info@consommer-juste.fr
06 70 23 59 35

  • Vous n'êtes pas connecté.
  • Accueil
  • » Général
  • » L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque..... [RSS Feed]

#1 août 3, 2014 22:19:11

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque.....


Xavier Denamur/restaurateur Tribune 05/07/2014 à 16h16
CICE : François Hollande vient de me faire cadeau de 50 000 euros


François Hollande est sympa, il vient de me donner 49 017 euros ou plutôt il m’a permis de déduire cette coquette somme de mes impôts. Je ne comptais pas dessus. Mes affaires marchent très bien, merci. Je paye déjà mes salariés bien au-dessus de la moyenne de mon secteur. J’ai refait mes banquettes, mon chauffage...

Je ne fais pas d’export et ne compte pas en faire. Je paiera 591 153 euros d’impôts à titre personnel cette année. Bref, je n’en avais pas besoin, mais un petit billet de 50 000 c’est toujours bienvenu. Franchement merci, François Hollande.


C’est donc aussi ça, le fameux crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ? Un gros cadeau qui ne se voit pas donné à des gens qui n’en ont pas forcément besoin ? Combien d’entreprises, comme la mienne ou encore plus rentables, ont touché le pactole ? Qu’en ont-elles fait ?
Le coût du CICE risque d’exploser

Cette histoire a d’ailleurs pour moi un goût déjà vu. Entre 2009 et 2012, la fabuleuse baisse de la TVA dans la restauration [PDF] m’avait permis d’empocher quelques centaines de milliers d’euros avec lesquels j’avais d’ailleurs produit le film « République de la Malbouffe » dans lequel je dénonçais les incohérences d’une des mesures les plus emblématiques du sarkozysme.

Faudra certainement que je ponde quelque chose sur cette mesure phare du hollandisme. Si au final la mesure bling-bling de l’ancien Président des riches a coûté une dizaine de milliards aux deniers de l’Etat pour des résultats médiocres voir contraires aux objectifs fixés, le coût global du CICE sauce Hollande risque d’exploser au-delà de 50 milliards s’il est maintenu dans les conditions actuelles jusqu’à la fin du quinquennat.

Sans contreparties ciblées comme je le réclamais déjà dans une lettre adressée au Président en janvier 2014, ce nouveau cadeau aura des résultats assez similaires à ce qui s’est passé dans la restauration avec la baisse de la TVA. Peu d’emplois et peu d’activité, beaucoup d’effets d’aubaine et pas mal de dividendes. Et surtout, des miettes pour les TPE, des lichettes pour les PME et des grosses parts de gâteau pour les grandes entreprises.
Du fric empoché discrètement

Après avoir amélioré ses marges de 190 millions d’euros par an grâce à la baisse de la TVA pendant trois ans, combien une entreprise comme McDonald’s va-t-elle déduire de ses impôts ? McDo qui emploie massivement des salariés au smic et s’arrangerait depuis 2009 pour payer le minimum d’impôts en France va donc réclamer un très gros chèque auprès des services de Bercy.

La France est décidément un eldorado inépuisable pour la marque du clown. D’ailleurs, le Président habitera-t-il encore à l’Elysée lorsque la publication des datas sur cette mesure, entreprise par entreprise, permettra d’en faire le vrai bilan ?

Certes, des petites et moyennes entreprises profitent certainement de cette mesure pour renflouer leur trésorerie, investir ou embaucher mais était-il nécessaire de sortir le canon à eau pour bien arroser quelques spécimens ? A moins que l’on me prouve que le doublement des bénéfices de la Poste grâce aux 297 millions d’euros de son CICE ait permis à cette entreprise d’investir, d’embaucher ou d’innover plus qu’à l’accoutumée, il n’y aura que les actionnaires et les boites largement arrosées pour croire aux vertus de ce dispositif.

L’angoisse réelle ou feinte du patronat avant la conférence sociale ne servirait-elle pas à occulter ce joli paquet de fric que les entreprises empochent discrètement avec la mise en œuvre du CICE ?
Le nouveau Président des grands patrons

En remettant à mes salariés les bulletins de paye du mois de juin que j’ai agrémenté d’une « prime exceptionnelle de CICE » correspondant à un mois de salaire de base sous certaines conditions d’ancienneté, je me suis rendu compte qu’aucun d’entre eux comme la grande majorité des salariés de ce pays ne savait ce que recouvrait le CICE. Je leur avais pourtant bien écrit :

« Suite à la réunion du début de l’année avec 75% des salariés de l’entreprise, suite à la réalisation du bilan 2013, suite au dépôt de ma déclaration d’impôts 2013 et après consultation de la déléguée du personnel, j’ai décidé d’attribuer l’ensemble du montant du CICE à l’amélioration de votre pouvoir d’achat bien écorné par des hausses d’impôts successifs et la fin (brutale et maladroite) du dispositif sur les heures supplémentaires. »

Alors qu’il serait temps d’atténuer les tensions sociales et de réduire les inégalités, d’inciter massivement à l’investissement productif et à la formation des salariés dans les TPE et PME, le gouvernement n’a pas eu le courage d’imposer des contreparties aux organisations patronales. A la fin de son mandat, le nouveau Président des grands patrons mettra certainement en avant le fait que les petits chefs d’entreprises à l’agonie n’auraient pas survécu sans ce dispositif. Une rhétorique déjà entendue et qui cette fois-ci risque de ne pas passer comme une lettre à la poste.

Hors-ligne

#2 août 3, 2014 22:22:33

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque.....


Conflit d’intérêts 28/07/2014 à 11h56
Mission CICE : oups, le rapporteur est un membre de la famille Mulliez




Mi-septembre, la mission parlementaire d’information sur le CICE, le fameux crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, va rendre ses conclusions.

De multiples auditions ont déjà eu lieu entre le 12 juin et le 10 juillet. Le rapporteur de cette mission est le député-maire PS de Feyzin (département du Rhône), Yves Blein, qui se trouve appartenir à la très discrète famille Mulliez par le biais de son épouse, aujourd’hui décédée. Son étiquette socialiste en fait d’ailleurs une curiosité au sein de cette dynastie libérale et entrepreneuriale.
44 millions d’euros pour le groupe Mulliez

Les enseignes de ce clan nordiste, Auchan en tête, figurent parmi les principaux bénéficiaires du dispositif gouvernemental, au même titre que les autres entreprises de distribution.

Les hypermarchés du groupe Mulliez ont touché 44 millions d’euros en 2013. Une enveloppe dont l’usage suscite la controverse entre effet d’aubaine sur les comptes, financement de la guerre des prix en linéaires et véritables créations d’emplois.

Contacté, Yves Blein, déclare « n’avoir aucun lien qui permette de [le] qualifier d’associé avec quelque entreprise de la famille Mulliez que ce soit ».

Il s’avère qu’il est pourtant gérant de trois sociétés civiles détenant des titres de l’association familiale Mulliez.

Des mandats qui ne figurent d’ailleurs pas sur sa récente déclaration d’intérêts et d’activités [PDF] transmise à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), instaurée suite à l’affaire Cahuzac.
« Je vais sans délai rectifier ma déclaration »

Interrogé sur cet « oubli », il s’en explique :

« Je ne les ai pas mentionnés car ces sociétés contiennent des actifs appartenant à mes enfants [...]. J’en suis le gérant – par mesure de protection – ni rémunéré ni indemnisé et je n’en possède aucun titre ni actif. C’est pourquoi il ne m’avait pas semblé devoir intégrer cette information dans ma déclaration mais je vais donc sans délai rectifier ma déclaration auprès de la Haute autorité. »

Ex-usufruitier de son épouse, Yves Blein a revendu cet usufruit à ses enfants à leur majorité, il y a une dizaine d’années, pour un montant estimé à plusieurs millions d’euros.

Agé de 59 ans, le maire de Feyzin a été élu à l’Assemblée nationale à la faveur de la vague rose de juin 2012.

Il a préalablement exercé de 2002 à 2012 les fonctions de directeur général de la fédération Léo-Lagrange. Selon les informations communiquées à l’HATVP, il a à ce titre reçu selon les années de 80 000 à 140 000 euros de rémunération.

Poursuivi pour favoritisme et détournement de fonds publics entre 1995 et 2001, il a été relaxé en 2011 par le tribunal correctionnel de Lyon.

Hors-ligne

#3 août 3, 2014 22:25:18

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque.....

Ah la famille Mulliez avec des contrats à 29 h...qui vit en Belgique (ce qui est scandaleux) qui a fait sa fortune grâce aux consommateurs Français et aux facilitées politiques (On les reçoit à Bercy chaque année en VIP) a vidé les communes des petits commerces de proximité,a ruiné les agriculteurs,affamé les producteurs de lait.On devrait soumettre le salaire des dirigeants d'Auchan au vote des salariés...Jacques Maillot est d'accord avec ce qu'a dit Charles Consigny (RMC/les Grandes Gueules).Pour Lino gérant de société "ces patrons du CAC 40 sont favorisés par nos politiques en France et ont fait fortune grâce à l'état et la Mondialisation,alors que nos petites PME sont trop contrôlées et taxées(33% contre 8%).Ils ont des fiscalistes et sont plus puissant que les politiques.Si leur fortune a démarré à coup de subventions en France avec la Mondialisation leur filiales sont à l'étranger .

Hors-ligne

#4 août 3, 2014 22:25:57

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque.....

Maintenant ils ont un nouveau voisin en Belgique le patriote Arthur exilé fiscalement (qui a fait sa fortune grâce à Mélanchon qui l'a lancé sur une radio et à notre contribution...de redevance)

Hors-ligne

#5 août 3, 2014 22:27:36

ecophyto
Enregistré: 2011-01-31
Messages: 253
Envoyer un courriel  

L'usine à gaz du CICE :un ami a reçu un GROS chèque.....


La famille Mulliez, première fortune de France, avec 38 milliards d’euros !



Les petits ruisseaux de la grande distribution ont fait la grande fortune des Mulliez. La puissante famille nordiste arrive en tête du classement des 100 Français les plus riches que vient de publier Capital. Le magazine économique estime son portefeuille global garni de 37,88 milliards d’euros (+ 3,8 % par rapport au printemps 2013). En mars dernier, Auchan, principal fleuron de la famille, annonçait un EBITDA (qui mesure le résultat d’exploitation courant, hors charges et amortissements) en hausse de 3,8 % à 2,636 milliards d’euros.

Selon les auteurs de ce classement – parmi lesquels Benoît Boussemart, maître de conférences, docteur en économie et spécialiste du sujet – la seule fortune de Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan, atteindrait 3,76 milliards d’euros. Olivier Leclercq, le président d’Oxylane (Decathlon) pèserait 1,76 milliard d’euros et le fondateur de Kiabi, Patrick Mulliez, 1,34 milliard d’euros. Les deux sœurs (Mariette et Francette) et le frère (Jean) de Gérard Mulliez représenteraient chacun 1,08 milliard d’euros.

La famille fondatrice d’Auchan, Decathlon ou Norauto distance ainsi Liliane Bettencourt (L’Oréal) dont le patrimoine est estimé à 23,03 milliards d’euros (+ 6,3 %). Né à Roubaix, le patron de LVMH, Bernard Arnault, serait à la tête de 19,69 milliards d’euros (+ 9,3 %). Sur les 100 fortunes qui apparaissent dans ce classement, 15 enregistrent une baisse par rapport à 2013.

Les autres Nordistes au palmarès des plus riches de France

Outre la famille Mulliez, quelques autres Nordistes apparaissent dans le classement réalisé par le magazine Capital. Les familles Coisne et Lambert (Sonepar, numéro un mondial de la distribution de matériel électrique) arrivent à la treizième place avec une fortune estimée à 4,82 milliards d’euros (+ 17 % par rapport au printemps 2013). En trentième position, on trouve la famille Roquette (Lestrem, un des leaders mondiaux de l’amidon) avec 1,61 milliard d’euros (+ 11 %). Paul-Georges Despature et sa famille (Somfy, leader mondial des automatismes pour volets roulants et le groupe Damart) pèseraient 1,38 milliard d’euros (+35,3 %). Francis-Charles Pollet (Promod, Marcq-en-Barœul, enseigne d’habillement) pointe à la 42e place avec 1,29 milliard d’euros (+ 6,6 %). Le patrimoine de la famille Lesaffre (Marcq-en-Barœul, leader de la panification) atteindrait 810 millions d’euros (+ 3,8 %) et celui de la famille Gaspard (Lyreco, Marly, spécialiste des produits de bureau) 750 millions d’euros (+ 10,3 %).

Hors-ligne

Pied de page

Modération
Share |