info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ... [RSS Feed]

#1 mars 11, 2012 09:58:27

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ...


Bio et environnement : Qualité de l'eau

L’agriculture biologique et la qualité de l’eau : des bénéfices directs

Les bénéfices de l'agriculture biologique sur la qualité de l'eau sont directement imputables aux règlements de l'agriculture biologique, qui proscrivent les produits chimiques de synthèse (engrais et pesticides).



Afin de n'utiliser aucun produit chimique, les agriculteurs biologiques mettent en place un ensemble cohérent de solutions agronomiques. Ainsi, la fertilité est assurée avant tout par l'utilisation de fertilisants organiques (compost, effluents d'élevage), la part des prairies de légumineuses dans la rotation, et l'installation de couverts végétaux en inter-culture hivernale. La protection des cultures est assurée quant à elle par l'alternance des cultures (rotation), le choix de variétés adaptées, et l'usage ponctuel de pesticides naturels (extraits végétaux, cuivre...) en dernier recours.



L'interdiction des engrais chimiques et des pesticides de synthèse a bien évidemment un effet immédiat et indiscutable sur la qualité de l'eau - d'autant que l'apport d'azote, même sous forme organique (compost et effluents d'élevage) est rigoureusement limité à 170 unités par hectare et par an sur l'ensemble des territoires. Cet effet est mesuré dans toutes les études réalisées sur le sujet, en France comme à l'étranger.



FICHE : Bio et qualité de l'eau en Pays de la Loire
Dossier eau (FNAB et ITAB)
Un cahier des charges qui protège l’eau

L'INRA de Colmar a analysé plusieurs cahiers des charges agricoles en fonction de leur impact sur la qualité de l'eau (systèmes de grandes cultures) : l'agriculture biologique est le cahier des charges le plus performant pour protéger la ressource en eau.



Pour chaque prescription inscrite dans le cahier des charges, un panel d'experts a attribué, par consensus, une note allant de 0 à 10 : 10 si la prescription a un impact très favorable sur l'environnement ; 0 si la prescription ne va pas au-delà de la réglementation générale. Grâce à des méthodes multicritères, les informations ont ensuite été agrégées. Cela a permis de classer les cahiers des charges en fonction de leur impact sur la qualité des eaux souterraines. L'agriculture biologique ressort clairement comme la plus efficace.



GIRARDIN P. et SARDET E., 2003 - Évaluation de l'impact sur les eaux des prescriptions du cahier des charges de l'agriculture biologique, INRA de Colmar.

Etude Pays de la Loire : les plus de la Bio mesurés grâce à DIALECTE

Nous ne disposions pas jusqu'à présent de références environnementales sur les fermes Bio des Pays de la Loire. L'étude Dialecte débutée en 2007 a comblé ce déficit. Dialecte est un outil développé par l'association SOLAGRO. Il est basé sur les principes de l'agronomie et de l'agroécologie. Les risques d'impacts sur l'environnement sont mesurés par des indicateurs.



37 fermes d'élevage Bio ont été diagnostiquées en 2007 en Pays de la Loire en partenariat avec les Chambres d'agriculture. Leurs résultats sont largement supérieurs à ceux des élevages classiques enregistrés dans la base Dialecte, aussi bien sur la notation globale des systèmes de production (81/100 pour les Bio, contre 61/100 pour les classiques), que sur les notations par thèmes (eau, sol, biodiversité, consommation des ressources). Les points forts des élevages Bio sont :

- La plus grande diversité des productions végétales
- Une meilleure couverture des sols en hiver
- La quasi absence de cultures irriguées
- Une meilleure autonomie en concentrés
- Une efficacité énergétique supérieure
- L'absence de phytosanitaires


FICHE : étude DIALECTE
Etude DIALECTE (version complète)
Exemple de Munich : l’agriculture biologique, un choix à 0,01 euro/m3...

Afin d'obtenir une eau de qualité et réduire les processus coûteux de traitement, la ville de Munich a décidé d'agir en amont. Depuis 1991, elle encourage l'agriculture biologique sur les 2 250 hectares de terres agricoles situées à proximité des captages d'eau potable.



Depuis le début du XXème siècle, le Stadtwerke München (SWM : service municipal de distribution des eaux de Munich) achète des terrains situés sur la zone d'influence des captages pour les boiser et ainsi préserver la ressource en eau. Malgré cette politique de prévention, depuis les années 60, les teneurs en nitrates ont progressivement augmenté. La région étant essentiellement recouverte de forêt et d'exploitations agricoles, l'augmentation des teneurs en polluants observés est principalement le résultat de l'intensification progressive de l'agriculture. Les teneurs observées en 1991 (14,2 mg/L pour les nitrates et 0,065 mg/L pour les pesticides) restaient bien inférieures aux normes de potabilité (50 mg/L pour les nitrates et 0,5 mg/L pour les pesticides). Néanmoins, le SWM a décidé de réagir.



En 1991, le programme de promotion de l'agriculture biologique a débuté. Pour encourager l'implication des agriculteurs, la ville de Munich décide d'accompagner les agriculteurs avec :



Accompagnement technique : Les associations biologiques locales sont soutenues pour appuyer les producteurs engagés dans une conversion bio.



Accompagnement financier : La municipalité finance intégralement le premier conseil donné par les associations aux candidats à la conversion ainsi que les contrôles annuels. La municipalité verse aussi une aide aux producteurs pour honorer leur contribution à la protection de l'eau : 280 €/ha pendant six ans puis 230 €/ha les douze années suivantes. L'Etat verse également des aides : 155 €/ha/an dans le cadre des programmes agro-environnementaux. La taille moyenne des exploitations de la zone étant de 24 ha, un agriculteur du territoire touche environ 10 440 € / an.



Accompagnement commercial : Munich est devenu le premier client des producteurs bio. Sur les 13 000 litres de lait produits chaque jour, 5 000 sont distribués dans les crèches. Dans les lycées, les étudiants peuvent trouver des sandwichs et pains bio. Depuis 1991, 83 % des 2 250 ha de terres agricoles sont passés en bio. De 23 en 1993, ils sont aujourd'hui 107 agriculteurs à pratiquer l'agriculture bio.



Les résultats sur la qualité de l'eau sont visibles: depuis 1991, les teneurs en nitrates ont diminué de 43 % (baisse de 14 à 8 mg/L) et les teneurs en phytos de 54 % (baisse de 0.065 µg/L à 0.03 µg/l).



Le programme de soutien à l'agriculture bio coûte 750 000 € / an à la SWM, soit moins de un centime d'euros par mètre cube d'eau distribuée. A titre de comparaison, le coût de la dénitrification d'une eau de plus de 50 mg/L (évitée grâce à la politique préventive de Munich) est estimé en France à 27 centimes d'euros par mètre cube d'eau distribuée. Sur le long terme, Munich réalise donc d'importantes économies en encourageant l'agriculture bio !

Modifié cabernet1 (mars 12, 2012 07:35:39)

Hors-ligne

#2 mars 11, 2012 10:01:47

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ...

Hors-ligne

#3 mars 11, 2012 10:06:19

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ...

QUE CHOISIR - MARS 2012 Pesticides, nitrates : ces majax qui rendent l’eau du robinet potable

Semaine noire pour l’eau en France : non seulement on apprend par Bruxelles que la France ne fait rien pour lutter contre les nitrates, mais en plus on lit dans Le Canard Enchaîné que l’eau du robinet pourra contenir 5 fois plus de pesticides qu’avant !

Mais qu’ont-ils fait du principe de précaution ? Le Canard de mercredi dernier révèle que la dose de pesticides tolérée dans notre eau a été discrètement quintuplée !

Comment rendre potable une eau jugée impropre à la consommation ?

Alerté par Générations-Futures, Le Canard Enchaîné décrit une « entourloupe » qui permet de « rendre potables certaines eaux jusqu’ici rendues impropres à la consommation en raison d’une teneur trop élevée en pesticides ».

Résultat de cette révision des normes de qualité : le nombre de personnes touchées par des restrictions d’eau liées à un risque sanitaire a chuté de 75% entre 2009 et 2010.

Nos rivières ont-elles miraculeusement expurgées de leurs pesticides en un an ?

Pas vraiment. Pour l’année 2010, l’Agence Méditerranée Corse a détecté des concentrations de pesticides 150 fois supérieures aux limites de l’eau potable ! (1)

Par ailleurs, des traces de 6 pesticides interdits en France ont été détectées dans ses cours d’eau. (2)

Sur l’ensemble du territoire, plus de la moitié des rivières et nappes souterraines sont en mauvais état écologique. (3)

91% des cours d’eau et 70% des nappes phréatiques sont aujourd’hui contaminés par des pesticides. (4)

Selon, François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, la nouvelle réglementation « tolère dans de très nombreuses localités des quantités de pesticides 5 fois plus importantes dans notre eau qu’avant ».

Ce qui permettra de diminuer « par 4 ou 5 le nombre de situations qui exigeraient des limitations de consommation ».

L’atrazine et le folpet 5 fois plus tolérés

Concrètement, les restrictions d’eau liées à des pesticides comme l’atrazine se déclenchaient lorsque la teneur dépassait les 0,4 ug/L pendant plus d’un mois.

Aujourd’hui, il faut atteindre le seuil de 2 ug/L - soit 5 fois plus - pour appliquer le principe de précaution et interdire la consommation d’eau dans une localité. (5)

Même tour de magie pour le folpet, un pesticide classé comme cancérigène probable aux Etats Unis :

- « On va maintenant tolérer jusqu’à 300 ?g/L pendant plus d’un mois alors qu’auparavant on ne pouvait dépasser les 60 ?g/L pendant la même durée ! » s’indigne François Vuillemette.

Pour rendre l’eau potable et en finir avec le signalement des risques sanitaires liés à des pollutions agricoles, le ministère de la santé et son équipe de magiciens ont tout simplement changé de thermomètre pour estimer l’innocuité de l’eau.

C’est d’autant plus grave que 150 études internationales ont détectés la présence de pesticides dans nos organismes. De nombreuses autres études ont mis en évidence la vulnérabilité des nourrissons et femmes enceintes.

Pour les autres polluants, retenons tout simplement que les pesticides sont suspectés de favoriser l’apparition de cancer et de malformations à la naissance en cas d’exposition prolongée.

Et pour ceux qui auraient encore des doutes sur la politique de l’eau menée, rappelons que la France ne fait rien pour se rattraper du côté de la lutte contre les nitrates.

Pour Bruxelles la législation sur les nitrates et les actions prévues en France « manquent de précision et présentent de nombreuses lacunes : les périodes d'interdiction sont inappropriées et les restrictions concernant l'épandage des effluents d'élevage [lisier] et des fertilisants sont insuffisantes".

Après plusieurs avertissements adressés à la France, « la lenteur des progrès et l'insuffisance des changements proposés ont conduit la Commission à transférer le dossier à la Cour de justice de l'Union européenne", indique la Commission européenne.



En savoir plus :

www.generations-futures.fr/

http://www.contaminations-chimiques...

• Que Choisir, Mars 2012

• Le Canard Enchaîné du 29 Février



(1)(2)(3)(4) : Que choisir, La ressource en danger, Mars 2012



Crédit photo : Greg Riegler Photography

Hors-ligne

#4 mars 11, 2012 10:08:09

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 825
Envoyer un courriel  

FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ...

EAU du robinet peut-on la boire !! manque de Volonté Politique Un état des lieux très préoccupant et accablant pour les pratiques agricoles .Cette situation parait d'autant plus incompréhensible que la politique de l'eau coute cher. Chaque année ,les agences de l'eau y consacrent 2 milliards d'euros en appliquant le principe du pollué-payeur,puisque les factures d'eau des consommateurs y contribuent à 90%! Que choisir avait dénoncé cette anomalie dès 2007.En 2010,la cour des comptes s'est à son tour penchée sur la politique de l'eau.Son expertise est sévère.Si les rejets domestiques et industriels commencent à etre correctement traités ,il n'en va pas de meme des pollutions diffuses agricoles.La cour impute ces résultats décevants à UNE INSUFFISANTE VOLONTE DE L'ETAT de remettre en cause des pratiques agricoles basées sur le productivisme et le choix d'une agriculture intensive.Critiquées également ,les agences de l'eau,qui s'apparente plus à des BANQUES MUTUALISTES qu'à des instruments d'une politique nationale soumise à des obligations de résultats .Conclusion de la cour des comptes .La dirctive -cadre sur l'eau exige une action rapide et massive .Les redevances devraient etre plus en rapport avec le cout de la dépollution,et l'etat doit durcir l'encadrement réglementaire des pratiques agricoles

Nous sommes en 2012 ,le bon état de la ressource en EAU s'impose en 2015 par l'UE / la cour des comptes - dernier rapport de Philippe Séguin / convention BI'EAU des préfectures et chambres d'agricultures de 2009.Pour l'instant rien n'a vraiment changé .Les mesures s'empilent ,sans résultats.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » FORUM MONDIAL DE L'EAU / à Munich on subventionne les agriculteurs pour PROTEGER les captages d'EAU en AMONT ... [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |