info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » OGM-« Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. » [RSS Feed]

#1 juil. 4, 2013 22:05:32

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

OGM-« Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. »



Consécration pour les partisans des OGM : l’une des têtes pensantes de Monsanto, Robert T. Fraley, a reçu le 17 juin dernier, le World Food Prize (Prix mondial de l’alimentation) 2013. Ce prix, décerné par la fondation éponyme, récompense « les individus qui contribuent à améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité de nourriture présente dans le monde ». Le vice-président du semencier américain partagera donc la coquette somme de 250 000 dollars (191 000 euros) avec deux autres figures historiques de la recherche sur les semences transgéniques : le spécialiste belge des biotechnologies Marc Van Montagu, et la chercheuse et membre fondatrice de Syngenta, Mary-Dell Chilton, également lauréats.

Pour l’image plus que pour l’enveloppe, les trois chercheurs ont de quoi se réjouir. Bien qu’il soit délivré par une simple fondation, le World Food Prize, auto-surnommé « prix Nobel de l’alimentation et de l’agriculture » a fini par s’imposer comme tel. Si bien qu’aujourd’hui, le New York Times parle d’ « Oscar de l’agriculture » et le trophée est remis en grande pompe dans l’enceinte du Département d’Etat américain, l’équivalent de notre ministère des Affaires étrangères, par le secrétaire d’Etat lui-même.

Le symbole est fort. Et derrière le choix de trois blockbusters, le message est explicite : grâce à la matière grise de l’industrie agroalimentaire, les avancées sur les biotechnologies vont contribuer à « nourrir une population mondiale grandissante », se réjouit la fondation.
Les champs OGM ne sont pas plus productifs

Le postulat fait pourtant grincer quelques dents. Chez les écologistes, mais pas seulement. Une étude publiée le 14 juin par les chercheurs de l’université néo-zélandaise de Canterbury indique qu’à latitude et conditions climatiques égales, les champs OGM ne sont pas plus productifs que les autres. « Ces plantes sont programmées pour résister aux herbicides et contenir des insecticides, pas pour donner des récoltes plus abondantes », rappelle Jack Heinemann, qui a dirigé ces recherches. « Or, avec ou sans modifications génétiques, on utilise des insecticides », renchérit le biologiste Jacques Testart, père scientifique du premier « bébé éprouvette » aujourd’hui spécialisé sur la question des OGM. « Le fait que ces produits soient directement présents dans la plante peut, à la limite, faciliter la tâche des agriculteurs mais ne change rien à la taille des récoltes », poursuit l’auteur de l’ouvrage A qui profitent les OGM ? (CNRS éditions, 2013) paru en janvier.Difficile donc de miser sur les plantes génétiquement modifiées pour nourrir la planète lorsque 98% d’entre elles ne sont pas programmées pour produire plus. Pour les 2% restants, l’industrie tâtonne. « La tomate OGM qui grossit plus vite existe, reconnaît Jacques Testart, mais elle est plus gourmande en intrants (eau et engrais) ».
Résistants aux sécheresses, inondations et à la salinisation ?

Pour Louis-Marie Houdebine, directeur honoraire à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), les détracteurs des OGM ont tort de se focaliser sur la productivité. « Plutôt que rendre les plantes plus généreuses, les OGM peuvent améliorer leur résistance », corrige le chercheur également cofondateur d’une start-up de biomédicaments. Ouvertement favorable aux OGM, il cite l’exemple du manioc transgénique capable de résister à deux virus ou encore la nouvelle génération de maïs Monsanto conçue pour faire face aux sécheresses. « Ces plantes sortiront indemnes des aléas climatiques qui déciment les récoltes traditionnelles », s’enthousiasme-t-il. « On ne va pas éradiquer la faim dans le monde avec une seule technique mais pour relever ce défi, les OGM ont un rôle à jouer » conclut-t-il. La fondation World Food Prize va plus loin et présente les modifications du génome comme une réponse à « la multiplication des aléas climatiques ».Un optimisme qui laisse les chercheurs néozélandais sceptiques. « Des centaines d’expériences en plein champ ont été menées sur des plantes génétiquement modifiées pour tolérer la sécheresse, les sols salés et les inondations » affirme Jack Heinemann. « Aucune n’a été concluante. » Pour Jacques Testart, l’ambition de cultiver des plantes génétiquement modifiées sur des terres actuellement stériles « est aussi réaliste que la BD Tintin dans laquelle le professeur Tournesol veut faire pousser des oranges bleues en plein désert ». Pire, pour le biologiste, les OGM sont contreproductifs. « Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. » Aux Etats-Unis, l’utilisation massive d’OGM a en effet rendu des plantes invasives résistantes. Ainsi, huit millions d’hectares ont été infestés par l’amarante sans que les herbicides ne puissent plus en venir à bout.
Les OGM nourrissent les réservoirs d’essence et le bétail

Autre accroc au satisfecit du World Food Prize : aujourd’hui les OGM ne nourrissent pas les hommes, ou très peu. « Ils fournissent surtout des aliments pour le bétail et du carburant, mais pas de nourriture », souligne Eric Holt Gimenez, le directeur de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires dans une tribune publiée par le Huffington Post. Jacques Testart évalue à moins de 5% la quantité de plantes OGM directement consommées par les humains. « On ne mange pas du coton, concède Louis-Marie Houdebine mais l’utilisation de semences OGM rapportera aux agriculteurs du Sud un revenu qui leur permettra de s’alimenter. »La sous-nutrition serait donc plus un problème de pauvreté que de productivité ? Cette position largement développée par l’ancien rapporteur spécial des Nations unies pour le droit a l’alimentation, Jean Ziegler est reprise par son successeur. A l’automne prochain, Olivier de Schutter devrait publier un rapport décortiquant les liens entre utilisation des biotechnologies et sécurité alimentaire. Ses conclusions sont prévisibles, ce partisan de l’agroécologie ayant déjà affirmé « ne pas attendre de miracle des OGM ». Ce miracle, nous pourrions même ne pas en avoir besoin. De nombreux agronomes estiment, à l’image de Jacques Caplat, qu’il est possible de nourrir 10 milliards d’humains sans OGM ni même recours à l’industrie agroalimentaire.
« Qui donne ce prix ? »

Pour Jacques Testart, ces prises de position sont le signe que l’opposition aux OGM évolue. « Au début on craignait leur dangerosité, aujourd’hui on s’interroge aussi sur leur utilité », observe le chercheur français. Pour lui, malgré les controverses, le choix du World Food Prize n’a rien de surprenant. « Il faut regarder qui distribue ce prix » glisse-t-il énigmatique. Peine perdue, les membres du comité de sélection gardent l’anonymat. Reste à scruter le financement. Selon le bimensuel américain d’investigation Mother Jones, 28% des fonds récoltés par la fondation entre 2009 et 2011 proviennent de l’agrobusiness. Et le plus gros contributeur reste l’Iowa, un état réputé pour ses positions pro-OGM. Les généreux donateurs influencent-ils les choix des lauréats ? Rien n’est prouvé. Mais la revue remarque que « depuis quelques année la plupart des vainqueurs travaillent dans les mêmes structures agro-industrielles que celles qui financent les partenaires du prix ».

Source : Terra eco
- See more at: http://actuwiki.fr/environnement/22027#sthash.aGNU5KoJ.dpuf

Hors-ligne

#2 juil. 4, 2013 22:07:49

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

OGM-« Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. »


ERRATUM : Monsanto se paye les services de la plus grande armée de mercenaires au monde : Les BlackWater (Xe)
24 mai 2013 · par Mehö · dans Démocratie, Information. ·


Il semble que la nouvelle que j’ai fait véhiculer il y a quelque jours, celle qui m’a rapportée quelque 30 000 vues concernant l’achat des Blackwater par Monsanto, ne soit pas tout à fait véridique. La nouvelle semble avoir été mal traduite… Monsanto n’a pas acheté les Blackwater mais l’histoire serait plutôt qu’ils se paient les services de ceux-ci.

Grosse différence? Pas vraiment.

Est-ce que ça annonce TOUJOURS une nouvelle époque? Celle où tous ceux et celles qui oseront s’attaquer à Monsanto ou à leur champs OGM se feront passer à tabac par la troupes de mercenaires à la solde des plus nantis?

Oui!

Car si on se fie au document obtenu par Jeremy Scahill du site The Nation, semble-t-il que Monsanto était prête à verser plus de 500 000$ pour que Blackwater Worlwide infiltre les groupes d’activistes anti-Monsanto. Cette affaire serait arrivée en 2008 et ce jusqu’en 2010 au moment où la nouvelle sorti au grand jour.

Alors même si Monsanto n’a pas acheté les Blackwater, le problème reste le même, celui où des services de tueurs à gage sont vendus à ceux qui en ont les moyens et sachant très bien que ces compagnies de mercenaires sont aussi connues pour des crimes contre l’humanité qu’elles ont commise dans certains pays. Même l’armée canadienne fait affaire avec cette compagnie. Ça démontre à quel point nos élu-e-s sont des bandits…

blackwater

Academi est une société militaire privée (SMP) américaine dont le siège se trouve à Moyock (Caroline du Nord), qui a notamment travaillé en Irak et en Afghanistan. Elle était précédemment connue sous le nom de Blackwater Worldwide et à l’origine sous celui de Blackwater USA. Elle a adopté le nom de Xe le 13 février 2009. En décembre 2011, elle change de nouveau son nom pour celui de Academi. Erik Prince, fondateur et PDG de Blackwater Worldwide, et Gary Jackson, président de l’entreprise, annonçaient leur démission le 1er mars, mais Prince demeure membre du conseil d’administration de Xe jusqu’au démantèlement du groupe Xe commencé en août 2010.

La famille d’Erick Prince et son entourage immédiat sont des fanatiques religieux américains et font partis des principaux donateurs du parti républicain du Michigan. Ils y ont même pris la direction à quelques reprises.

IRAQ CONTRACTORSLe 20 août 2009, le New York Times a rapporté que Blackwater a réalisé des contrats, octroyés secrètement, pour le compte de la CIA dans le cadre d’une mission destiné à pourchasser des terroristes d’Al-Qaïda. Elle s’occupait notamment de charger les bombes sur les drones ainsi que de pourchasser et d’assassiner, si possible, les membres d’Al-Qaïda. Aucun membre d’Al-Qaïda n’aurait cependant été tué par les employés de Blackwater.

Alors qu’avant la guerre en Irak la société ne fournissait principalement que des séances d’entraînement pour les forces de l’ordre et les militaires, elle a depuis très largement étendu son offre à divers domaines liés à la protection des personnes et des installations.

Le principal contractant de Blackwater est le gouvernement américain via le Département d’État. Ainsi entre 2001 et 2006, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires augmenter de plus de 80000%, rien qu’avec les contrats avec le gouvernement américain.

Le premier contrat obtenu en Irak l’a été lorsque l’Autorité provisoire de la coalition, dirigée par Paul Bremer, a demandé en août 2003 à Blackwater d’assurer la protection des civils américains envoyés officiellement en Irak par le gouvernement au premier rang desquels le même Paul Bremer. Ce contrat a été obtenu sans appel d’offres. En janvier 2009, le contrat n’a pas été renouvelé suite aux exactions de ses employés.

Moins d’un an plus tard, en juin 2004, Blackwater a obtenu un contrat (toujours sans appel d’offres) bien plus important. Connu sous le nom de Worldwide Personal Protective Services (WPPS), ce contrat définissait que la société devait fournir protection aux citoyens américains et à certains responsables étrangers de haut rang. Les termes de ce contrat sont vagues et ne précisaient pas le type de protection que devait assurer Blackwater, ni le nombre d’interventions. Le contrat ne pouvait excéder 332 millions de dollars, mais du 14 juin 2004 au 6 juin 2006, Blackwater a reçu plus de 488 millions de dollars. Le 8 mai 2006, le Département d’État a passé un nouveau contrat similaire dans les termes (WPPS II) et incluant cette fois-ci deux autres sociétés (DynCorp et Triple Canopy). Il définissait les zones géographiques d’intervention de chacune des trois sociétés et le montant ne pouvait excéder 1,2 milliard de dollars par entreprise ou 3,6 milliards au total.

En 2010, Xe obtient un contrat avec la CIA en Afghanistan. Pour 120 millions de dollars, une filiale de Xe sera chargée de la protection pendant 18 mois des consulats américains de Herat et Mazar-i-Sharif.
Contrats avec le gouvernement américain Année Valeur des contrats
2001 736 906 $
2002 3 415 884 $
2003 25 395 556 $
2004 48 496 903 $
2005 352 871 817 $
2006 593 601 952 $
Total 1 024 519 018 $

Selon un rapport de la commission dirigée par le parlementaire américain démocrate Henry Waxman rendu en 2007, les employés de la SMP Blackwater ont été impliqué dans 195 fusillades en Irak depuis 2005. Dans 84 % des cas, la SMP a ouvert le feu premier.

En Bosnie-Herzégovine, en 1999, des employés de la SMP DynCorp International ont été mêlé à des affaires douteuses comme le trafic d’armes et le trafic d’adolescentes.

En Irak, en 2003 et 2004, des employés de la SMP CACI International, Inc ont été lié aux allégations de torture dans la prison d’Abu Ghraib alors qu’ils étaient en intervention.

Hors-ligne

#3 août 9, 2013 06:57:05

Kabbalah_Magna
Enregistré: 2013-08-09
Messages: 1
Envoyer un courriel  

OGM-« Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. »

J'invite ceux qui, parmi vous, s'intéressent à la piste Blackwater-Academi / Monsanto à consulter les articles suivants...

http://yannickbaele.wordpress.com/2013/02/12/gratia-solis-generositatis-omnibus-fingit/
http://www.motherjones.com/politics/2013/07/cia-geoengineering-control-climate-change

Vous pourrez ainsi prendre connaissance du "projet", bien avancé et en phase de tests depuis au moins deux ans, de larguer 20 mégatonnes d'acide sulfurique dans l'atmosphère mondiale pour - prétendent ceux qui le portent - bloquer des rayons solaires qui deviendraient trop perçants.

S'y entremêlent, outre Monsanto et Blackwater / Academi, en effet, B. Gates et sa société connexe Aurora Flight Services, ainsi que la CIA.

Je vous encourage également à vous renseigner à propos des collusions massives entre l'administration américaine et Monsanto : plusieurs anciens responsables de le compagnie ont en effet été absorbés par celle-ci, notamment un certain Michael Taylor, un ancien vice-président, nommé à la tête de l'institution de contrôle sanitaire US, ceci alors qu'il y a quelques années, Phil Angell, directeur des relations publiques de la boîte, avait déclaré à un journal : "notre job ne consiste pas à assurer la sécurité alimentaire de la nourriture biotech. Notre intérêt est d'en vendre le plus possible. [...]"

Introduisez "Monsanto Protection Act" dans votre moteur de recherche pour en savoir plus...

Peut-être tout ceci vous amènera-t-il à la conclusion que la question n'est pas tant de savoir si les OGM sont souhaitables - je me range, en cette matière, du côté de José Biové - mais si des intérêts corporatistes démesurés ne sont pas en train de créer les conditions du totalitarisme de facto des OGM...

En avril dernier, certains groupes du Parlement européen s'étaient penchés sur la question des "chemtrails" abordée dans les articles susmentionnés (Les vidéos sont, pour la plupart, disponibles sur YouTube.), peinant toutefois à utiliser un langage clair et à assembler toutes les pièces du puzzle.

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ! Il incombe dès à présent à tous ceux qui souhaitent rester maîtres de leurs productions ( et de leurs vergers) et à tous ceux qui souhaitent continuer de consommer des produits de qualité de mettre sous pression, à l'aube des élections européennes, les différents candidats-parlementaires pour rendre enfin public le projet mégalomaniaque et sociopathique de Gates et consorts, de sorte que s'ensuive un réel débat dans la société, qui ne pourrait se conclure, à mon sens, que par un veto catégorique.

Hors-ligne

  • Accueil
  • » Général
  • » OGM-« Au lieu de faire gagner des surfaces cultivables, ces semences rendent des terres inexploitables. » [RSS Feed]

Pied de page

Modération
Share |