Sciences de la Vie et de la Terre des lycées prévoient d’enseigner la transgénèse, technique d'obtention des OGM, aux élèves de terminale scientifique (option spécialité bio), et depuis la rentrée 2010 à tous les élèves des classes de secondes générales et technologiques. Cet enseignement propose des travaux pratiques portant sur la transformation de levures et de bactéries grâce à des « kits » (que l’on peut se procurer d’autant plus aisément qu’ils sont disponibles en ligne) dont la manipulation exige normalement de strictes précautions d’emploi, notamment en raison de l’utilisation d'un gène de résistance à un antibiotique, l’ampicilline, utilisé en médecine humaine.
Devant la banalisation de ces manipulations, le CRIIGEN:
- s’interroge sur les conditions de sécurité dans lesquelles ces expériences seront conduites pour éviter une contamination de l’environnement par les réactifs utilisés et les produits obtenus lors des séances de travaux pratiques, et s'interroge sur l'équipement de stérilisation, d'autoclavage ou de décontamination des lycées,
- se questionne aussi sur la violation des directives européennes encadrant les manipulations des OGM en espaces confinés,
- s'inquiète du fait que ce sujet sensible fasse l'objet de travaux pratiques où la transgénèse est présentée comme une technique totalement maîtrisée auprès de jeunes élèves n'ayant pas le recul nécessaire pour apprécier les conséquences et les retombées de telles technologies,
Adresse Administrative : Université de Caen/CRIIGEN – Laboratoire de Biochimie – IBFA Esplanade de la Paix – 14032 Caen cedex- regrette que le temps imparti à l’enseignement de cette biotechnologie (acquisition d’un savoir « faire ») soit pris sur celui nécessaire à l’acquisition de connaissances en biologie et de l'observation (exercice du « regard »).
En conséquence, le CRIIGEN souhaite l'instauration d'un débat contradictoire public sur ces questions avec la participation des instances concernées : Ministère de l'Education nationale, Inspection générale de SVT, APBG (association des professeurs de Biologie et géologie) qui promeut la vente des kits de transgénèse, le groupe de lobbys des biotechnologies DEBA et un ou plusieurs groupes de réflexion tel le M.U.R.S. (Mouvement universel de la responsabilité scientifique).
Tant qu'une information transparente et contradictoire sur les risques de la pratique d'expériences de transgénèse au lycée ne sera pas disponible, le CRIIGEN propose un moratoire sur la vente de ces kits dans l'enseignement secondaire.
Le CRIIGEN vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, ses meilleures salutations,
Dr Joël Spiroux de Vendômois


Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » DISEAS MONGERING ,c'est fabriquer des maladies et vendre ensuite le médicament ou vaccin ....Si on le TROUVE ! [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |