info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE ! [RSS Feed]

#1 oct. 17, 2012 07:53:28

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

Du champ à l'assiette, la chaîne alimentaire humaine perd 30 % à 50 % de nourriture. L'indifférence autour de ce gâchis massif de nourritures, chiffré par la FAO en juin, a fini par détonner à l'heure où la traque aux gaspillages d'énergie ou de matière enfle dans la réglementation et les marchés. Canal+ espère créer le débat en diffusant aujourd'hui le documentaire « Global Gâchis » de Tristram Stuart. Ce réalisateur a mobilisé en parallèle plusieurs capitales lors de repas géants réalisés à partir d'aliments déclassés. Le week-end dernier, il a réédité l'événement devant la Mairie de Paris.

Le sujet refait aussi surface sur le plan politique. Poussé par la Commission européenne, l'Etat doit prochainement sortir un plan d'action et publier un rapport dont la réalisation aura pris plus d'un an (lire ci-contre).

Bruno Lhoste, directeur général du cabinet Indiggo, qui vient de publier un livre sur ce thème (« La Grande (sur-)Bouffe », éditions Rue de L'échiquier), situe l'enjeu autant au plan écologique qu'économique. « Aucune autre industrie manufacturière ne parviendrait à fonctionner avec autant de gâchis de matière. » Le sujet reste méconnu, mais plusieurs études publiées l'an dernier éclairent aujourd'hui ce phénomène. « On a laissé déraper ce gaspillage car la chaîne industrielle s'est allongée, elle est plus complexe et personne n'en a de vision globale », prévient-il.

Le gâchis alimentaire est à peu près le même partout dans le monde, mais il se produit à des endroits différents de la chaîne. Dans les pays moins développés, les pertes se font au niveau agricole, en particulier au moment du stockage des denrées. Dans les pays développés, ils se sont peu à peu déplacés de l'amont vers l'aval, c'est-à-dire l'industrie, le secteur de la distribution et de plus en plus au niveau du consommateur. En France, ce dernier causerait maintenant 67 % des pertes non agricoles, selon les estimations de l'Etat.

En fait, les frontières semblent plus floues et il reste difficile d'identifier les responsabilités de chaque maillon de la chaîne. Par exemple, les pertes dues au calibrage des fruits et légumes exigé par le secteur agroalimentaire ne sont pas comptabilisées par les secteurs avals mais attribuées au passif de l'agriculture, lequel est mal connu. « Une étude de la fondation Barilla en Italie l'évalue au même niveau que ceux liés à la consommation », s'étonne Bruno Lhoste. A l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), Carole Fonta, directeur du développement durable, rappelle que les industriels ne produiraient que 2 % des déchets alimentaires, contre 11 % pour la distribution. Elle reconnaît toutefois qu'une part du gaspillage se produit à cause des défaillances des circuits logistiques entre les fournisseurs et les commerçants. « Nous allons discuter avec les distributeurs pour améliorer les choses », promet Carole Fonta.
Sensibiliser les consommateurs

La Commission européenne travaille aussi à une clarification des définitions en jeu. Contrairement aux chiffrages français, la FAO considère comme gâchis les déchets organiques que l'industrie agroalimentaire valorise dans l'alimentation animale, l'énergie ou l'épandage.

Pour Bruno Lhoste, les marges de progrès sont considérables. Il cite l'étude de l'ONG britannique WRAP (Waste and Resources Action Programme) qui a chiffré à 64 % la part des pertes évitables, à 18 % celle qui le sont moins facilement et à 18 % les déchets inévitables. « Il faudra toujours des déchets pour fluidifier cette industrie », admet-il.

En France plusieurs expériences dans la restauration collective ont montré qu'il est possible de réduire à moins de 100 grammes les pertes par assiette, ce qui équivaudrait à 40 % de gain dans ce secteur. Ce qui implique notamment de revoir la normalisation des parts servies, une aberration vis-à-vis d'appétits très variables, et la sensibilisation du public. Concernant le pain, très gâché en restauration collective, il suffit notamment de le servir en fin de parcours plutôt qu'au début. Sodexo évoque une opération réalisée auprès des écoles, consistant à montrer dans une colonne de verre tout le pain jeté la veille. Au niveau des consommateurs, Carole Fonta explique que l'industrie réfléchit actuellement aux efforts à faire pour aider les clients à moins jeter, notamment en clarifiant les dates limite de consommation.

Optimiser la chaîne alimentaire permettrait aussi de lutter contre le réchauffement climatique. L'association Solagro a couplé plusieurs scénarios de développement alimentaire « sobre » avec ceux de l'ONG Negawatt, bien connue pour ses scénarios de réduction de la consommation énergétique. Les plus efficaces permettraient de réduire les gâchis de deux tiers, à 64 kilogrammes par habitant, tout en libérant des terres agricoles afin de produire des matériaux renouvelables pour le bâtiment ou l'industrie.

Hors-ligne

#2 oct. 17, 2012 08:00:27

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

GASPILLER c'est BON pour l'économie ....Nos dirigeants sont obnubilés par l'indicateur CROISSANCE,or GASPILLER,est un excellent moyen de faire de la CROISSANCE.Une personne qui "bouchonne" sur le périph' génère PLUS DE CROISSANCE que quelqu'un qui file au boulot "sans problème".Il brule du pétrole pour NE PAS AVANCER.....mais l'action de BRULER SON GASOIL est SUPER GENERATEUR DE CROISSANCE.

Hors-ligne

#3 oct. 17, 2012 08:02:37

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

LA CRISE facteur de l'OBESITE .Au Mans la Mutualité donne des courts de cuisine depuis 5 ans à des personnes RMISTEs leur proposant de FAIRE LA CUISINE avec des produits frais,ce qui revient moins cher que TOUT ses plats préparés composés de "produits toxiques" pour notre santé favorisant + de maladies auto -immunes.Et depuis 5 ans cette Mutuelle fait faire des économies en médicaments aux personnes qui se remettent à cuisiner + de légumes.

Hors-ligne

#4 oct. 17, 2012 08:05:10

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

Le role de nos Politiques est-il de gérer l'impuissance pour la mettre en scène afin de la rendre acceptable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!Le BIO à la cantine,une piste anti gachis . Proposer une alimentation locale, de saison, variée et de qualité aux collégiens est un engagement du Conseil général sur l’ensemble de son territoire.

Sur les 53 établissements, 36 cuisines autonomes permettent aux collégiens de bénéficier de repas équilibrés. Les 17 autres établissements sont livrés par des Unités de Production Culinaire. A la rentrée 2012, A la rentrée 2012, 9 collèges
supplémentaires profiteront de cuisines autonomes. Cette solution est plus économe, elle valorise les actions éducatives et les achats en circuits courts avec des produits et des producteurs locaux.


Bon et bio à la fois

Pour favoriser le développement de l’agriculture bio dans le Gard, le Conseil général prend en charge une partie du surcoût des achats de denrées labellisées bio, soit 20% du crédit nourriture consacré aux produits bio. Il met à disposition des gestionnaires la liste des producteurs locaux bio et facilite l’élaboration de cahier des charges pour les achats groupés. Le Conseil général sensibilise les élèves dans les établissements : visites d’exploitations agricoles, animations ludiques, interventions de diététiciens… et repas bio en restauration scolaire.

Hors-ligne

#5 oct. 17, 2012 08:08:45

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !


ALIMENTATION - L'entreprise de restauration collective Sodexo s'est attirée les foudres des éleveurs français après avoir diffusé des affiches destinées à promouvoir «une journée sans viande rouge». Ses excuses ne se sont pas fait attendre. Encore un coup des lobbies...

Deux affiches «anti-viande» ont été placardées dans une cinquantaine des 700 restaurants d’entreprises par Sodexo, leader mondial de la restauration collective. La société a mené une action intitulée «une journée sans viande rouge», durant la semaine du développement durable du 2 au 6 avril dernier. Un bon moyen d’intégrer la liberté dans nos menus: pas de viande obligatoire au moins un jour dans l’année! Les messages véhiculés pour convaincre n’ont pourtant pas été du goût de tout le monde, en particulier des éleveurs français.

Sur les dites affiches, et sous la mention «Le saviez-vous»:

- «Le carnivore européen moyen aura mangé, dans sa vie… 760 poulets,
20 porcs, 29 moutons, 5 bœufs!».

- «La production d’un kilo de viande de veau pollue autant qu’un trajet automobile de 220km».

Un pavé dans la mare qui a poussé les éleveurs à manifester vendredi 8 juin devant la délégation régionale ouest Sodexo à Nantes pour mettre fin à cette campagne. Xavier Beulin, président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), a également adressé son opinion à travers un courrier destiné à Pierre Bellon, à la tête de la Sodexo: «Au -delà de l’esprit partisan, polémique et partial de cette initiative malheureuse», le «procédé» est «déplorable», a-t-il écrit.

Un pas en arrière

Sous la pression, l’entreprise à l’origine de la polémique a présenté ses excuses au sein d’un communiqué: «Nos services ont eu connaissance de nouveaux éléments venant informer des affirmations contenues dans ces affiches, qui ne correspondent pas à la réalité, en particulier l’impact de la production de viande de veau sur l’effet de serre (et) la comparaison entre les différents types de production agricole que permet un hectare de terre». Une réunion sera par ailleurs programmée avec la FNSEA à initiative de Sodexo.

Ce recul n’est cependant pas justifié. Dans un article sur le sujet, Libération précise en effet que «les fameux 220 kilomètres (chiffre clé d’une des affiches, ndlr)(…) sont devenus un classique dans les rapports liés à l’impact de l’élevage sur le climat». Paul McCartney a d’ailleurs été un des premiers à insister sur ce point: «Un jour sans viande représente une réduction des émissions de CO2 équivalente à un voyage de 1.700 km en voiture», a pour sa part affirmé Sir Paul. Le végétarien militant tente effectivement depuis plusieurs années d’imposer cette journée sans mâcher ses mots.

Journée internationale sans viande: découvrez une nouvelle façon de vous alimenter

Hors-ligne

#6 oct. 17, 2012 08:15:51

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

Dans nos maisons de retraite, c'est du VEAU à chaque repas ! mais d'OU VIENT CE VEAU !!!!Il n'est pas NORMAL qu'une personne agée assise TOUTE LA JOURNEE consomme de la VIANDE à CHAQUE REPAS.L'an dernier une personne agée "a balancé" une cuisse de poulet (SANS DOUTE DU POULET DOUX !)dans le réfectoire disant "CE N'EST PAS DU POULET çA !"

Hors-ligne

#7 oct. 17, 2012 08:17:07

cabernet1
Enregistré: 2010-05-13
Messages: 834
Envoyer un courriel  

GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE !

Cholestérol, diabète... En voilà des mots à faire frémir les plus âgés. Afin de sensibiliser les seniors à une alimentation équilibrée, le Clic entour'âge et la Mutualité française proposent des cours de cuisine.

Au menu : un peu de théorique, une bonne préparation et beaucoup de dégustation, forcément. Ces ateliers mensuels seront animés par Claire Beduneau, une diététicienne. Le tout sur plusieurs thèmes au choix. Le premier sera dédié au diabète.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » GASPILLAGE ALIMENTAIRE: c'est 50% de ce que NOUS produisons.....SUBVENTIONNE ! [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |