info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent... [RSS Feed]

#1 mars 20, 2013 13:48:29

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...

Pesticides: les abeilles restent sans protection dans l'UE
Une coalition d'intérêts divergents au sein de l'Union européenne a empêché l'interdiction de plusieurs pesticides mortels pour les abeilles.

Une coalition d'intérêts divergents au sein de l'Union européenne a empêché vendredi la constitution d'une majorité pour interdire pendant deux ans plusieurs pesticides mortels pour les abeilles, a-t-on appris de sources européennes.

La Commission européenne a expliqué dans un communiqué que le vote organisé au sein d'un comité d'experts "n'a pas permis de dégager une majorité qualifiée en faveur ou contre sa proposition".

Selon un décompte obtenu par l'AFP, 13 Etats ont voté pour l'interdiction de ces pesticides, dont la France, l'Italie, l'Espagne et la Pologne, 9 ont voté contre (République Tchèque, Slovaquie, Roumanie, Irlande, Grèce, Lituanie, Autriche, Portugal et Hongrie) et 5 se sont abstenus, dont l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Les abstentions de ces deux pays qui comptent chacun 29 voix ont empêché que la majorité penche dans un sens ou l'autre.

Le proposition maintenue

La Commission a indiqué qu'elle maintenait sa proposition, car elle n'a pas été rejetée. Elle lui a apporté quelques modifications pour tenir compte de plusieurs demandes et elle peut la soumettre une nouvelle fois au comité d'experts, avec l'espoir que les pressions de l'opinion publique incitent les abstentionnistes à adopter une position plus tranchée.

"Tous les États jurent leur attachement à la protection des abeilles, mais dès qu'il s'agit d'agir ils trouvent toujours des objections", a déploré une source proche du dossier.

La Commission européenne propose de suspendre pendant deux ans l'utilisation de trois néonicotinoïdes présents dans des pesticides pour quatre types de cultures: le maïs, le colza, le tournesol et le coton.

Les lobbys trop puissants ?

La Commission s'est fondée sur un avis très négatif rendu par l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (EFSA).

Les trois néonicotinoïdes incriminés - clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame - sont présents dans des pesticides produits par les groupes allemand Bayer et suisse Syngenta, notamment le Cruiser OSR.

"Aujourd'hui, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont cédé à la pression de l'industrie et refusé d'interdire les pesticides nuisibles aux abeilles", a déploré l'organisation non gouvernementale Avaaz, qui avait organisé jeudi un rassemblement à Bruxelles pour soutenir la proposition de la Commission.

"La Commission ne doit pas baisser les bras, car les multinationales comme Bayer et Syngenta vont continuer leurs lobbying intensif pour empêcher l'interdiction de leurs pesticides", a pour sa part plaidé Marco Contiero de Greenpeace.

"Nous sommes heureux que les États membres de l'UE aient rejeté la proposition de la Commission européenne par trop politique", s'est en effet félicité Syngenta dans un communiqué.

"Restreindre l'utilisation de cette technologie de protection des cultures tout à fait vitale n'améliorera en rien la santé des abeilles", a soutenu son directeur général John Atkin, qui considère que l'avis rendu par l'EFSA est "une analyse hâtive et hautement théorique".

Bayer se frotte les mains

La division d'agrochimie de Bayer a également salué l'absence de majorité sur l'interdiction de ces pesticides.

"L'absence de majorité est clairement une confirmation qu'il n'existe pas d'arguments convaincants contre la poursuite de l'utilisation de produits à base de néonicotinoïdes", a estimé le groupe, qui voit dans les résultats du vote une "chance de parvenir à une solution juste et équitable".

"L'expérience montre que les effets sur les abeilles" des insecticides qui contiennent des néonicotinoïdes "sont insignifiants quand les produits sont mis en œuvre de manière responsable et réglementaire", a ajouté Bayer CropScience.




Message du Pape François 1° du 19/03/2013-Pour la "bonté" et contre "les signes de destruction et de mort"

Dans la tradition de Saint-François d'Assise, qui lui a inspiré son nom de pape, et convaincu que "la vocation de protection ne concerne pas seulement les chrétiens", il a appelé "ceux qui occupent des responsabilités dans le domaine économique, politique" à participer à cette protection de "la création, du dessein de Dieu, de l'environnement". "Ne permettons pas que des signes de destruction et de mort accompagnent la marche de notre monde. rappelons-nous que la haine, l'envie, la cupidité, l'orgueil souillent la vie". "A chaque époque de l'histoire, malheureusement, il y a des "Hérode" qui trament des desseins de mort, détruisent et défigurent le visage de l'homme et de la femme", a-t-il déploré. Dans cette oeuvre de protection, il a enfin insisté sur le devoir de "bonté". "Nous ne devons pas avoir peur de la bonté, et même pas non plus de la tendresse".

Modifié ecophyto (mars 20, 2013 14:18:28)

Hors-ligne

#2 mars 20, 2013 13:50:30

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...

http://videos.arte.tv/fr/videos/des-abeilles-et-des-hommes-de-markus-imhoof--7341900.html


Le producteur est Markus Imhoof. Son grand père était apiculteur et sa fille fait de la recherche autour des abeilles.

Comme il le dit lui-même avant le début de la projection, il a choisi de faire ce film sur les abeilles et les hommes parce qu’il a senti une urgence à traiter de tout ce qui tourne autour des abeilles et en particulier sur la disparation progressive des abeilles.Il explique également que l’abeille est une sentinelle de l’environnement,à l’image des canaris utilisés dans les mines de charbon pour détecter les problèmes de grison.

De quoi parle des abeilles et des hommes ?

Son film documentaire traite d’une multitude de sujets autour de l’abeille dans le monde entier. On peut le voir comme un film sur le travail des abeilles, leur vie, leur reproduction, leur mystère, etc. mais aussi un film sur l’apiculture, sur les maladies qui touchent les abeilles depuis un moment entrainant leur disparition progressive de la terre appelé le syndrome d'effondrement des colonies, les abeilles tueuses, la pollution, la différence entre l’apiculture artisanale et l’apiculture industrielle, le problème de la pollinisation en chine en raison de l’absence des abeilles, etc.

Dans ce film, il y a un grand paradoxe entre les images des abeilles et de la nature qui sont absolument magnifiques et les situations qui dérangent.


J’imagine que d’aller voir ce film avec sa classe peut être un super point de départ à une réflexion autour de l’environnement, de la biodiversité, du développement durable, de l’importance du travail des abeilles, etc.

"On a l'habitude de penser qu'on doit dominer la nature et c'est à cause de ça que ça va mal", analyse-t-il.

Après les abeilles, les hommes donc: l'apiculteur suisse qui, dans un cadre idyllique, se fait gardien de la tradition, l'ouvrière chinoise qui POLLINISE A LA MAIN dans une région où les abeilles ont totalement disparu,à cause des pesticides.

Il y a aussi l'apiculteur industriel américain pris au coeur de la logique que Markus Imhooh pourfend : des immenses champs d'amandiers de Californie aux pommiers de l'Etat de Washington, puis au Dakota du Nord, il transporte ses abeilles comme de dociles employées pollinisatrices qui, exposées aux pesticides et au stress, sont souvent affaiblies et malades et du coup, sont DOPEES A COUP D'ANTIBIOTIQUES (dans l'eau sucrée) interdit dans le miel Européen ........

"Mon grand-père prendrait certainement la fuite s'il voyait la façon dont on traite les abeilles aujourd'hui. Il penserait: +vous avez perdu votre âme!", reconnaît John Miller.

Mais le monde a changé, avance-t-il. "Nous avons 10 fois plus de ruches et ça coûte 10 fois plus cher" et puis, "NOUS SOMMES DES CAPITALISTES ".

Modifié ecophyto (mars 20, 2013 14:01:48)

Hors-ligne

#3 mars 20, 2013 13:58:45

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...



Nous savons bien que ce sont des techniques parfaitement inutiles, que le système pesticide est profondément addictif. Il n’a d’avantages que pour les fabricants, qui créent ainsi leur propre marché. À partir du moment où vous mettez le doigt dans l’engrenage pesticide, vous ne pouvez pas éviter de suivre, puisqu’un pesticide sera un jour dépassé par les résistances qu’il aura suscitées, il en faudra un autre, et puis après un troisième. C’est ainsi qu’on est passés des organochlorés aux organosphosphorés, aux pyréthrinoïdes, aux nicotinoïdes…
C’est en effet une forme de surenchère complètement folle, avec - par exemple - les néocotinoïdes, qui sont maintenant utilisés à des doses de un ou deux grammes par hectare : ils sont d’une telle puissance qu’ils ne s’utilisent que par très petites doses et deviennent quasiment indétectables. Résultat ? Le tonnage d’utilisation des pesticides diminue, évidemment… Ces nouveaux produits vont pourtant empoisonner la planète encore plus sûrement que les anciens. C’est une fuite en avant permanente, qui crée et élargit son propre marché de façon constante. C’est la situation du drogué : on peut dire qu’on est dans une agriculture de drogué. Aux drogues dures.

Jean-Pierre Berlan ancien directeur de recherche de l'INRA/livre la guerre au vivant : « Derrière les OGM, c’est un projet de mort qui s’impose »

Hors-ligne

#4 mars 20, 2013 13:59:17

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...

SIDA - Des chercheurs américains on fait savoir qu'ils venaient de trouver le moyen de stopper la propagation du VIH dans l'organisme grâce à une toxine présente dans le venin d'abeilles,combinée à des nanoparticules,sachant que ce même venin sert aussi à guérir la sclérose en plaque (voir le site du Pr. Henri Joyeux) et que le miel sert pour cicatriser dans le service des grands brulés à Lyon .A Avignon des arboriculteurs et leurs voisins apiculteurs n'utilisent plus AUCUN INSECTICIDE classé Toxique,et surtout pas de néonicotinoide qui agit à dose sublétale,pour la pulvérisation de leur vergers sachant qu'ils sont interdits pour les colliers anti parasitaires chiens et chats depuis 6 mois .45 études mondiales montrent que ces insecticides sont dangereux pour les abeilles.

Modifié ecophyto (mars 20, 2013 14:10:42)

Hors-ligne

#5 mars 20, 2013 14:07:23

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...

Abeilles: Les apiculteurs exigent le retrait des pesticides épinglés par l'Europe

Mis à jour le 17.01.13 à 12h24

L'Union nationale de l'Apiculture française (UNAF) a demandé jeudi le retrait du marché des pesticides épinglés par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), affirmant qu'il en allait de la «survie des abeilles et des pollinisateurs sauvages» essentiels pour la production alimentaire. « L'EFSA affirme que l'utilisation » de trois types d'insecticides «sur les cultures attractives pour les abeilles est inacceptable», ce qui exclut que ces molécules «demeurent légalement sur le marché», écrit l'UNAF dans un communiqué. Le président de l'UNAF, Olivier Belval, appelle la Commission européenne «à rayer ces substances actives de la liste d'autorisation sur le territoire de l'Union» et le gouvernement français à «prendre sans délai les décisions qui s'imposent».
Des risques aigus pour les abeilles

Dans un avis rendu mercredi, l'EFSA a mis en avant des «risques» parfois «aigus» pour les abeilles, liés à l'utilisation de trois types de substances présentes dans les pesticides produits par le groupe allemand Bayer et le suisse Syngenta. La Commission européenne a jugé ces conclusions «inquiétantes» et annoncé qu'elle allait «prendre les mesures qui s'imposent». Des Etats membres ont déjà pris des mesures au plan national, dont la France qui a retiré, le 29 juillet, l'autorisation de mise sur le marché (AMM) du Cruiser OSR utilisé en traitement de semence pour le colza. Reste son usage pour le maïs qui, bien que contesté, n'a pas été à ce stade définitivement banni. L'UNAF «rappelle qu'il y va de la survie des abeilles et des pollinisateurs sauvages, dont l'activité se traduit au plan économique par des services évalués au niveau mondial à 153 milliards d'euros», soit 9,5% de la valeur de la production mondiale de produits agricoles.

Depuis plusieurs années, les abeilles des pays industrialisés de l'hémisphère nord sont frappées par une forte mortalité, appelée «syndrome d'effondrement des colonies», qui peut atteindre jusqu'à 85%. Les experts mettent en avant une multiplicité de facteurs explicatifs, comme l'emploi des pesticides mais aussi les parasites acariens de type Varroa, perte de la biodiversité.... Cette mortalité pourrait avoir de graves conséquences, dans la mesure où un tiers du tonnage de l'alimentation mondiale dépend de l'activité pollinisatrice des abeilles.

© 2013 AFP

Abeilles: conclusions inquiétantes de l'EFSA sur l'impact des pesticides

BRUXELLES - La Commission européenne pourrait proposer d'interdire l'utilisation de certains pesticides après les conclusions inquiétantes rendues mercredi par l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur leur impact létal pour les abeilles.

L'EFSA a rendu mercredi des conclusions inquiétantes sur l'impact de trois types de produits sur le nectar et le pollen, a expliqué Frédéric Vincent, porte-parole de Tonio Borg, commissaire européen en charge de la Santé et des Consommateurs.

Il a indiqué que cet avis avait été demandé par la Commission.

Une lettre va être adressée cette semaine au groupe allemand Bayer et au suisse Syngenta, qui produisent les pesticides comportant les trois néonicotinoïdes incriminés --clothianidin, imidacloprid et thiamethoxam--, notamment le Cruiser OSR, pour leur demander de réagir à ce rapport, a annoncé M. Vincent, précisant que les deux groupes avaient jusqu'au 25 janvier pour répondre.

D'autre part, la Commission européenne a décidé d'inscrire le sujet à l'ordre du jour de la réunion du comité permanent de l'UE en charge de ces questions prévue le 31 janvier. La Commission, avec les Etats membres, prendra les mesures qui s'imposent, a conclu le porte-parole.

Des Etats membres ont déjà pris des mesures au plan national. La France a ainsi retiré le 29 juillet l'autorisation de mise sur le marché (AMM) du Cruiser OSR utilisé en traitement de semence pour le colza. Reste son usage pour le maïs qui, bien que contesté, n'a pas été à ce stade définitivement banni.

L'Italie et l'Allemagne interdisent l'usage des pesticides incriminés seulement pour le maïs, les Pays-Bas pour traiter les plantes qui attirent les abeilles, et la Slovénie pour toutes les plantes.

L'idée de la Commission européenne est d'arrêter une ligne de conduite au niveau de l'UE et d'aller si nécessaire vers une interdiction des produits incriminés.

Au fil des ans, les études scientifiques ont permis d'établir que les pesticides dits systémiques ou néonicotinoïdes ont bien un impact létal sur les abeilles, qu'ils désorientent, au point que certaines ne savent plus revenir à leurs ruches. En une quinzaine d'années, leur mortalité est passée de 5 à 30%.

Les apiculteurs ont déjà obtenu le retrait du Régent et du Gaucho (Bayer). Les fabricants insistent de leur côté sur l'impact économique de la suppression de leurs pesticides.

L'entreprise est prête à coopérer avec la Commission européenne et les Etats membres de l'UE et à développer des solutions pragmatiques pour aborder les lacunes en termes de données évoquées par l'EFSA, a réagi le groupe allemand dans un communiqué.

Sa division d'agrochimie, Bayer CropScience, rappelle que les nombreuses données rassemblées par le groupe ont été examinées par l'UE et les Etats membres et confirment que ses produits ne présentent aucun risque inacceptable.

Nous sommes convaincus que les nouvelles conclusions de l'EFSA ne changent rien à la qualité et à la validité de cette évaluation des risques, a ajouté le groupe.

Selon lui, la recherche a montré que plusieurs facteurs expliquent le déclin de la population des abeilles, le principal étant un acarien parasite de l'espèce Varroa.

Bayer CropScience s'engage à une utilisation responsable des néonicotinoïdes et investit dans un programme destiné à réduire leurs effets sur les abeilles, a encore affirmé l'entreprise.

L'agrochimiste suisse Syngenta a de son côté vigoureusement contesté les conclusions de l'EFSA.

Il est clair pour nous que l'EFSA s'est trouvée sous pression politique pour produire une évaluation hâtive et insuffisante, a déclaré John Atkin, le directeur opérationnel de Syngenta.

Le rapport n'a pas tenu compte des études scientifiques exhaustives qui ont précédé le lancement des néonicotinoïdes, ni des rapports de surveillance effectués dans les champs sur plusieurs années, selon le groupe suisse.

Ce rapport n'est pas digne de l'EFSA et de ses scientifiques, a ajouté John Atkin.

Syngenta mettra tous les moyens à sa disposition pour défendre l'utilisation de ce type de produit, a précisé le groupe dans un communiqué.

Une interdiction des néonicotinoïdes pourrait menacer 50.000 emplois et se traduire par un perte économique de 17 milliards d'euros à travers l'Europe sur les cinq prochaines années, selon l'agrochimiste bâlois.

(©AFP / 16 janvier 2013 18h22)

Hors-ligne

#6 mars 20, 2013 14:14:51

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent...

Une interdiction des néonicotinoïdes(POUR LES ACTIONNAIRES...)pourrait menacer 50.000 emplois (!!!!!) et se traduire par un perte économique de 17 milliards d'euros à travers l'Europe sur les cinq prochaines années, selon l'agrochimiste bâlois.Quand à LA PERTE du travail GRATUIT DE LA POLLINISATION,cela représenterait 154 MILLIARDS/AN/MONDE.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » UE & Conflits d'intérêts-Lobbys trop puissants... des agriculteurs à l'écoute des abeilles qu'ILS protègent... [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |