info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » « Nous avons besoin tous ensemble d’élaborer une agriculture prospère » Serge Orru/WWF [RSS Feed]

#1 avr. 14, 2012 02:05:18

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 840
Envoyer un courriel  

« Nous avons besoin tous ensemble d’élaborer une agriculture prospère » Serge Orru/WWF

Slow info
« Nous avons besoin tous ensemble d’élaborer une agriculture prospère »
12 avril 2012

Serge Orru

Inquiet de la chute dramatique du nombre de fermes et de la détresse des paysans, Serge Orru, directeur général du WWF-France, lance un appel national pour l’élaboration d’un Pacte agricole, afin que l’agriculture vive en harmonie avec le reste de la population. Revendiquant et s’appuyant sur la méthode du Grenelle de l’environnement, il appelle à de vastes états généraux de l’agriculture qui déboucheraient sur un contrat moral, social, économique, qualitatif et sanitaire entre la nation et ses paysans. Une réhabilitation de ce qui, plus qu’un métier, est un indispensable pilier de notre qualité d’alimentation et de vie, paysan.

Pourquoi un pacte agricole ?

Parce que la France a besoin que son agriculture puisse vivre en harmonie à la fois avec l’ensemble de la population, avec l’environnement et avec l’Europe. Aujourd’hui, l’agriculture est un monde en souffrance, un monde endetté, un monde à qui on a demandé de produire intensément. Pour produire intensément il a fallu beaucoup d’intrants chimiques, ces intrants nous posent des problèmes sur la qualité des eaux, sur la qualité des sols et sur la santé. Autant la santé des agriculteurs que celle de ceux qu’ils nourrissent. Les agriculteurs français sont un peu moins d’un million En France, une ferme disparaît toutes les 25 minutes. De surcroît, il y a une réforme de la Politique agricole commune qui est en cours, il est donc important que le prochain président de la République lance des états généraux de l’agriculture, lance le pacte agricole pour nous permettre d’aller sur le sillon d’une agriculture heureuse.

Qu’est-ce qu’un pacte agricole ?

C’est une grande négociation nationale issue d’états généraux, qui seront organisés en amont où l’ensemble du monde paysan, syndiqué ou non, pourra évoqué ses propositions, ses revendications, ses doléances. Ensuite, tout cela débouchera sur une négociation nationale. C’est comme un Grenelle de l’agriculture à la différence qu’il y aura toutes les parties du pentagone du Grenelle (Etat, Collectivités locales, syndicats, entreprises, associations NDLR) mais également les représentants des parlementaires européens, des membres des chambres parlementaires vraisemblablement les présidents des Commissions agriculture de l’Assemblée nationale et du Sénat. De façon à pouvoir sortir de la confrontation qui nous amène à rien entre d’une part un syndicat majoritaire et d’autre part un gouvernement quelque il soit. Je pense qu’il faut sortir de cette crispation. Il faut négocier. Il faut apprendre à s’écouter, les uns et les autres. Nous avons besoin tous ensemble d’élaborer une agriculture prospère.

Pourquoi le WWF se mêle-t-il d’agriculture ?

Parce que se mêler d’agriculture c’est se mêler du premier poste export en France. C’est se mêler également de l’environnement, de la biodiversité. Or les paysans sont le principal support de la biodiversité en France. Les paysans sont l’épine dorsale de la biodiversité, de la qualité des cours d’eau des rivières, des haies, des champs, des forêts donc nous devons les soutenir. Il n’est pas normal que dans notre pays le métier de paysan soit celui où l’on se suicide le plus. Ce n’est pas normal. Ou on reste sur ce préjugé « les écolo n’y connaissent rien à l’agriculture » et les paysans se sentent attaqués par le restant de la population, ou on sort de cette guerre de tranchée pour discuter tranquillement, sereinement, en toute transparence. Nous n’avons pas raison sur tout, nous les écolos. Je crois que nous avons besoin d’entendre la parole et l’envie de progresser des uns et des autres. Je crois que tout le monde en France a envie d’une agriculture prospère, qui fournira une alimentation saine pour tous et qui préservera notre environnement immédiat.

Vous faites références au modèle du Grenelle de l’environnement. Est-ce judicieux en regard de ses résultats ?

D’abord, le Grenelle ce n’est pas la panacée. Mais le Grenelle a été une grande avancée. Si on parle d’un Grenelle, il faut savoir que nous, les ONG, avons su inventer cette idée, la susciter et faire en sorte qu’un candidat devenu président de la République est pu la mettre en œuvre. Avouons-le, dans les consciences, pendant des années, l’environnement, l’écologie est apparue en France à un bon niveau. Aujourd’hui, il y a un ressac, on dit qu’il y a un désintérêt mais ce n’est pas vrai. Il n’y a pas un Français, une Française qui n’est pas envie de transmettre à son enfant une planète vivante. Cela n’existe pas. Qu’il y ait des sujets très forts, de crise, qui mettent ce sujet en position inférieure, d’accord, mais l’environnement c’est le social, l’environnement c’est la qualité des rapports humains que nous pouvons avoir dans les campagnes ou dans les villes. L’environnement c’est l’éducation, les droits humains et les droits sociaux. C’est ça l’écologie, un ensemble. L’écologie c’est l’école de la maison. C’est l’art des relations humaines. Bien sûr, aujourd’hui, on parle de développement durable; mais comment passe-t-on du développement durable à une humanité durable ? Là est la vrai question. Et l’agriculture est un pilier essentiel de notre vie.

A quelle échelle imaginez-vous ces états généraux de l’agriculture ? Vous comptez susciter des réunions à l’échelle du département, de la région de la communauté de commune ?

Nous proposons une idée, le pacte agricole, nous n’avons pas toutes les réponses. C’est maintenant, ensemble qu’il faut élaborer le processus de cette négociation ; le WWF-France n’a pas à imposer un diktat dans ce domaine. C’est à chacun d’entre nous, toutes les parties, d’enrichir, d’amender cette proposition.

Avez-vous déjà des réactions à cette proposition de pacte agricole ?

Que des réactions positives. ll est important maintenant de se réunir, de se regrouper, de se coaliser et aussi de discuter avec ceux qui ne pensent pas comme nous.

Avez-vous déjà des réactions du coté des syndicats agricoles, du coté des politiques ?

Oui. L'intérêt existe dans les réponses positives mais il faut faire taire les méfiances réciproques pour créer les conditions de la négociation et nous ferons notre part .

Propos recueillis par Gilles Luneau
Slow info
Propagande
Quand les droites se dessinent !


Eux aussi… Les subventions agricoles des pays émergents sont[…]
Pierre Danon
Paroles de patrons

Pour alimenter la réflexion sur une crise qu’il juge systémique, GLOBALmagazine tend le micro aux leaders économiques afin de recueillir leur vision du monde : rôle de l’entreprise, croissance, finance globalisée, rémunérations des dirigeants, partage des bénéfices, gouvernance, couverture sociale, développement durable, énergie, défi climatique, alerte écologique … Souvent exprimées en demi-ton et en petit cercles, voilà les fragments de pensée des décideurs versés au débat public.

Modifié cabernet1 (avr. 14, 2012 02:06:31)

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » « Nous avons besoin tous ensemble d’élaborer une agriculture prospère » Serge Orru/WWF [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |