info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne [RSS Feed]

#1 jan. 22, 2012 18:03:03

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne

Je vient de voir le film: la stratégie du CHOC .Comment Milton Friedman (prix nobel d'économie 1976) soutenant l'ULTRALIBERALISME ,conseilla aux hommes politiques d'IMPOSER immédiatement après CRISE,guerre..., des réformes économiques douloureuses avant que les victimes n'aient eu le temps de se ressaisir.Donald Rumsfeld élève de son école économique des"Chicago Boys" a mis sa méthode en application en Irak....

Cette méthode a été amplifié sous l'ère Thatcher/Reagan en commençant à PRIVATISER TOUT..... ,appauvrissant les classes moyennes. Aprés la Grande Depression de 1930 une loi fut votée (loi Glass-Steagall) INTERDISAIT aux Banques de dépot de se livrer à des placements à RISQUES ,jusqu'en 1999 ou elle fut abrogée (loi Gramm-Leach-Billey) .Une métaphore celle de pétroliers immenses Cloisonnés, pour éviter par temps de houle de FAIRE CHAVIRER LE NAVIRE.La dérèglementation a sonné la FIN de ce cloisonnement ,on a OUVERT les vannes de la FINANCE devenues INCONTROLABLE en inventant des produits Financiers Toxiques&Systémiques (1999-Goldman Sachs avait truqué les comptes de la Grece pour que ce pays qui ne connaissait ni l'IMPOT ,ni le CADASTRE intègre plus vite l'UE)....Et les spéculateurs,Georges Soros en tete qui en1992 Spécule avec succès contre la livre sterling,2002 Condamné pour délit d'initié dans l'affaire de la Société générale.

ils ont spéculés en 2010 sur la FIN de l'EURO ....en commençant par la Grèce un pays 100% PRIVATISE !!!!et dont les +RICHES ,les armateurs ont leurs comptes en Suisse ou Singapour.QUI PEUT LUTTER CONTRE LES 1% des + RICHES qui contre les 99% ne pourra etre DURABLE pour NOUS et la PLANETE ,à l'heure ou RIO+20 (en juin 2012) le sommet de la Terre ,fetera les 20 ans du Développement Durable.Le pétrolier Total aujourd'hui conteste l'aprogation des gaz de schistes dans le sud de la France ,les Semenciers IMPOSENT une taxe (voir:"qui sème des lois à la con récolte du blè sur son gazon" ,puisqu'un député (pression du LOBBYING) avec sans doute des conflits d'interet (1 repas et 1 enveloppe suffise !!)a voté une loi contre la réutilisation des semences !!,sans parler de la pression de Monsanto pour l'utilisation d'OGM ,alors que la France s'y est opposée......VICTOIRE pour la biodiversité et les variétés ancienne de légumes ,L’avocat général chargé du dossier Kokopelli devant la Cour de Justice de l’Union Européenne a donné aujourd’hui lecture publique de ses conclusions. Nous avons la joie d’annoncer qu’elles nous donnent entièrement raison !

Modifié cabernet1 (jan. 22, 2012 18:03:26)

Hors-ligne

#2 jan. 22, 2012 18:13:02

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne

Le potager du Roi au chateau de Versaille pourra RE-commander des semences anciennes chez Kokopelli ,car Monsanto s'y était opposé !!!c'est ça le Monde selon Monsanto, l'ULTRALIBERALISME 1% des +RICHES contre les 99%,puisque l'on appauvri les classes moyennes,mais ce Monde ne peut etre DURABLE à l'heure ou se prépare le Sommet de la Terre RIO+20 ,ou en 1992 à RIO a eu lieu la consécration du terme Développement Durable ,qui est un gros mot dans la bouche des 1% ....(voir le discours de Severn Culli film Severn,la voix de nos enfants) http://www.terre.tv/fr/1399_discours-de-severn-cullis-suzuki-au-sommet-de-la-terre

Modifié cabernet1 (jan. 22, 2012 18:16:15)

Hors-ligne

#3 jan. 22, 2012 18:18:14

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne





Semences anciennes/Affaire Kokopelli

Publié le vendredi 20 janvier 2012 - 10h16

France Agricole



L’avocat général à la Cour de justice de l'Union européenne, Mme Kokott, a estimé jeudi que l’interdiction prévue à la directive 2002/55/CE[1] sur les semences de légumes, de commercialiser les semences « anciennes » non officiellement admises au catalogue de l'UE « est invalide en ce qu’elle viole le droit de l’Union » dans son « principe de proportionnalité », de « liberté d’entreprise au sens de l’article 16 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne », de « libre circulation des marchandises au sens de l’article 34 TFUE », et du « principe d’égalité de traitement au sens de l’article 20 de ladite charte ».


L'association Kokopelli a été condamnée en 2005 en première instance par le TGI de Nancy, à payer 10.000 euros de dommages et intérêts à l’entreprise semencière Graines Baumaux. Celle-ci l'accusait d’avoir vendu des semences de « variétés anciennes » (près de 461 variétés) non admises au sens de la législation européenne. La société avait introduit à l'encontre de l'association une action en concurrence déloyale en France.


La cour d'appel de Nancy, saisie par Kokopelli au motif que la législation européenne, n’établit pas un juste équilibre entre les objectifs qu’elle poursuit, de productivité de l’agriculture et de protection des agriculteurs, d’une part, et celui de conservation de la diversité génétique dans l’agriculture d’autre part, a décidé d'interroger la CJUE.


La juridiction nationale a décidé de demander à la Cour si les « contraintes de production et de commercialisation [imposées] aux semences et plants anciens » sont justifiées, au regard de certains principes fondamentaux de l’Union européenne.


Mme Kokott, avocat général à la CJUE, a répondu le jeudi 19 janvier 2012 que « l’interdiction de commercialiser des semences de variétés non admises est disproportionnée par rapport aux objectifs poursuivis par la législation européenne ». Selon elle, « les objectifs visés pourraient être atteints par des obligations moins contraignantes » : une obligation d’étiquetage permettant d’assurer l’information et la protection du consommateur, lorsque la variété de semences ne répond pas aux exigences du catalogue des variétés, pourrait par exemple faire l'affaire, a-t-elle dit.


Dans son analyse, l'avocat général souligne que l’interdiction de commercialiser des semences d’une variété non admise présente « certains avantages », et notamment elle « assure une productivité satisfaisante de l’agriculture », elle « vise à protéger le consommateur final des denrées alimentaires obtenues contre les problèmes sanitaires » et contre « les fraudes et les tromperies ».


Toutefois, remarque Mme Kokott, cette interdiction comporte de « sérieux inconvénients », au regard de la liberté d’entreprise, des consommateurs de produits agricoles et de la biodiversité dans l’agriculture.


Par conséquent, elle invite la CJUE à constater dans son arrêt qui sera rendu ultérieurement que cette interdiction est invalide.


Procès devant la Cour de Justice
de l'Union Européenne:
Kokopelli en marche pour la Victoire!

Communiqué de Kokopelli du 19 janvier 2012


L’avocat général chargé du dossier Kokopelli devant la Cour de Justice de l’Union Européenne a donné aujourd’hui lecture publique de ses conclusions. Nous avons la joie d’annoncer qu’elles nous donnent entièrement raison !

En effet, le magistrat conclut à l’invalidité de l’interdiction de commercialiser des semences d’une variété non inscrite au catalogue officiel, et ce aux motifs que cette interdiction, portée par la législation Européenne aussi bien que par la réglementation Française, viole le principe de proportionnalité, la liberté d’entreprise, la libre circulation des marchandises, ainsi que le principe de non discrimination. La quasi-totalité de nos arguments ont été retenus!

De plus, l’avocat général n’a pas manqué d’affirmer, au contraire de ce qui était avancé par nos nombreux adversaires (Commission Européenne, Conseil de l’Union Européenne, République Française, Royaume d’Espagne et société Graines Baumaux), que, d’une part, les règles relatives à l’admission des semences au Catalogue Officiel n’ont « aucun rapport avec la santé des plantes », d’autre part, que « il appartient aux agriculteurs de décider des variétés qu’ils cultivent », enfin que cette législation limite excessivement le choix des consommateurs qui n’ont « ni accès aux denrées alimentaires ou autres produits issus de variétés qui ne satisfont pas aux critères d’admission, ni la possibilité de cultiver eux-mêmes ces variétés, par exemple dans leur propre jardin ».

De même, l’avocat général rappelle à juste titre que « le fait que les agriculteurs soient cantonnés à des variétés admises réduit enfin la diversité génétique dans les champs Européens ».

Il en conclut logiquement que «les inconvénients de l’interdiction de commercialiser des semences de variétés non admises l’emportent manifestement sur ses avantages. »

Nous sommes extrêmement satisfaits de ces conclusions et nous avons maintenant l’immense espoir que la Cour suive l’avis de son avocat général et vienne enfin mettre un terme au totalitarisme pluri-décennal de la législation sur le commerce des semences.

Pour plus d’information, voir sur le site de la Cour de Justice de l'Union Européenne (conclusions de l'avocat général disponibles dans plusieurs langues).

Blanche MAGARINOS-REY
Avocate de l’Association Kokopelli.
contact@avocat-magarinos-rey.com

Hors-ligne

#4 jan. 22, 2012 18:24:28

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne

http://www.youtube.com/watch?v=ZPcoyIc0s3c&feature=share Découvrez tous les intervenants du film

Severn Cullis-Suzuki, canadienne, militante écologiste, conférencière et animatrice de télévision. En 1992, âgée de 12 ans, elle assiste avec des camarades de classe au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro. Elle prononce à la tribune d’une session plénière un discours ovationné par l’assistance qui malheureusement résonne aujourd’hui plus fort que jamais. Severn oeuvre aujourd’hui pour la protection de l’environnement de notre planète et la santé de nos enfants.

L'INRA Montpellier reconnait la méthode de Takao ,mis en application par un éleveur bio de Saint Gilles Bernard Poujol .Takao Furuno Takao Furuno habite sur l’île de Kyushu au Japon. Il est agriculteur bio et utilise des pratiques agricoles ancestrales en y apportant la modernité. Il élève des canetons dans ses rizières. Plus besoin de pesticides ni d’engrais chimiques ; les canards font le travail en remuant les fonds et les oxygénant, leurs défections étant d’excellents engrais. Résultat : 30% de production de riz en plus, des canards bios élevés pour la consommation, une terre fertilisée on ne peut plus naturellement pour les maraichages d’hiver. Takao Furuno est aujourd’hui un exemple dans toute l’Asie et en Afrique.

Toujours au Japon, les grands-mères du village d’Ikeda à 45km de Fukui, ont décidé de mettre en valeur le précieux patrimoine agricole de leur vallée. Aujourd’hui, elles remplacent leurs enfants partis gonfler les mégalopoles japonaises. Ce sont près de 200 mamies regroupées en association qui pratiquent une agriculture biologique, elles transmettent aussi leur précieux savoir aux enfants d’Ikeda. Les grands-mères d’Ikeda utilisent un engrais naturel fabriqué au fond de la vallée dans une usine à compost.

Édouard Chaulet : Personnage central de "Nos enfants nous accuseront", pour sa décision de convertir le restaurant scolaire de l’école communale en bio, le maire de Barjac a décidé de reconquérir les terres nourricières de proximité. Une de ses actions fondamentales sera d’aider à la conversation en bio du domaine de « la grange des prés », situé à 3km de Barjac, mis en vente, afin d’assurer un approvisionnement de proximité pour la restauration collective de Barjac.

Gilles-Eric Séralini et Guy Kastler Professeur Gilles-Eric Séralini : Professeur de l’Université de Caen, Président du Conseil Scientifique du CRIIGEN, chercheur en biologie moléculaire et auteur de « OGM, le vrai débat ». Il a été l’un des premiers scientifiques à nous mettre en garde contre les dangers liés aux organismes génétiquement modifiés.

Guy Kastler est paysan dans l’Aude. Chargé de mission à la confédération paysanne, il coordonne le Réseau Semences Paysannes. Il défend aujourd’hui le libre-échange des semences entre les producteurs, souvent petits et bio, hors inscription au Catalogue Officiel.

Sjoerd Wartena : Il vit en France depuis plus de trente ans mais, des Pays-Bas, où il est né en 1939, il a gardé accent et pragmatisme. Président de l’association Terre de liens, Sjoerd Wartena n’est pas peu fier du rêve qu’il réalise. Grâce à la société foncière qu’il a contribué à lancer, et qui vient de recevoir l’autorisation de l’Autorité des marchés financiers de lever 3 millions d’euros auprès du public.

Paul François et Benoît Biteau Paul François, agriculteur à Ruffec en Charente, a été victime d’une grave intoxication aux pesticides le 27 avril 2004. Depuis, il se bat pour recouvrer la santé, pour inciter les agriculteurs à utiliser moins de produits chimiques de synthèse. Il considère que la communication entre agriculteurs bio et conventionnels est obligatoire car le savoir des uns se doit d’être communiqué aux autres. Il a parfaitement compris que l’agriculture bio est une agriculture de haute technicité et surtout qu’elle respecte la biodiversité.

Benoît Biteau, acteur incontournable de l’écologie. La transformation depuis 3 ans du domaine familial en agriculture biologique a été couronnée par le Ministère de l’Agriculture comme un exemple de développement durable. Il a partagé le domaine en cultures et en prairies afin d’y installer des élevages conservatoires.

Nicolas Wisser, agriculteur en biodynamie et maire de Bioussac, était il y a vingt ans la risée des habitants du village. A force de soutenir ses convictions, il est parvenu à convaincre la population. Nicolas Wisser est à l’origine de la politique « Zéro pesticide » dans la région Poitou-Charentes, politique qu’il met en oeuvre dans sa commune. Aujourd’hui, plus de 100 communes de cette région ont signé une charte unique en France, fondamentale pour la santé de nos enfants.

Jean-Paul Jaud, Pierre Rabhi et Nicolas Hulot Nicolas Hulot : Ce journaliste français s’engage depuis des années dans la protection de l’environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques, et trouve en 2007 une légitimité politique en faisant signer le Pacte Ecologique à la plupart des candidats à l’élection présidentielle française.

Pierre Rabhi : Sans jamais hausser le ton, cet infatigable petit homme, agriculteur, écrivain et philosophe tente depuis des décennies d’élever notre humanité et replacer l’humain et la nature au centre de nos préoccupations. Il mène un incessant combat pour la réhabilitation des cultures traditionnelles. La « Culture » de l’agriculture est pour lui en perdition. Il appartient aux hommes de la sauver. Il pose deux questions fondamentales : Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? Quels enfants laisserons-nous à notre planète ?

Ondine Eliot et Nicolas Hulot Ondine Eliot : Du haut de ses 12 ans, cette enfant passionnée par la nature, le monde animal et la mer depuis toute petite, a compris à quel point le requin était un animal merveilleux et surtout qu’il était en danger. Avec sa grande détermination, elle a décidé de se battre pour stopper le massacre des requins. Cette « enfant de Severn » parcourt la France avec son exposition pour informer et convaincre le grand public. Elle a créé une association « Passion des requins » et un blog.

Antoine Arena, avec ses deux fils, se bat pour protéger la biodiversité dans ce paysage du Cap Corse béni des Dieux. Son domaine viticole, de Patrimonio, est un des plus prestigieux de France. Antoine Arena prend le meilleur du savoir des anciens pour le conjuguer à la technicité de l’agriculture biologique. Sa réflexion agricole inclut les générations futures. Ses paroles et surtout son expérience sont riches d’enseignements sur le respect intergénérationnel.
Enfin ,comment 170 ha de bio protègent les captages d'eau de Paris au lieu d'un circuit F1.(convention BI'EAU) .Des villes comme Paris ,Grenoble ,Toulouse ,Chambery ,Angers.....remunicipalisent la gestion de l'eau en protegeant les nappes phréatiques par l'agriculture bio ,prairies .L'Italie a voté à 99% début 2011 contre la PRIVATISATION de l'eau .Daniel Tanuro/Rome "la privatisation de l'eau s'est partout accompagnée d'une montée de l'inégalité sociale",hausse des tarifs ,mais aussi baisse de qualité de l'eau avec une moins bonne gestion de la ressource

Modifié cabernet1 (jan. 22, 2012 18:53:10)

Hors-ligne

#5 jan. 22, 2012 19:06:52

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne

Transparence du service du prix de l'eau
www.prixdeleau.fr/
L'Opération Transparence est une grande enquête collaborative visant à établir une cartographie complète du prix du service de l'eau en France. en savoir plus ...

Hors-ligne

#6 jan. 22, 2012 19:08:08

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne

Suez Environnement, Veolia et Saur ont-ils truqué le marché de l'eau?

12 commentaires
Créé le 18/01/2012 à 14h31 -- Mis à jour le 18/01/2012 à 14h44

ECONOMIE - La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête sur une éventuelle entente en France en matière de prix....

La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une procédure formelle pour enquêter sur une éventuelle entente entre Suez Environnement, Veolia et Saur dans le marché de l'eau et des eaux usées en France, en particulier en matière de prix.

L'enquête concerne aussi la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau (FP2E), l'association des entreprises du secteur, a précisé l'exécutif européen dans un communiqué.

«La Commission examinera si les entreprises concernées ont coordonné leur comportement sur les marchés des services de l'eau et des eaux usées, en France, en particulier en ce qui concerne des éléments du prix facturé au consommateur final.»

Inspections

L'ouverture de cette procédure formelle fait suite à des inspections surprises menées en France en avril 2010, par lesquelles la Commission souhaitait vérifier si les entreprises concernées avaient «répondu de manière concertée à des appels publics organisés par les collectivités locales pour déléguer la gestion des services d'eau potable et d'assainissement».

L'exécutif européen indiquait alors qu'il avait «des raisons de croire que ces entreprises pourraient notamment avoir imposé des prix de l'eau et de l'assainissement inéquitables aux collectivités locales, et in fine aux consommateurs, dans le cadre de la gestion déléguée de ces services».

A la suite de cette enquête, la Commission a infligé à Suez Environnement une amende de huit millions d'euros pour bris d'un scellé apposé par la Commission au cours d'une inspection, que le groupe a présenté comme involontaire.

«On reste à la disposition de la Commission et des enquêteurs, nous sommes sereins sur la réalité de la concurrence en France», a déclaré une porte-parole de Suez Environnement.

Veolia, de son côté, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Forte baisse en Bourse

A la mi-journée, le titre Veolia accusait la plus forte baisse de l'indice CAC 40, perdant 3,5% à 8,307 euros pendant que l'indice avançait de 0,4%. Dans le même temps, Suez Environnement se repliait de 2,5% à 9,147 euros.

Un analyste parisien a cependant estimé que la baisse des titres s'expliquait moins par l'annonce de la Commission que par un abaissement de l'objectif de cours de Société générale pour Veolia et de celui de Nomura pour Suez Environnement.

La Commission peut infliger des amendes représentant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires annuel des sociétés en cas de non respect des règles de la concurrence.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » Nicolas Dupond Aignan parle juste..chez Ruquier / Victoire de Kokopelli à la cour Européenne [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |