info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs. [RSS Feed]

#1 jan. 7, 2012 12:34:05

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs.

Hors-ligne

#2 jan. 7, 2012 12:35:04

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs.

"Le but de notre société est de Produire des Profits ,que la Marchandise qui est produite soit Utile, Inutile,Toxique,Dangereuse,Criminelle,ça n'a strictement aucune espèce d'IMPORTANCE ,dans la mesure ou cette marchandise va Produire des Profits.

Modifié cabernet1 (jan. 7, 2012 12:35:18)

Hors-ligne

#3 jan. 7, 2012 12:37:51

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs.


dimanche 18.12.2011, 05:28 - La Voix du Nord
Hier, des agriculteurs ont semé du blé dans le centre de Phalempin pour critiquer Thierry Lazaro, rapporteur du projet de loi. Hier, des agriculteurs ont semé du blé dans le centre de Phalempin pour critiquer Thierry Lazaro, rapporteur du projet de loi.
| PROTESTATION |

« Qui sème des lois "à la con" récolte du blé sur son gazon. » La colère se lit sur les banderoles ...

déployées, sur les visages fermés des agriculteurs. Hier matin, ils se sont rassemblés à Phalempin pour critiquer, à grands renforts de slogans, une proposition de loi adoptée le 28 novembre dernier par le Parlement. Et qui remet en cause, selon eux, « un droit ancestral de ressemer une partie de leur propre récolte », d'une année sur l'autre.

Car, dans les semaines à venir, les agriculteurs devront verser une taxe aux semenciers, dès lors qu'ils réutiliseront des semences protégées par le certificat d'obtention végétale. Jusqu'à présent, la Contribution volontaire obligatoire (CVO) n'était imposée que pour le blé. « La nouvelle loi étend cette taxe à 21 espèces », râle Antoine Jean, responsable de la Confédération paysanne du Nord - Pas-de-Calais.
« Ça pourrait vite chiffrer »

« On subventionne le travail des semenciers, c'est normal », reconnaît Bernard Coquelle, cultivateur à Auberchicourt. Il craint pourtant qu'à terme, toutes les semences soient taxées. « Et là, ça pourrait vite chiffrer », assure Antoine Jean. « Ça coûtera bientôt plus cher de replanter ses semences que de les acheter. On tend vers le monopole des semenciers. » Alors hier, pour marquer les esprits, ils ont sorti l'artillerie lourde : un semoir au beau milieu des espaces verts de la ville. « Prenez des graines de blé et jetez-les où vous voulez ! » Une action qui visait Thierry Lazaro, député-maire de Phalempin et rapporteur du projet de loi à l'Assemblée nationale.

Mais l'atelier semence ne suffisait pas. Les agriculteurs sont donc partis à l'assaut de la permanence parlementaire de l'élu, histoire de lui cracher leur indignation au visage. Et pour lui remettre le prix « Sauvons les riches », une mallette remplie de faux billets de 500 euros. Seulement sur place, l'ambiance a rapidement tourné au lynchage. Thierry Lazaro, hué et attaqué de toutes parts, n'a pas souhaité prolonger l'entretien, « avec ces gens de mauvaise foi ».

« Dès lors qu'on se sert d'un produit protégé, c'est normal qu'il y ait rétribution aux semenciers », argumente le député-maire.

Une attitude « scandaleuse », aux yeux d'Antoine Jean. « Il suffit de payer très cher la première fois qu'on achète une variété auprès des semenciers, mais je ne vois pas pourquoi ils devraient toucher des royalties sur ces graines ad vitam æternam. » Pour protéger l'industrie semencière française, « actuellement dans le trio de tête de la semence internationale », selon Thierry Lazaro. Un argument que n'entendent pas les agriculteurs. « On veut faire pression avant l'élection présidentielle », prévient Antoine Jean. Parce que cette loi sur les semences de ferme a été « votée en catimini ». Et qu'ils n'en veulent pas. •

Hors-ligne

#4 jan. 7, 2012 12:42:52

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs.

Les auditions du 15 novembre au sujet des semences de ferme par la Commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale, ont clairement montré le soutien inconditionnel aux firmes semencières de Xavier Beulin, président de la FNSEA.

On y apprend que c'est la FNSEA, soi-disant « attaché[e] au droit ancestral de ressemer une partie de la récolte précédente », qui a « insisté pour que cette proposition de loi vienne en discussion », pour résoudre une situation « intenable, l’insécurité juridique étant trop grande ». Cette insécurité juridique ne concerne pas tant les agriculteurs qui pratiquent les semences de ferme quotidiennement sans être inquiétés sur le plan légal, mais bien les obtenteurs, qui craignent de voir s'effilocher leur mainmise totale sur le monde agricole.

Tous les autres syndicats agricoles dont la Coordination Rurale, se battent depuis des années contre les projets de loi successifs sur les obtentions végétales, afin que les agriculteurs puissent continuer librement, ce qui évidemment signifie aussi gratuitement, à ressemer le produit de leur récolte.

Xavier Beulin quant à lui soutient l'application d'« une forme de redevance, qui permettrait aux obtenteurs de continuer à faire leur travail ». Il affirme son soutien au GNIS et sa « volonté de préserver [le] pôle semencier français ». Il préconise de faire participer aussi les éleveurs au financement de la recherche, en leur faisant payer une redevance sur les semences de ferme, y compris les fourragères, destinées à produire l’alimentation de leurs animaux.

Le Président de la FNSEA, également à la tête du groupe Sofiprotéol qui détient des participations dans plusieurs grands groupes semenciers français (Euralis Semences, Limagrain, RAGT Génétique, Serasem du groupe InVivo), a choisi son camp... et ce n'est pas celui des agriculteurs !


Contacts presse :
Jacques Commère, responsable OPG : 06 74 44 02 06
Aurore Demarigny, chargée de communication : 06 76 52 01 03

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » Ce que dit Jean Pierre Berlan (INRA) sur la Certification Végétale est approuvé par 70% des agriculteurs. [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |